Partagez | 
 

 Godric Fawley ▬ Détruis le destin avant qu'il ait le temps de te détruire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 67

Dragée surprise
MessageSujet: Godric Fawley ▬ Détruis le destin avant qu'il ait le temps de te détruire.    Ven 12 Déc - 22:16


Godric Fawley

« Le vie, c'est comme le quidditch, y a les gagnants et les perdants. »



Age 22 ans
Race Sorcier, sang-pur


Métier Joueur de quidditch au poste de poursuiveur
Habitation Dans une petite maison en Irlande du Nord, non loin du stade de quidditch
Divers Il a un Pingu qui s'appelle Gunter et qui a tendance à voler à travers la pièce. Cadeau d'une fan...

Damoiselle Gaea

Comment as-tu rejoint le forum? Je l'ai fondé.
Veux-tu un lien avec un p.v.? Nop.
Est-ce un double compte? Troisième compte à vrai dire. Mais promis, le prochain sera dans un bon moment ♥
Avatar Ed Westwick
Un dernier mot ? Sol, Do, Mi me voilà 8)
Copyright Shattered, Arya

« Discussions autour d'un thé »

Peux-tu nous raconter quelques anecdotes sur toi?

Il surnomme sa fiancée SolDoMi Comment a-t-elle eut cet étrange surnom ? Il suffit pour cela analyser Godric. Il est un enfoiré. Tout particulièrement avec sa fiancée. Il a un humour déplacé, grivois et incompris. Elle s'appelle Solveig. Quand il chantonne son surnom (car oui, il le chantonne à chaque fois), elle est hors d'elle pour son plus grand plaisir. Il se demande même s'il ne va pas écrire une chanson à partir de ce doux nom pour voir jusqu'à quel point elle va bien pouvoir tenir. Malheureusement pour ses connaissances, Solveig n'est pas la seule à devoir souffrir d'un surnom ridicule et tout à fait humiliant. Et pourtant... c'est une marque d'affection de sa part.

Il a une bande de fans qu'il n'aime pas Joueur de quidditch dans l'équipe des canons de chudley, tout comme le reste de l'équipe il a des supporters, mais surtout des fans féminins. Il eut le malheur d'être le centre de l'attention de Sorcière Hebdo lors de sa maladie. Ils ne cessaient de répéter à quel point il souffrait, le glorifiant, faisant de lui un héros, alors que sa maladie n'était qu'humiliation. Chez lui, il pu trouver de nombreux cadeaux en tout genre, dont ce stupide pingouin qu'il a appelé Gunter.

Il a été atteint d'une maladie magique rare Des boules de magies qui grandissaient dans son corps et qui prenait peu à peu la place de ses muscles, sa chaire, son sang. Il devenait de l'essence de magie pure. Une maladie rare, qu'on peut ralentir, pas arrêter. On a finit par lui amputer la jambe, mais elle peut revenir à tout moment. Le pire ce n'était pas de sentir sa jambe disparaître, ni même les transformations qu'elle subissait, non c'était les réactions de cette maladie. Parfois violentes, voir dangereuses, les réactions étaient multiples et variées. Il a dû apprendre à contrôler ses sentiments pour cesser de mettre le feu à tout ce qui l'entourait ou bien ne pas se laisser aller à la panique, car l'air venait vraiment à manquer à ses poumons. Aujourd'hui il porte une prothèse magique.

Gunter Il a un pingu qu'il a nommé Gunter. Il n'en voulait pas, c'est des fans qui l'ont offert. Il n'a pas vraiment eut le choix. Il a bien essayé de s'en débarrasser, mais il revient toujours. Gunter aime chanter. Il aime aussi danser. Et il aime surtout voler. Dès qu'il peut, il saute dans le sac de Godric pour venir aux entraînements. C'est aussi un voleur. Adepte des confiseries en tout genre, il aime voler bonbons et gâteaux. Cela lui arrive souvent d'aller dans les boutiques pour voler... C'est le pire pingu de tous les temps.

Que penses-tu des guildes ? En as-tu rejoint une ?

Chez les Fawley, on soutient toujours le côté du mal. Qui est pour eux le côté du bien. Grindelwald, puis Lord Voldemort. Ils choisissaient leur mage noir et le soutenaient avec ferveur. Cependant morts les uns après les autres, ils se sentaient vides. Ils firent partis des premiers membres de la guilde de Walburies. Ils choisissent d'ailleurs leurs compagnon•e•s au sein de la guilde Walburies. Il fut donc tout naturel pour Godric de la rejoindre. Il était encore un sorcier de premier cycle qu'ont lui fit intégrer la guilde. Il avait pour mission de recruter au sein de Poudlard les futurs membres. Ce ne fut cependant qu'à sa sortie de Poudlard qu'il assista aux réunions et se mit à participer aux missions. Les autres guildes ? Il les méprise, tout simplement. Elles sont une honte et ils aimeraient pouvoir les couler de l'intérieur, mais il paraît qu'il est trop jeune et surtout sa maladie le rend trop fragile aux yeux des dirigeants.

Que penses-tu de l'intégration des autres races dans le monde magique ? Et des cracmols et des moldus ?

Godric est fasciné par une chose : les jeux du cirque de Rome. Il aimerait bien qu'ils soient de nouveau présents. Les moldus et les nés moldus feraient de parfaits gladiateurs à son goût. Ou bien des esclaves. Les elfes de maisons ne sont franchement pas plaisants à regarder et il faut faire attention de ne pas leur donner de vêtements... Les harpies sont franchement pas sympas, mais plutôt séduisantes. Tant qu'elle le laisse en paix, ce n'est pas un soucis. Il pense qu'il pourrait d'ailleurs trouver des arrangements avec elles. Les gobelins ? Bha qu'ils continuent de s'occuper de l'économie, bien qu'il craint parfois qu'ils tentent de garder l'or pour eux. Quand aux êtres, il est sans commentaire. Cela dit tout. Pourtant, parfois un être arrive à dépasser sa race et recevoir le respect de Godric.

Que ferais-tu si tu rencontrais un troll des montagnes sur ton chemin?

Pourquoi est-ce qu'il ferait la rencontre d'un troll d'abord ? S'il est seul, il aura l'intelligence de le contourner et si le troll persiste à vouloir le suivre et bien, il devra s'assurer de le mettre KO pour que ce dernier ne soit pas trop agaçant. Dans le cas où il n'est pas seul, cela dépend de la personne avec qui il se trouve, mais bien souvent un incarcerem sur son compagnon suffira à attirer l'attention du troll sur ce dernier, laissant Godric s'en aller en paix sans se poser de questions de ce que va devenir le pauvre bougre. A la limite il lui offrira des pommes pour faire comme dans la chanson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 67

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Godric Fawley ▬ Détruis le destin avant qu'il ait le temps de te détruire.    Ven 12 Déc - 22:16


Histoire

« Vivide, Momo la marmotte, racontez-moi une histoire. »
« Je t'interdis de mourir. Tu m'entends ? Pendant sept ans j'ai dû te supporter à Poudlard, alors maintenant tu... Tu ne peux pas mourir. » «Morgane... » « Non Viviane. Pendant sept années j'ai dû le surveiller, m'assurer qu'il soit digne de notre famille, il a volé notre héritage, il nous a rabaissé au rang de simples femmes, il n'a pas le droit de mourir. » « Nous devrions lâcher sur lui ses nouvelles fans. La presse a su attiser leur cœur, je suis sûre qu'il en sera ravie. » Morgane lâche un rire sec, qui se termine en un sanglot. Les yeux brouillés de larmes, elle n'arrive pas à détacher le regard de son frère qui souffre. Il n'a pas l'air paisible, la douleur s'inscrit sur chaque trait de son visage et c'est ça le pire.

Il avait été tant attendus par les Fawley. Digne familles de sangs-purs, ils n'étaient pas des plus riches et n'assistaient guère aux mondanités. Ils étaient des reclus et à l'écart, mais ils respectaient avec parcimonie les traditions de leurs familles et à leur yeux, un garçon devait naître, sinon cela serait la fin. Ils ont eut une première fille, Viviane. Leur première déception. Onze mois plus tard à peine ce fut le tour de Morgane de naître. De nouveau une déception. Les grossesses à répétition n'était pas bon pour Andraste, pourtant elle continuait, elle voulait un fils. Ils finirent par user de la magie afin d'avoir un fils. Un vieux sort de magie noire pour s'assurer que le sexe de l'enfant serait le bon. Godric vit enfin le jour, onze mois plus tard lui aussi. L'enfant tant attendu. Leur héritier.

« Père. Pourquoi ne puis-je pas jouer avec mes sœurs ? » Il sentit peser sur lui le lourd regard de son père. Dehors le soleil illuminés de ses rayons le petit jardin dans lequel résonner les rires et les cris de joies des deux petites filles. « Tu es notre héritier fils. Tu ne peux te permettre d'être un idiot. » Sur ses mots il ferma les rideaux et tapota de sa baguette le livre sur lequel Godric se pencha pour apprendre à lire. Son père venait de traiter ses sœurs d'idiotes. Ce n'était pas la première fois et ça ne sera pas la dernière.

Ils n'ont pas eut la même éducation. Ses deux sœurs étaient libres, on n'attendait pas vraiment grand chose d'elles si ce n'est qu'elles fassent attention de ne pas déshonorer la famille. Elles n'avaient pas tous les cours que devaient subir Godric, mais elles n'avaient pas non plus le droit au moindre regard de la part de leurs parents. Son père et sa mère s'occupaient eux-même de l'éducation de leurs fils. Ses sœurs par contre étaient confiées à une vieille tante qui s'assurait de les éduquer comme des ladies. Son enfance fut très solitaire. Il n'avait pas le droit de joueur avec les autres enfants et pour compagnons de jeu il n'avait le droit qu'à un vieil oncle acariâtre qui dédaignait de lui apprendre l'art des échecs.

« Fou, va en B5. » « Envoyé ton fou, voilà qu'est folie ! » Godric leva un regard agacé vers son Thadeus. « La folie n'est que prise de risque mon oncle. » « Sais-tu au moins la signification de ce que tu viens de dire ? Ou bien te contentes-tu de répéter tout ce que ton père dit comme un petit singe savant. » Le jeu d’échec se fissura, Godric debout et furieux serre ses poings. « Ce n'est pas vrai mon oncle. » « Alors cesse de répéter ce que ton père dit. Et parle par toi-même. » Il tire le plateau vers lui. « Et bien. Tu as cassé mon jeu. Je crois pourtant que ton père en sera ravie. Ton premier acte de magie. »

Godric n'eut pas une enfance comme les autres. Il était l'héritier et on attendait de lui qu'il agisse ainsi. Pourtant parfois il arrivait à s'échapper de cette lourde charge. La nuit le plus souvent, quand ses sœurs venaient en catimini se réfugiaient dans son lit, en particulier l'hiver où il faisait froid. Le manoir n'était pas entièrement chauffé pour faire des économies et les chambres des filles étaient jugées comme superflus. Blottie contre ses deux sœurs aînées, il les écoutait avec émerveillement lui racontait des histoires. Viviane était très douée pour les inventer, mais Morgane elle savait racontait comme personne les contes de Beedle le Barde. Elles s'évertuaient à lui enseigneir ce qu'on ne lui apprenait pas : le respect des femmes. Que chacune d'entre elle était un bijoux unique et surtout l'égal des hommes. Ses sœurs étaient tout pour lui, elles sont aujourd'hui encore d'ailleurs tout pour lui.

« Comment se fait-il que je dois aller à Poudlard dans la même année que lui ? » « Tu es né en septembre, tu n'avais pas l'âge requis l'année dernière. » « Et pourquoi est-ce que c'est moi qui vais devoir le surveiller ? » « Tu ne dois pas le surveiller, mais t'assurer juste que ses relations sociales soient dignes de son rang et qu'il n'ait aucune difficulté. » « Mais... » « Ne nous désobéit pas ! Et quand votre frère vous donnera un ordre vous devrez l'écouter ! Il vous ait supérieur en tout point ! » Ce jour-là ces mots furent ceux de trop. L'idée d'assassiner leurs parent apparut dans leur esprit.

Ses parents auraient peut-être préférés qu'il soit à Serpentard comme nombreux membres de leurs familles, mais ce fut Serdaigle qui accueillit Godric tendit que sa sœur allée à Serpentard pour sa part. Pourtant cela n'attira pas pour autant les grâces de leurs parents. Bien qu'ils aient plusieurs mois d'écarts, ils étaient dans la même promotion et cela s'était un sujet risible à Poudlard. Rapidement ils firent taire tout deux les moqueries. Il avait ses amis, mais devait travailler dur et être digne de sa famille. Lui avait espéré échapper à l'influence de ses parents se trompa. Il devait agir comme ils l'entendaient, sinon ses deux sœurs en pâtissaient. Jamais on ne leva la main sur lui, mais ses sœurs devaient payer ses frasques. Il apprit à se montrer discret et agir avec fourberie. Ce fut Morgane qui lui apprit à agir dans l'ombre.

« Godric. Tu rates encore une fois un entraînement et je te vire de l'équipe ! » « Je suis doué ! Je n'ai pas besoin de » « Tout le monde a besoin de s’entraîner ! Si tu prend le quidditch à la légère alors ta place n'est pas l'équipe. » Le jeune homme foudroya du regard son capitaine d'équipe. Il n'avait pas eut le choix, il devait travailler terminer sa traduction des runes. Depuis qu'il avait rejoint l'équipe son niveau avait baissé, il avait délaissé les études au profit du sport et ses sœurs en avaient pâtis, encore une fois, par sa faute. « Bien. Je ne raterai plus. Je le promet. »

Le quidditch était tout dans la vie de Godric. En troisième année il rejoignit l'équipe comme poursuiveur. Il n'était pas très doué, mais on avait besoin d'un poursuiveur de tous les mauvais, il était le moins mauvais, tout simplement. Le quidditch devint rapidement toute sa vie. Il se sentait enfin libéré de ses parents, des contraintes. Il se donnait à fond dans le sport et rapidement devint bon, même très bon. Toutefois ses études se mirent à en patir. Au lieu de faire partie des meilleurs, il était moyen. Ce qui ne convenait pas à sa famille. Il se mit à délaisser le quidditch pour préserver ses sœurs, mais cette fois-ci on le menaça de le virer de l'équipe. Ce fut alors le début d'une longue période où il dormit peu, travaillant beaucoup, s’entraînant beaucoup aussi et avec tout cela il devait avoir des relations sociales saines et normales. Tout ça à cause de ses parents.

« Je suis fiancé à cette fille... C'est... » « Elle est plutôt jolie et si tu dois en vouloir à quelqu'un c'est à père et mère, pas à elle. » « Elle traîne avec d'autres garçons ! Elle fait exprès de les séduire ! » Morgane pousse un soupire et soulève les épaules. « Alors fait comprendre à tout le monde qu'elle est ta fiancée et qu'en tant que telle elle n'a pas le droit. » « Au moins père et mère se soucient de toi... » « Viviane... » « Cela serait tellement plus simples qu'ils soient morts. »

Solveig. Voilà comment s'appelait sa fiancée. Il ne l'aimait pas, mais affirmait qu'elle n'avait pas le droit de voir d'autres. Elle était sienne et en tant que telle ne devait voir les autres. Il agissait comme un fiancé, mais ce n'était que comédie. Surtout pour ses parents, il avait peur que les frasques de Solveig (l'impétueuse osait sourire à d'autres hommes !) retombent sur ses sœurs. Ce fut ainsi que l'idée d'assassiner leurs parents apparut. Ces derniers étaient bien trop dangereux pour ses sœurs. D'un commun accord, il fut décidé qu'ils attendraient leur sortit de Poudlard pour cela, mais ils n'eurent pas le temps. Tout alla très vite, trop vite. D'abord la guilde Walburies recruta Godric. Ses sœurs de nouveaux furent mises à l'écart. De toute manière les affaires de familles les intéressaient que peu. Il se mit à avoir de réels sentiments pour Solveig. Il aimait la demoiselle. Elle était pour lui et il la traitait comme une princesse. Ses parents étaient satisfais, ses sœurs en paix.

Il quitta enfin Poudlard. Aussi étrange que cela puisse paraître, il emménagea avec ses sœurs. Seul héritier, il était le seul à avoir une partie de la fortune familiale. Ses sœurs n'avaient le droit à rien, on ne tenait pas à séparer l'héritage. Tous les trois s'éloignèrent peu à peu de leur famille qui tentait pourtant de garder un contrôle sur eux. Ses sœurs trouvèrent enfin un métier et Godric fut accepter dans les canons de Chudley. Un coup de chance il faut bien le dire, ses relations avaient fait en sorte qu'il soit présenté à un entraîneur désespéré ayant besoin à tout prix d'un poursuiveur. L'équipe gagna le match. Il fut engagé à son plus grand bonheur. Il pensait avoir tout. Et puis la maladie le foudroya.

La saison était terminé, il ne manqua que les entraînements, pourtant il fit les gros titres de tous les journaux. Ses sœurs se relayaient à son chevet. Le sort qu'on avait usé pour sa naissance lui faisait aujourd'hui payer le prix. Des demoiselles éplorées lui envoyés des hiboux remplis de parchemins larmoyants et des cadeaux en tout genre pour le héros qu'il était. On lui amputa la jambe. Ce fut un coup dur. Il s'accrocha à une idée : le meurtre de ses parents. Ce qui n'était qu'un fantasme devait devenir une réalité. S'il perdait sa jambe aujourd'hui, c'était de leur faute. S'il était atteint de cette maladie... Il s'accorda avec ses sœurs sur l'idée. Ils allaient les tuer. Il était temps pour eux d'être enfin libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 100

MessageSujet: Re: Godric Fawley ▬ Détruis le destin avant qu'il ait le temps de te détruire.    Sam 13 Déc - 18:18

Mon amouuuuuuur
Pour le SolDoMi... je te tuerais plus tard.

Pour le moment, je suis ici pour te valider, mes félicitations mon coeur! Tout est parfait, j'adore et puis j'ai plus besoin de te dire de passer par les listes!

À bientôt en rp x)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Godric Fawley ▬ Détruis le destin avant qu'il ait le temps de te détruire.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Godric Fawley ▬ Détruis le destin avant qu'il ait le temps de te détruire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Que le vent te pousse toujours en avant et que le soleil illumine ton visage, que les vents du destin t’emmènent danser avec les étoiles... (hot)
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» On ne contrôle pas le destin !
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Gestion du personnage
 :: Fiche de présentation :: Fiches Validées
-
Sauter vers: