Partagez | 
 

 Heureux hasard - PV Solveig

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Heureux hasard - PV Solveig   Dim 28 Déc - 19:44


Solveig et Lily Rose.
Toi & Moi
Elle profitait de ses moments de solitude pour flâner dans les rues de Londres. Le côté moldu lui permettait, en général, de se tenir à l'écart de tout membre de la Communauté magique. Elle, fuir le monde sorcier ? Oui, ça lui arrivait de temps à autre, quand son côté solitaire ressortait plus fortement que d'habitude. Et puis, n'avait-elle pas le droit d'aller à la rencontre de ces personnes dénuées de tout pouvoir pour observer leur comportement, leurs machines, leurs inventions ? De plus, Lily-Rose était discrète, aussi n'attirait-elle pas l'attention sur elle, ce qui permettait à ses escapades d'être plus tranquilles. À ceux qui se poseraient la question, si Lily-Rose appartenait à la Guilde de Walburies, et même si elle ne désirait pas l'intégration des moldus dans le monde magique, elle n'était pas non plus dégoûtée de ces personnes là. Ils ne faisaient simplement pas parti de son monde et c'était aussi bien ainsi.

Lily-Rose marchait lentement, son regard se promenant sur les différents édifices tandis que son chien suivait derrière, paisiblement. Elle ignorait combien de temps elle avait déjà passé de ce côté de Londres et s'en foutait éperdument. Aujourd'hui pas de travail, pas de réunion de Guilde, pas de passage forcé et hypocrite chez Élisabeth. Elle était libre, libre de faire et d'aller où elle le désirait. Elle retint un soupir en se demandant pourquoi elle éprouvait ce besoin de fuir ce monde magique où elle avait tout. Un nom, une catégorie sociale, un entourage, un travail qui lui plaisait, assez d'argent pour s'arrêter de travailler et vivre confortablement... Elle était persuadée de détester cette Guilde, ces idées et cette hypocrisie mais elle avait toujours vécu là-dedans, elle ne savait pas vivre autrement qu'en étant traité comme une princesse. Certes, elle avait un côté solitaire, mais de là à haïr cette société qui était la sienne depuis toujours... Au final, elle ne faisait que se raconter des mensonges en se répétant sans cesse qu'elle ne les aimait pas et qu'elle valait mieux que toute cette hypocrisie et ces obligations.

Bref, vous l'avez compris, elle n'avait en aucun cas prévu de tomber sur un sorcier. Encore moins sur elle. En réalité, elle ne l'avait pas vu arriver, elle avait failli la percuter et s'était décalée au dernier moment. « Désolée » avait-elle lancé froidement avant de s'attarder sur la personne qui se trouvait en face d'elle sur le trottoir. Solveig Rosenbaum. Super, il ne manquait plus qu'elle. Le visage de Lily-Rose se fendit d'un sourire chaleureux. Un sourire parfaitement hypocrite et qui paraissait parfaitement naturel. Des années d’entraînement, et elle savait qu'il en était de même pour la jeune femme. Pour tout vous avouer, Solveig représentait un peu tout ce que Rose ne supportait pas. Elle faisait potiche, petite enfant parfaite, et elle était fiancée à Godric Fawley. Bref, rien chez elle ne trouvait grâce aux yeux de Lily-Rose. Mais les apparences étant primordiales... « Oh Solveig, je ne t'avais pas reconnue ! Qu'est ce que tu fais ici ? » D'ailleurs, à y regarder de plus près, Lily-Rose avait marché assez longtemps et ne savait pas exactement où elle se trouvait mais peu importait. Pour le moment, mieux valait se concentrer sur Solveig et sur la conversation dénuée d'intérêt qu'elles allaient sûrement avoir.


© Pando


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 100

MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   Ven 30 Jan - 23:59

La guilde, c'est toute ma vie. Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai, je n'ai pas que ça. J'ai aussi un métier qui me plaît et où je peux traumatiser de temps à autre quelques personnes tout en restant absolument discrète ou simplement augmenter leur douleur sans que cela paraisse suspect. J'aime bien cette idée de rester complètement maître de la situation et en dehors de tous soupçons. Et à part ça? Oh, j'ai un fiancé que j'aime, même s'il est peu probable que je le lui avoue dans l'immédiat... Il faut dire qu'il est plutôt con, enfin il l'est très souvent en tout cas, mais sinon c'est un sang pur parfait même si son caleçon le démange un peu trop souvent à mon goût. Mais bon, aujourd'hui, c'est la guilde qui m'occupe. Pas de manière officielle mais quand même, c'est pour elle que je me promène maintenant dans le monde moldu. Je déteste ce monde et tous ces moldus puants et inutiles, mais il est parfois nécessaire de se "mélanger" à eux et aujourd'hui c'est une de ces journées où cela est obligatoire. Je me suis levée ce matin en étant bien décidée une fois de plus d'essayer de confondre cette garce de Lily-Rose. Ce que j'avais contre elle? Dans l'absolu pas grand chose. Je la trouvais pas assez impliquée dans la guilde, pas assez sûre d'elle dans ses sentiments au sujet des moldus. Et puis... et puis... il y avait quelque chose entre Godric et elle ou avait eu... je ne sais jamais bien avec Godric.

Et donc j'avais décidé de suivre la garce blonde. Plutôt douée dans le truc de passer un peu inaperçue tout en me faisant remarquer un peu, j'étais habillée en parfaite moldue bien que j'ai tout de même opté pour une robe parce que bon, une fille comme moi ne porte pas de jeans, ce serait inconvenant. Oh et j'avais légèrement changé mon apparence, des cheveux longs et bruns et un visage un brin plus fin que le mien. L'avantage principal d'être métamorphage était qu'il était plutôt facile de passer inaperçu vu qu'on pouvait changer de visage à tout moment... Et puis au bout d'une petite heure de filature, j'en ai eu marre, j'ai changé de trottoir et puis je l'ai dépassée pour qu'on se croise "par hasard" dirons-nous. Faufiler dans une allée, je retransforme mon apparence pour redevenir moi et puis je sors de ma cachette le plus naturellement du monde. Je marche encore un peu et puis je traîne ici et là. Quand je la vois arriver, je me mets volontairement dans son chemin pour qu'elle me bouscule ou risque de le faire. Et ça ne manque pas! Je suis assez douée à ce petit jeu. Et dans le fond, si tu ne t'attends pas à être suivie, tu ne t'en rends pas compte... je l'avais appris à mes dépens à mon plus jeune âge. Quand vous apprenez à fuir et à survivre dès que vous savez marcher, vous avez une acuité du monde différente de la plupart des gens. Paranoïaque? Oui, un peu, il faut bien l'avouer. Quoi qu'il en soit, il est rare que j'oublie de surveiller mes arrières ou de vérifier que je ne suis pas suivie!

Une voix froide s'excuse et puis le visage de Lily-Rose se transforme pour m'offrir un sourire chaleureux. Si je ne m'y connaissais pas aussi bien en garce attitude, je pourrais presque croire que ça lui fait plaisir de me rencontrer par hasard ici. Mais je ne suis pas dupe et les faux-semblant ont repris de plus belle. J'aime jouer à ces jeux-là, mais je ne crois pas que la petite Flint les apprécie autant que moi. Oh certes, elle est experte là-dedans, éducation de sang-pur oblige, mais... ce n'est pas autant son genre que ce qu'on pourrait penser. Et puis des mots dénués d'originalité sorte de la bouge de cette garce... elle ne m'a pas reconnue et elle me demande ce que je fais ici. Est-ce que ça la regarde? Non, absolument pas. Est-ce que je vais lui dire la vérité? Aucune chance. Mais oui, je vais lui répondre. Et comme toujours quand je lui parle, les mensonges seront la matière la plus dense qu'elle recevra, malgré quelques petites vérités parfois glissées dans la conversation pour que cela paraisse plausible, réél et vrai. Je lui fais un sourire chaleureux et touche légèrement son bras. Lily-Rose Flint! Si je m'y attendais! Et bien le hasard fait bien les choses on dirait. En fait, j'aime pas trop cet endroit, mais j'avais un rendez-vous discret... avec un de mes informateurs. Les derniers mots sont dit avec une tonalité de complicité et un petit regard autour de nous comme si j'avais un peu peur d'être surprise. J'adorais jouer les potiches un brin idiote quand j'étais en société... Pourquoi? Parce que si tout le monde vous prend pour une potiche, plus personne ne se méfie de vous et les langues peuvent soudainement se délier... ou alors juste ne plus faire attention que vous êtes dans le coin. S'ils s'en rendent compte, il vous arrache une promesse de silence... mais que vaut une promesse de ce genre dans un contexte où les gens vous prennent pour une conne? Elle ne vaut rien. Certains s'en sont rendu compte à leur dépens. Un jour, j'ai pris plaisir à faire chanter un homme qui trompait sa femme, quelle jouissance sans fin. Enfin, ce n'est pas le sujet. Je souris toujours, de ce sourire lumineux mais légèrement creux. Avec un petit air de conspiratrice, je me penche légèrement pour lui avouer une nouvelle idiotie. Et puis je dois t'avouer que je suis tombé en amour avec une collection de bijou... Elle est moldue mais magnifique! Je ris et puis la regarde. Et toi alors? Que viens-tu faire dans un coin comme celui-ci? Il n'y a pas grand chose de bon, il faut bien le dire... Léger sourire et puis je lui prends le bras. Continuons à marcher ensemble. Il est bien plus agréable d'avoir de la compagnie... Je trouve ça drôle. J'espère lui gâcher sa journée... Et puis si je peux découvrir quelque chose sur elle pour confirmer mes soupçons, ça serait la cerise sur le gâteau, il faut bien le dire!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   Lun 2 Fév - 22:40

    D'accord, Solveig jouait parfaitement la cruche. Tant et si bien que Lily-Rose y croyait, bien évidemment, elle ne l'avait jamais vu autrement. Cependant, d'un naturel méfiant, elle demeurait sur ses gardes, surtout quand il s'agissait de quelqu'un de sa Guilde. Elle était sur le qui-vive, ne laissait pas la place à l'erreur. Si Solveig était passée maître dans l'art de se faire passer pour quelqu'un d'autre, Lily-Rose en était arrivé au même point quand il s'agissait de se protéger. Elle ne laisserait personne connaître ses réelles pensées sur la Guilde. Elle n'en parlait à personne et ne comptait pas le faire un jour. C'était primordial pour conserver sa place qui, elle devait l'admettre, était bien pratique. Cependant, Solveig tombait au mauvais moment. Comment justifier sa présence chez les moldus ? Elle n'avait aucune excuse valable, elle n'était là que pour une seule raison : fuir le monde socier pour un temps. Et c'était définitivement un échec. Merci Solveig. En attendant, elle ne faisait que sourire avec une hypocrisie répugnante qui était cependant devenue quotidienne. Elle n'avait pas le choix, c'était un moyen de se protéger. Lily-Rose écouta donc avec une attention non feinte la réponse de son interlocutrice qui s'était elle aussi fendue d'un sourire aussi superficiel que chaleureux. Elles n'étaient que faux semblants et mensonges, n'est-ce-pas ? La jeune femme l'écouta donc, accentuant son sourire lorsque Solveig termina sa phrase. Il fallait bien jouer le jeu jusqu'au bout, sinon, ça n'en valait pas la peine.

    Elle l'écouta, encore, quand elle lui parla de la collection de bijoux qui laissant Lily-Rose parfaitement indifférente au fond, alors qu'elle feignait la surprise. Son rire vint se mêler à celui de Solveig alors qu'elle bouillonnait intérieurement. Quelle torture, elle n'avait qu'une envie : fuir. D'un œil furtif, elle surveilla son chien qui s'était éloigné un peu plus loin, elle se contenta de le rappeler à l'ordre avec un faible sifflement qui le fit accourir dans sa direction. Elle entendit à peine la question de Solveig, n'eut pas le temps de lui répondre que déjà, celle-ci la prenait par le bras pour marcher à ses côtés. En réalité, Lily-Rose détestait ce genre d'étreinte mais elle se laissa faire. Si elle laissait Solveig les guider, cette torture prendrait peut-être rapidement fin, non ? En attendant, il fallait qu'elle réponde. Parfois, elle était vraiment soulagée de ne pas être stupide : il aurait vraiment été difficile pour elle de se tirer de ce genre de situation si ça avait été le cas. « Je compte sur toi pour me montrer la collection de bijoux et ne pas tout garder pour toi, Solveig ! » répondit-elle dans un sourire charmant. « Je suis là pour le boulot, je ne décroche jamais complètement et... j'avais une idée en tête que je devais tirer au clair et qui nécessitait l'environnement des moldus ! » Encore heureux pour elle, être Langue de Plomb était un métier assez fermé et mystérieux qui lui offrait beaucoup d'alibis. Lily-Rose continua donc à avancer aux côtés de Solveig, tandis que son molosse l'accompagnait sur sa droite. « Je ne sais définitivement pas comment on peut vivre dans ce monde dénué de magie. » ajouta-t-elle finalement. Et pour le coup, elle était réellement sincère. Si elle n'adhérait pas entièrement aux idées des Walburies, elle demeurait une sorcière sang-pur, bien trop attachée à la magie pour pouvoir s'en passer. « Comment ça se passe en ce moment pour toi alors ? On n'a pas souvent l'occasion de discuter ! » Et oui, allez, rien de mieux que d'entendre Solveig déballer sa vie pour passer une bonne après midi.


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 100

MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   Ven 6 Fév - 9:55

Faux-semblant, sourire, mensonge. J'aimais beaucoup jouer la comédie et puis là je savais en venant me promener dans le coin que ce serait une journée comme cela. Que je sois vraiment moi-même... c'est plutôt rare. Parfois avec Godric. Il est certainement l'une des personnes qui me connaît le mieux. En fait, je trouve ça extrêmement amusant et distrayant de changer d'attitude selon avec qui je suis. La garce nunuche quand il s'agit de la guilde en général. Implacable en mission. Bonne et généreuse au boulot. Le maître chanteur pour d'autres... Milles facettes. Non, pas la boule à facettes. Juste différentes facettes. Ouais, je me parle toute seule dans ma tête, ça gêne quelqu'un? Pour en revenir à nos dragons, cette Lily-Rose ne m'inspirait pas confiance. Et ça, ça faisait déjà un moment. Je sais pas, pas assez convaincue par la cause ou autre chose dans son expression ou juste dans sa manière d'être. Son gros toutou, je crois qu'il m'aime pas trop. Il s'éloigne d'ailleurs un peu et j'espère un instant qu'on va le perdre. Mais non, Lily le rappelle tout de suite pour qu'il revienne vers elle. J'ai une relation plutôt conflictuelle avec les animaux et puis je savais que je n'inspirais pas confiance à ce gros toutou. Oh, il ne m'attaquait pas, mais il ne m'aimait pas. Était-ce un réflexe pavlovien parce que sa maîtresse me détestait? Peut-être bien. Enfin, j'étais pas sûre et certaine que Lily-Rose me déteste, mais j'étais certaine qu'elle ne m'aimait pas et j'étais certaine aussi qu'elle savait que c'était réciproque. Malgré les faux semblants de notre milieu, nous savions ce qu'il en était le plus souvent. Bien sûr, parfois des choses nous échappaient, mais il fallait rester prudent quand on faisait partie des Wallys et ça, tout le monde le savait. En fait, mon but cacher était de discréditer cette petite gourgandine et de la faire tomber de son piédestal. Pourquoi? Parce qu'elle était jolie. Parce qu'elle était blonde comme moi. Et parce que quelque chose de pas net existait dans sa relation avec Godric. Ces toutes petites choses suffisaient pour moi à en faire une ennemie.

Quand je l'avais saisie par le bras pour l'emmener avec moi, j'avais cru sentir une légère raideur mais celle-ci avait passé si vite que je n'en étais pas sûre. Un sourire sur les lèvres, elle me dit qu'elle compte sur moi pour ne pas garder toute la collection pour moi. Un rire charmant s'échappe de ma bouche tandis que je continue d'avancer. Elle me dit être là pour le boulot, un truc à tirer au clair dans le monde moldu. Ça se tient plus ou moins. Je sais qu'elle bosse au département des Mystères et il faut bien dire qu'ils portent bien leur nom ceux-là. Personne ne sait exactement ce qu'ils y font, beaucoup de rumeurs pour peu de vérité selon moi. Tiens, ça me rend curieuse, peut-être une petite enquête à monter, peut-être une personne à torturer... Enfin, avec le ministère, il faut tout de même rester prudent, ils ont tendance à enquêter longuement lorsque l'un des leurs disparaît ou meurt de façon suspecte. J'hausse les épaules quand elle dit ne pas comprendre comment on peut vivre sans magie. Je ne comprends pas non plus, enfin je ne l'envisagerais même pas une seule seconde. C'est un monde à part qui n'existe la majorité du temps même pas dans mes pensées. Et puis elle se met en mode "pimbêche", enfin c'est du moins comme ça que je le vois. Elle ne m'aime pas, mais s'intéresse faussement à ma vie. Et puis le plus drôle, c'est qu'elle en rajoute une couche en me disant qu'on a pas souvent l'occasion de discuter. Je pense qu'elle préfèrerait perdre un doigt plutôt que de me voir tous les jours, mais bon, qu'en sais-je dans le fond?Je lui fais un sourire mi-contrit, mi-timide. C'est vrai qu'on se croise rarement, on devrait remedier à cela! Ouuh, je mens comme je respire. Oh ma vie est un long fleuve tranquille... Ce qui est clairement pas vrai. Mais la vérité, c'est tellement surfait. Le boulot, un peu la guilde et puis beaucoup de temps consacrés à mon fiancé. Je pense d'ailleurs que la demande officielle ne devrait plus tarder maintenant... Il est tellement tendre et aimant. C'est vraiment l'homme parfait. Je glousse de ravissement. Godric, un homme tendre et aimant? Par Merlin, je dis vraiment n'importe quoi aujourd'hui. Enfin, il peut être tendre... aimant... je sais pas trop.

Soudain, je l'entraîne avec moi un peu plus vite. On est arrivée devant une vitrine repérée préalablement. Et ouais, je donne pas d'alibi sans en avoir validé les détails avant. Je me penche sur la-dite vitrine et je montre un groupe de bijoux. De l'or blanc et de l'or jaune, finement travaillé, mais gardant un côté brut du fait que certaines parties de l'or restent mat et ont l'air moins travaillée. C'est un style particlier mais que j'adore vraiment. Une vérité parmi une pléthorre de mensonges. J'ai les yeux qui brillent et je souris de plus belle. C'est... particulier. Mais j'adore. Et puis je me retourne pour regarder mon interlocutrice, les yeux petillants. Et toi alors? Qu'est-ce que tu racontes? Tu n'as pas de fiancé à tes pieds? Je suis curieuse parce que les familles de sang pur qui ne marie par leurs "enfants" de force sont plutôt rares, voir très rares. Je fais un pas de côté alors que son clebs s'approche. En fait, j'aime pas les animaux à poil, ça pue et ça laisse des poils justement. Le pingu de Godric, je l'aime bien parce qu'il fait chier Godric et puis aussi parce qu'il est chou, chapardeur et qu'il perd pas de poils. On m'a imposé le mien de fiancé... mais pour finir, je suis ravie, Godric est pile l'homme qu'il me fallait... Allez on ajoute une pincée de rêve dans son regard. Je veux tout savoir de cette femme étrange. Sang-pur respectée de 25 ans et pas de mariage en vue, première bizzarerie notable.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   Jeu 12 Fév - 21:35

    Elle aurait du trouver une excuse pour s'en aller. Prétendre qu'elle avait un rendez-vous, qu'elle avait invité sa mère à dîner et qu'elle devait rentrer préparer le repas, qu'elle avait été appelée au ministère d'urgence... Oui, elle aurait du inventer n'importe quoi au lieu de rester là, à jouer un rôle de pimbêche qu'elle détestait, en compagnie d'une femme avec laquelle elle n'avait définitivement aucune affinité. C'était une perte de temps pure et simple, et Lily-Rose ne supportait pas ça. Quoi de pire que d'être là, en compagnie de Solveig, à parler de... de quoi déjà ? De leur vie respective, enfin des événements sans importance. Rose n'était pas naïve : son interlocutrice devait lui dissimuler autant de choses qu'elle le faisait. Tout n'était que faux-semblants et hypocrisie. Le seul un tant soit peu honnête là-dedans était sans doute Frusciante qui semblait hostile à la présence de Solveig. D'un autre côté, il devait sans doute ressentir ce que Lily-Rose éprouvait à l'égard de la jeune femme, quoi de plus normal qu'il soit méfiant envers elle ?

    Lily-Rose reprit le cours de la conversation en feignant l'attention alors que Solveig reprit la parole. Oui bien entendu, se voir plus souvent, une brillante idée, la jeune femme en mourrait d'envie. Qu'est ce qui l'énervait le plus en ce sourire faussement timide ou cette voix qui semblait totalement chaleureuse ? Elle avait du mal à le savoir. Et voilà maintenant qu'elle déballait sa vie, mais Lily-Rose l'avait bien cherché après tout. Elle n'eut aucune réaction lorsqu'elle prononça le nom de son fiancé. Il n'y avait aucune surprise là-dedans, Lily-Rose était au courant depuis bien longtemps de ce mariage imposé. Et puis qui de mieux que Godric pour aller avec quelqu'un comme Solveig ? Ils étaient sans doute très bien tombés. Lorsque son interlocutrice gloussa, Lily-Rose lui répondit par un sourire complice. L'homme parfait, Godric ? Elle avait de grands doutes là-dessus, encore une preuve de leurs mensonges respectifs, non ? Il n'y avait aucune honnêteté dans leur dialogue, aucun intérêt non plus, c'était d'une banalité effrayante. Lily-Rose ne songeait qu'à une chose : partir.

    Mais il n'en n'était pas question, et pour preuve, Solveig accéléra pour l'emmener devant ladite boutique pour lui montrer la collection dont elle parlait. Lily-Rose devait bien admettre que Beerbaum avait du goût. C'était original, certes, mais c'était fin et les couleurs se mariaient à merveille. Elle détacha son regard de la vitrine pour le poser sur Solveig lorsqu'elle lui demanda à son tours ce qui se passait dans sa vie en ce moment. Voyant la réaction de la jeune femme lorsque Frusciante s'approcha, elle l'appela aussitôt pour qu'il s'assoit à côté d'elle et le plus loin possible de sa très chère amie. Très chère amie qui en rajoutait une couche avec Godric, ça devenait presque louche mais Lily-Rose se contenta de lui adresser un sourire ravie avant de répondre.« Oui, on devrait faire en sorte de se voir plus souvent ! » Fort heureusement, le mensonge était devenue une seconde nature chez elle. « Et tu as l’œil Solveig, c'est original mais aussi très beau ! » Enfin une vérité, quel dommage que ce ne soit que pour des futilités pareilles. « J'imagine que Godric et toi formez un très beau couple, tu es chanceuse, beaucoup ne s'en tirent pas aussi bien ! » répondit-elle dans un sourire. Ce qui n'était pas totalement faux, Godric et Solveig devaient faire pâlir de jalousie plus d'une personne. « Oh tu sais, ma vie est aussi tranquille, je suis très, enfin trop, souvent occupée par mon travail, je n'ai pas tellement le temps de m'occuper d'un fiancé ! » termina-t-elle en riant. En réalité, elle pourrait s'arranger pour avoir le temps, elle n'en n'avait simplement aucune envie. À quoi bon s'encombrer avec un fiancé ? Cette idée de dépendance ne lui plaisait pas le moins du monde. Son regard se reporta sur la vitrine. « Tu comptes les acheter ? » demanda-t-elle pour relancer la conversation des bijoux. Même si au fond, ça ne l'intéressait pas plus que ça, voire même pas du tout mais elle était là maintenant, alors autant jouer le jeu.


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 100

MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   Sam 28 Fév - 18:26

Elle confirme qu'on devrait se voir plus souvent. Un petit sourire suffisant naît sur mes lèvres. Je n'ai pas pu le ravaler celui-là. Je suis presque certaine qu'elle ment autant que moi. Elle n'a pas l'air de m'aimer. Mais le fait est, que je veux toujours savoir ce qu'elle a dans le ventre cette petite garce. Et j'aimerais bien connaître également son passif avec MON fiancé. Je sais qu'il y en a un, je le sens au plus profond de moi. Je pourrais toujours exiger une réponse de Godric, mais je ne suis pas sûre qu'il me dirait la vérité ou alors il essayera de me faire mal. Je le connais mon homme. Il est comme ça. Je l'aime. Logique? Certainement pas. Mais je m'en fous, c'est la vérité. Et puis la souffrance est toute relative et elle permet de se rendre compte que l'on est en vie, n'est-ce pas? Une relation étrange avec la douleur? Sans aucun doute. Ça me vient de mon éducation. On m'a appris à maîtriser la douleur pour que si je me fais prendre un jour, je puisse y résister et puis également que je connaisse ce que je peux faire endurer aux autres. En fait dernièrement, j'ai très envie de me trouver un jouet pour tester sa résistance. Je serais curieuse de savoir à quel moment on peut passer dans la folie suite à de la torture. La curiosité est une chose magnifique. Elle peut motiver à faire de grande chose. D'ailleurs, ça me plairait de faire mal à Lily-Rose... Je l'imagine parfaitement hurler sous mes instruments. Mmh, que de douces pensées.

Elle aime les bijoux, pas vraiment une surprise, ils sont en effet magnifique. Elle a du goût, dommage. Et puis elle dit que j'ai de la chance, qu'on forme un très beau couple. Et bien... surprise, surprise. Elle approuve. Un brin de concentration et mes joues se colorent de rose. Ooouh, j'ai l'air de rougir. J'aime mon don. Oh tu es adorable, merci. Pimbêche sans cervelle, c'est moi dans toute ma splendeur quand le coeur m'en dit. Et puis elle passe sur sa vie. Tranquille. Très occupée par son travail. Pas le temps pour un fiancé. Diantre, quelle idiote. Et puis elle me demande si je vais acheter. Je fais un grand sourire faussement coupable. Je crois bien que je vais craquer. Mais en fait, je vais surtout en faire des allusions à mon cher et tendre... Ah les hommes... on est bien obligée de tout leur faire comprendre de manière détournée. Je souris et puis me retourne vers la rue. Une moue agacée sur les lèvres. Par Merlin tout puissant, ce que ces moldus sont étranges et retardés quand même. Et oui, je n'ai aucun respect pour eux. Ils sont une des plaies de notre société. Certes, ils peuvent être utile dans certains cas. Mais ils ne devraient pas avoir le droit de vivre comme ils l'entendent. En fait, peut-être bien qu'un sorcier devraient s'y infiltrer pour devenir ministre. Oh il aurait pas besoin de se faire élire de manière régulière. Quelques sortilèges devraient certainement suffire. Tiens, ça serait une idée n'empêche. Je reviens à mes moutons et regarde mon interlocutrice. J'ai la vague impression qu'elle a hâte de terminer cette "entrevue". Mais il est difficile de se débarrasser de quelqu'un dont vous êtes censés apprécier la compagnie. Oh, elle aurait pu. Au début de notre conversation en essayant de se défiler. Si elle avait trouvé une excuse plausible, elle aurait pu. Mais il est trop tard.

Et puis je veux revenir au sujet des fiancés. Sa famille est indigne si elle ne lui a pas trouvé de fiancé. Tiens, je me demande si elle a encore de la famille. Peut-être qu'elle est orpheline et dans ce cas... c'est plausible qu'elle n'en ait pas encore. J'essaie de fouiller ma mémoire... oh je crois que son père est mort. Oui, oui, c'était ressorti de mon enquête préliminaire sur elle. Ta famille ne t'avait pas choisi de fiancé? C'est quand même étrange, parce que c'est très très courant dans les familles de sangs purs. Je hausse les épaules. Sinon, tu as eu de la chance dans le fond. Mais bon, la guilde pourrait vouloir te marier. Je suis désolée de le dire, mais une femme célibataire fait mauvais genre pour un groupe comme nous. Oh tu es encore relativement jeune, donc ça va encore. Je pose une main qui se veut rassurante sur son avant-bras. Mais tu connais Adamée? Elle fait partie de la guilde. Ils lui ont trouvé un fiancé. Elle a 28 ans et n'était toujours pas en voie de se marier. Alors ils lui ont dit qu'elle devait épouser Arcas avant la fin de l'année, sinon elle pouvait quitter la guilde et ne plus jamais y revenir. J'ai trouvé ça un peu dur. Mais Arcas est un homme bon. Bon il faut avouer qu'il est plutôt amoché depuis son retour d'Afrique avec sa grande cicatrice sur le visage... mais bon, c'est un homme bien. Je hausse les épaules. Les femmes doivent avoir un homme, c'est une des règles de notre société. Et tant pis si c'est sexiste. Ça me ferait marrer qu'il l'oblige à se marier... je vais en parler dans la guilde discrètement. Ils risquent d'essayer de te faire rentrer dans le rang... avant 30 ans. Mais c'est juste la vérité en plus. Même si je tentais pas d’accélérer les choses, ça allait lui tomber sur le coin de la figure à un moment ou à un autre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   Mer 4 Mar - 15:01

    Ce qu'il y avait de terriblement horripilant, avec Solveig, c'est qu'elle semblait prendre du plaisir dans cette situation que Lily-Rose détestait. Oui, à en juger par ce sourire satisfait que la jeune femme avait remarqué, Rosenbaum appréciait grandement les mensonges de Rose. Rose qui d'ailleurs était certaine que l'attitude de son interlocutrice n'était qu'une façade. L'une comme l'autre jouaient un rôle, et il fallait dire que celui de la blonde sans cervelle collait parfaitement à Solveig. Elle n'avait qu'une envie : la planter là, faire demi-tour et la laisser devant sa boutique moldue. Mais elle ne pouvait pas, plus maintenant. Elle ne pouvait pas tout à coup prétendre être attendue quelque part, elle n'était pas stupide, elle savait très bien que ça ne ferait qu'attiser la curiosité de la jeune femme et elle n'avait absolument pas envie que ça arrive. Lily-Rose la regarda rougir en retenant bien consciencieusement un rictus méprisant qu'elle sentait monter. Tout était faux chez elle, alors pourquoi pas même ce rouge qui colorait ses joues ?

    À la place de son mépris, Lily-Rose afficha un sourire complice pour répondre à la tira de sa chère amie. Elle se fichait éperdument de la façon dont elle allait s'y prendre pour faire craquer Godric. Il accepterait dans tous les cas, elle lui faisait au moins confiance là-dessus. Elle acquiesça lorsque Solveig aborda brièvement le sujet des moldus, elle était plus ou moins d'accord là-dessus. Disons qu'ils avaient une certaine utilité bien qu'elle demeurait particulièrement limitée. La jeune femme se méfia d'autant plus quand elle relança le sujet des fiancées. Lily-Rose eut un sourire reconnaissant lorsque son interlocutrice osa déposa sa main sur son avant bras. Elle en était consciente, la Guilde pouvait faire pression sur sa mère pour lui en imposer un. Mais elle refusait. Elle avait toujours refusé cette idée qu'elle trouvait particulièrement stupide. Bien entendu, sa génitrice lui avait de nombreuses fois soufflée l'idée, et il en avait toujours suivi des échanges houleux et agréables ni pour l'une, ni pour l'autre. La vérité, c'était que Lily-Rose tenait à cette certaine liberté qu'elle détenait encore. Pendant maximum cinq ans, si elle en croyait les paroles de Solveig. Mais après tout, elle prenait déjà sur elle pour les apparences quand elle était en réunion avec la Guilde, ou dans ce genre de discussion. Elle refusait donc catégoriquement de devoir faire des efforts chez elle, avec un homme qu'elle n'aurait pas choisi. Cependant, que Solveig lui en parle n'était pas anodin, elle en était certaine, et elle allait encore devoir se justifier auprès des Walburies, elle en était sûre. Pour le moment, elle décida de laisser cette affaire de côté, après tout, il y avait plus urgent, comme répondre de manière plausible à la jeune femme.

    « Oh je suis certaine que tu parviendras à persuader ton fiancé de les acheter. » Elle accompagna sa phrase d'un clin d’œil complice. Il fallait bien montrer à quel point il était agréable de prendre une pause pour discuter avec elle. Et si Solveig était douée pour ce genre de choses, Lily-Rose n'était pas non plus en reste. Elle avait beau détester son éducation la plupart du temps, elle devait bien avouer qu'elle demeurait utile dans certaines situations. « Oui, je connais Adamée, on peut dire qu'elle a été chanceuse, Arcas est quelqu'un de bien, comme tu l'as dis. C'est normal que la guilde ai réagi comme ça, après tout c'est dans nos traditions. » Répondit-elle sans hésitation. En effet, Adamée avait été chanceuse avec son balafré, mais Lily-Rose hésitait souvent à choisir l'option ''quitter la guilde et ne plus jamais y remettre les pieds'', même si ça ferait bien trop plaisir à certains. Et puis, elle portait le nom de son père qu'elle désirait ne pas salir. Enfin, elle y songerai plus tard. Posant son regard sur Solveig, elle songea un instant qu'elle agissait comme si Rose ne connaissait pas les règles des Walburies. Mais après tout, la jeune blonde n'était-elle pas élevée depuis le début dans le but de rejoindre cette Guilde ? Elle connaissait parfaitement les lois qui la régissait, et c'était pourquoi elle s'en était toujours tirée. « Si, j'étais promise à un Carrow, mais le jeune homme a vite montré des troubles mentaux et a été enfermé à Sainte Mangouste. Et puis, suite à la mort de mon père, ma mère a abandonné l'idée de me marier. » Ce qui n'était pas totalement faux, il avait en effet été question de la marier à un Carrow, fut un temps, mais rien de bien concret, juste une discussion entre les deux familles. Tout comme il était totalement véridique que sa mère avait renoncé à la marier. Mais pas à cause de la mort de son père, plutôt à cause du refus catégorique de Lily-Rose. Mais à part sa famille, qui pouvait bien le savoir ? « Mais ne t'en fais pas pour moi Solveig, elle s'est remise à chercher un fiancé. » termina-t-elle avec un sourire rayonnant. Oh mais oui, bien sûr qu'elle était ravie à l'idée que sa mère reprenne ses recherches. Ce qui, en revanche, était un mensonge. Comme la majeur partie de leur conversation d'ailleurs.


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Heureux hasard - PV Solveig   

Revenir en haut Aller en bas
 

Heureux hasard - PV Solveig

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Wouyyyyyyy Le premier ministre Bellerive ''heureux'' de l'issue des élections
» Le hasard n'existe pas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Londres
 :: Côté Moldu
-
Sauter vers: