Partagez | 
 

 Attaque de bonbons et guimauves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 51
Age : 24

Dragée surprise
MessageSujet: Attaque de bonbons et guimauves.    Dim 1 Fév - 13:26

Une foule se souvenir remontaient à la surface tendit que je parcourais les rues de la Nouvelle-Orélans. Je me souviens parfaitement de cet endroit, c'était la première fois que nous restions dans un tel lieu durant une si longue période. Les représentations ne cessaient de s'enchaînaient et ne désemplissaient jamais. Je courrais dans les marais, les yeux brillants, à la recherche de fangieux à dresser, mais je faillis bien y laisser une jambe et même ma vie tout court ! J'y fais la rencontre de fées merveilleuses. Je leur avais promis que je reviendrai, mais je n'ai jamais pu tenir ma promesse. On m'avait mise sous étroite surveillance et il est hors de question que je traîne là-bas. Je sentie ma manche être tirée par une petite main. « Maman ? » Il pointe du doigt une petite confiserie. Mon rêve d'enfant... Je collais mon nez contre la vitrine rêvant de goûter enfin une de ces merveilleuses confiseries emballées dans des emballages dorées. Mais ma mère me traînait par le bras, en m'assurant qu'on en avait à la roulotte et que cela suffisait très bien. Sauf que ses bonbons, ils dataient de l'époque de Merlin et avait le goût de pisse de troll. Enfin, je suppose que la pisse de troll a ce goût. « Tu en veux ? » Il hoche vigoureusement de la tête les yeux brillants. « Allons-y dans ce cas ! »

D'un pas léger nous pénétrons dans ce lieu qui hantait mes rêves des années durant. Je pousse la porte, les yeux brillants. La sonette chantonne une comptine pour enfant qui fait remonter en moi d’autres souvenirs. Les papiers me semblent moins brillants qu'à l'époque, les confiseries moins goûteuses. J'en suis presque déçue. Je cligne des yeux et me demande bien où sont passés les étalages remplient de chococrapaud enfermés dans des cages, des petits œufs qui éclosent dans votre bouche, des chewing-gum montgolfière qui vous font quitter les pieds du sol. Ce n'était plus des bâtons de réglisses qui semblaient être dépassés, des nounours en gommes à l’allure menaçantes et des bonbons pour la toux. J'avais le souvenir d'une odeur chaude et sucrée qui s'échappaient d'une barbapapa changeant de couleurs.

Si ma déception est aussi grande qu'un dragon géant, il en est rien pour Gellert qui court d'un étale à l'autre les yeux brillants et surtout ne savant plus où en donner de la tête. Est-ce que j'aurais perdue mon âme d'enfant ? A moins que ce soit le mur décrépis, les couleurs passés ou la figure grincheuse du tenancier qui aurait plus sa place dans un enterrement que dans une confiserie. Peut-être avait-je effectivement perdue un peu de mon âme d'enfant pour remarquer tout ces détails glauques qui me donnaient plus qu'une envie de fuir. « Maman, maman, regarde ! » Gellert eut le malheur de lever sa main en direction d'une confiserie. Comme si l'homme s'était transplané, il retient la main de mon petit garçon. Oui. Ses doigts crochus venaient de se refermer sur sa petite main innocente. Comme ça. Normal. « N'y touche pas malheureux ! » Sa voix siffle telle une sombre menaçe. Pour qui se prend-t-il pour agir ainsi ? M'ignorant, il continua. « Ce lieu est remplit de danger. » « Ce n'est qu'une confiserie. » Je me saisie de la main de Gellert. « Viens mon chérie, allons nous en. » « Vous ne pouvez pas sortir. » De nouveau cette voix menaçante. Il se croit dans une maison d'horreur ou quoi.

Agacée, je lève les yeux au ciel, mais ne dit mot. Je pose la main sur la poignet, mais quelque chose de collant me fait retirer vivement la main. Quelque chose de gluant est sur la poignet. Je fronce les sourcils. Que se passe-t-il donc ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 389

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Attaque de bonbons et guimauves.    Lun 2 Fév - 13:52

La Nouvelle-Orléans avait toujours été un mélange de couleur et de langue fascinant. Les gens se mêlaient à la foule en une cacophonie de voix et de couleur, les sorciers fréquentaient les moldus, la magie, en ce lieu, semblait exacerbée comme rarement ailleurs. C'était une magie bien loin de la lisse magie européenne, une magie bien loin de la magie domptée et restreinte de son pays. C'était une magie farouche, puissante, sauvage, une magie au goût de sacrifice et de sang, au goût de terre et de marais, une magie qui naissait au cœur du bayou, comme un cœur à vif qui pomperait la magie directement dans l'atmosphère.
Depuis qu'il avait posé le pied à la Nouvelle-Orléans, Regulus frissonnait sous les assauts de cette magie, ébahi et conquis, passionné par cette débauche de puissance chaleureuse et violente. Sa mère aurait parlé de sauvagerie mais sa mère n'y connaissait rien en flux magique. Elle savait lancer un sort, savait utiliser de l'outil qu'on avait placé entre ses mains mais ne comprenait rien au fonctionnement interne, à la merveilleuse réaction qui transformait toute cette puissance en sort, à l'alambic au sein de chaque sorcier qui transformaient les flux invisibles de magie en puissants sortilèges. Elle ne comprenait pas. Elle ne pouvait pas comprendre, elle était bien trop fermée d'esprit pour cela. Elle était bien trop Black et conservatrice, bien trop elle.

Elle n'avait pas compris, non plus, son enthousiasme à se rendre à l'étranger lorsque Garrick lui avait demandé de lui rendre service. Le service, en lui-même, n'avait rien de bien excitant – une histoire de bois rare qu'il fallait récupérer chez un fournisseur, quelques autres bricoles à récupérer pour faire des tests de nouvelles baguettes, rien de bien compliqué – mais la perspective des visites qu'il allait pouvoir s'accorder avait été une puissante motivation. Depuis qu'Ollivander lui avait annoncé les dates auxquels il pourrait partir il n'avait eu de cesse de faire des recherches, de se documenter, de chronométrer, minutes par minutes, ses déplacements et ses visites.

Bon, forcément, ça avait dérapé. D'une part parce que, fatalement, Regulus ne pouvait pas tout contrôler. D'autre part parce que, forcément aussi, Regulus n'avait pas prévu de courir après le fournisseur au moins toute une après-midi et que, du coup, il s'était retrouvé dans une zone qu'il n'avait pas prévu de visiter. Il avait pris son mal en patience, avait décidé de faire contre mauvaise fortune bon cœur, et avait erré dans la zone, le regard perdu sur les façades des maisons. Il avait cherché quelqu'un à qui demander son chemin et, lorsqu'il avait finalement repéré une passante qui avait l'air de connaître l'endroit, s'était avancé pour lui demander son chemin.

Forcément, cette dernière s'était engouffrée dans la confiserie dont elle observait la vitrine un instant plus tôt et Regulus avait lâché un juron sonore.

Au temps pour sa chance.

En toute honnêteté, il aurait dû s'en douter en même temps. Après un instant de réflexion, il s'était engagé à la suite de la jeune femme et de son enfant dans la petite boutique. Il avait plissé le nez devant la décrépitude du lieu et avait franchement grimacé en apercevant le vieux monsieur qui semblait tenir l'endroit – il tombait toujours sur des personnes âgées, ces derniers temps, ça en devenait ridicule.

Il était resté silencieux, dans un coin sombre de la pièce, le temps de la laisser choisir et avait assisté, ébahi, au comportement franchement étrange du vendeur – sincèrement à qui espérait-il vendre des bonbons s'il était aussi peu accueillant avec sa clientèle en bas âge ?
Il avait espéré fort que la jeune femme s'en aille afin de pouvoir sortir lui aussi mais avait froncé les sourcils lorsqu'elle s'était dirigée vers la porte et que cette dernière n'avait pas bougé. C'était. Une. Blague. C'était forcément une blague. Quelqu'un se moquait de lui.

Du fin fond du magasin, il s'était raclé la gorge avant de lancer, la voix légèrement grondante de méfiance et de colère mal contenue :

« Comment ça, on ne peut pas sortir ? »

D'un pas vif et raide, il s'était dirigé vers la porte pour la pousser d'un geste sec et son regard s'était dirigé naturellement vers les mains de la jeune femme qui étaient recouvertes d'une sorte de mucus d'une couleur indéterminée :

« Vous... avez mis les mains dans quelques choses de très sale ou bien c'est ce sale type qui vous a mis ça sur les doigts ? »

D'une voix plus basse, il avait ajouté :

« Vous savez ce qu'il se passe ? Je voulais juste vous demander le chemin du Cimetière Saint-Louis, moi. Il n'a pas l'air très net. »

C'est à dire qu'il avait l'air même franchement instable lorsqu'il avait commencé à se diriger vers eux avec un sourire qu'on aurait presque cru découpé sur son visage.

Une odeur de mauvaise magie commençait à planer sur l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 51
Age : 24

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Attaque de bonbons et guimauves.    Mer 4 Fév - 10:31

Je sens la main de Gellert se resserrer sur la mienne. J'essaie d'avoir une mine rassurante, tu sais celle du genre, ne t'inquiète pas, ce n'est qu'un mauvais cauchemar. Sauf qu'il y a toujours un véracrasse moisie du bulbe pour paniquer. Sans hésiter il me pousse et tente d'ouvrir la porte. Genre toi t'es débile, tu n'es pas capable d'ouvrir une porte, mais moi si, j'y arrive. « Vous... avez mis les mains dans quelques choses de très sale ou bien c'est ce sale type qui vous a mis ça sur les doigts ? » Je regarde la poignet de la porte, Gellert se colle un peu plus contre moi. J'ai la main sale. Je me contente de hausser des épaules. Je n'aurais peut-être pas dû hausser des épaules, car il semble le prendre comme un acte d'amitié et ajoute à mon intention à voix basse. « Vous savez ce qu'il se passe ? Je voulais juste vous demander le chemin du Cimetière Saint-Louis, moi. Il n'a pas l'air très net. » « Fais quelque chooooose ! » La voix de Caith devient hystérique. « Tu fais peur à Gellert ! » Le tenancier me jette un regard soupçonneux. Je venais de parler à voix à personne. A moins que l'on considère que je venais de répondre à cet inconnu. Inconnu qui était bien trop proche de moi et dans un geste de toute logique j'essuie ma main sur lui. Généralement les gens n'aiment pas que l'on agisse ainsi et cela suffit pour qu'ils s'éloignent de plusieurs bon mètres ensuite. Et maintenant ma main est propre et n'a plus cette mélasse d'un rose vif tout bonnement immonde. Je pousse Gellert dans une zone qui me semble safe. Prêt de bonbons aux allures innocentes, loin de ce type étrange et loin de la porte qui refuse de s'ouvrir. Un sourire charmant sur les lèvres je demande. « Et bien, que puis-je faire pour que vous nous ouvriez la porte. » L'homme s'avance, tranquillement, c'est alors que je remarque que quelque chose ne va pas. Derrière lui une traînée gélatineuse du même rose apparaît à chacun de ses pas, mais peut-on parler de pas ? Je dirais qu'il glisse.

« Ah vous aussi vous venez d'être capturé. » Gellert tremble désormais comme une feuille. Et je le comprend. L'homme qui venait de parler était mort. Oh ce n'était pas sa mort qui nous effrayaient. Non, ce qui était effrayant c'était qu'il était couvert d'une gélatine rose bonbon qui avait durcit. Je me sent faillir, mes jambes se dérobent sous moi. J'ai déjà fait face à des morts plus terribles, mais jamais je ne m'étais trouvée en présence d'une telle mort avec Gellert. « Ferme les yeux. » Il hoche doucement de la tête et plaque son visage contre ma jambe. Il ne voulait que des bonbons, rien que des bonbons. Rien d'autres. « Vous allez être dévoré par les bonbons. » Je sens que je suis en train de perdre les couleurs de mon visage. Les bonbons aux allures innocentes commencent à se lever les uns et les autres. Ils sont vivants. Je me tourne vers l'inconnu sur qui je me suis essuyée. Il mérite de savoir le sort qu'il va connaître. « On vient d'être piégés par les confiseries. Elles veulent nous manger. » Ma voix est étrangement calme. Comme si cela était un fait et rien d'autres. Je baisse les yeux vers Gellert. Sans lui cela aurait été un fait. « Maman... » Ce n'est pas moi qui appelle , c'est sa mère, bien que présente, elle est morte et ne peut pas le rassurer comme elle aimerait. Je suppose que le propriétaire est mort et aujourd'hui ce sont les confiseries qui ont pris sa place. Peut-être même qu'il a été dévoré par ses bonbons...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 389

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Attaque de bonbons et guimauves.    Dim 15 Fév - 15:55

Somme toute, il y avait bien des circonstances dans lesquelles Regulus n'avait pas envisagé de mourir. Parmi elle, on pouvait compter battu par un arbre, dévoré par un troll des bois et assassiné par des bonbons. Somme toute, encore, toutes ces possibilités avaient tenté de se produire dans un laps de temps relativement court. Jusque là – merci Merlin – il avait toujours réchappé miraculeusement aux aléas de sa vie. Jusque là, cependant, il n'avait pas été coincé dans une confiserie avec une parfaite étrangère et un monstre glissant en gelée – jusque là, accessoirement aussi, sa chemise préférée et porte-bonheur n'était pas ruinée. Il n'était pas sûr que le pressing puisse rattraper la tâche de rose qui s'étalait à présent à l'endroit où elle avait négligemment essuyé ses mains sur lui et n'était même pas certain du prix que ça pourrait lui coûter – était-ce un trace organique ? Il ne savait pas. Il n'était même pas certain que le nettoyage à sec puisse réellement fonctionner sur ça. Il faudrait qu'il demande. Qu'il demande s'il s'en sortait. Ce qui semblait compromis, d'autant plus que ses compagnons d'infortunes ne semblaient pas réellement le porter dans leur cœur et qu'il n'était pas certain de pouvoir sortir sa baguette magique.

Le point important, actuellement, était de ne pas paniquer. C'était quelque chose qu'il faisait bien, en général, quelque chose qu'il réussissait somme toute correctement mais ce n'était pas vraiment simple de rester calme alors que la personne à côté de lui lui énonçait calmement que « les confiseries » voulaient nous « manger ». Non seulement la situation était pourrie mais en plus il était coincée avec une dingue parce qu'il n'y avait pas moyen qu'elle puisse discuter avec des bonbons, si ? Il savait bien que des gens pouvaient parler avec des animaux entre autres capacités étranges mais avec des bonbons c'était juste surréaliste. Plus, quels bonbons digne de ce nom dévoraient les gens ? Il avait lancé un regard en coin à la jeune femme, l'air un peu dédaigneux, avant de percuter que, potentiellement, ce n'était pas avec les bonbons qu'elle discutait. Peut-être avec autre chose.

Quelque chose qui ferait d'elle quelqu'un du monde magique.

Sans démordre de son apparent calme, il avait sorti sa baguette magique, qu'il avait pointé vers la figure luisante qui progressait toujours vers eux :

« Vous connaissez des sorts défensifs ? » avait-il demandé à voix basse. « Je suis certain de pouvoir protéger votre fils sans souci mais si vous communiquez avec quelque chose dans cette boutique et que vous pouvez détourner l'attention du machin, ça pourrait être plus simple. »

Non qu'il doute de sa capacité à se défendre toute seule – il n'était pas si prétentieux que ça – mais c'était un fait, il avait toujours eu des facultés en sortilèges et même s'il n'était pas spécialement brillant en duel, il était assez bon pour savoir se protéger. Outre ça, il serait peut-être capable de transformer les bonbons en autre chose de plus facile à détruire s'il avait un peu de temps et il était presque persuadé qu'elle pouvait se débrouiller pour lui obtenir plus de temps. C'était même une certitude.
Il n'y avait pas moyen qu'elle ait pu avoir ces informations sans avoir des renseignements et il n'y avait pas moyen qu'elle ait pu avoir des renseignements sans qu'il ne l'entende à moins qu'elle ait des pouvoirs. Il était prêt à parier dessus et il ne faisait pas cela l'esprit léger, loin de là. Lorsqu'une tentacule rose s'était dressée pour les frapper, il avait lancé un incendio à la base de la tentacule avant de se précipiter derrière un présentoir pour l'attirer vers lui et dégager le passage à ses deux compagnons d'infortune.

En espérant qu'elle comprendrait le message, évidemment.
Il était presque certain qu'elle en était capable.
Presque, étant le mot clé, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 51
Age : 24

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Attaque de bonbons et guimauves.    Dim 15 Mar - 15:39

Merlin merci, les esprits n'avaient aucune consistance physique. Sinon j'aurais été secoué comme si un saule cogneur s'était emparé de moi. Hystérique, ma sœur hurlait dans mon oreille de faire quelque chose pour son fils. De son vivant, elle avait été toujours maîtresse de ses émotions, ce ne fut qu'une fois morte que je découvris ma sœur sous un autre jour. La terreur la coupait de toute réflexion et elle ne voyait pas que Gellert déjà effrayait était sur le point à son tour de hurler. Je le serre un peu plus fort contre moi avant de m'agenouiller devant lui. « Est-ce qu'il t'ait déjà arrivé un truc avec moi ptit gars ? » Il se contente de secouer la tête en guise de réponse. Je souris et lui ébouriffe les cheveux avec tendresse. « Je te promet que cela va continuer. Si tu chanter la chanson du dragon qui fait une tarte au pomme ? » Je me saisis de ses mains et les pose sur ses oreilles. « Ferme les yeux et chante toutes les chansons que tu connais, quand je te dirais de les ouvrir, tout sera finit. Okay ? » « O..okay. » Je soupire, doucement. C'est piètre, mais c'est mieux que rien. « Vous connaissez des sorts défensifs ? » Je me releva et fit face à mon compagnon d'infortune. « Je suis certain de pouvoir protéger votre fils sans souci mais si vous communiquez avec quelque chose dans cette boutique et que vous pouvez détourner l'attention du machin, ça pourrait être plus simple. » Un sourire sardonique glissa sur mes lèvres. La part de cruauté en moi avait le don de choisir son instant pour apparaître. « Vous ne préférez pas savoir ce que j'ai appris. » Le macchabée s'était tût et nous fixait d'un air grave tendit qu'à ses côtés ma sœur répugnait à cesser ses hurlements. Pour lui, nous allions passer la baguette à gauche.

Je remonta mes cheveux en un chignon lâche afin ne pas être déconcentrer. Au cirque, si j'ai bien appris qu'une chose, que c'est tous les beaux costumes, les belles coiffures et les maquillages brillants ne sont là que pour une chose : nous faire tout oublier si ce n'est notre art. D'un mouvement du poignet sec je fis surgir de ma baguette un long lien de magie pur. J'ai dompter les plus féroces créatures à l'aide de ce sort. Faisant de ma baguette un fouet magique, je le fis claquer dans l'air, les effrayants et les éloignant de plusieurs pas. C'était déjà ça. « J'espère que ce que vous dites est vrai... » Les créatures nous fixaient avec mépris et méfiance. Elles voulaient goûter à notre chaire, si tendre, cela faisait fort longtemps qu'elle n'en avait pas pu manger. Ne lâchant pas les créatures du regard, je lui demande à mi-voix. « Il nous faudrait un plan, pour les faire disparaître, peut-être même les faire fondre... Du feu, ou de l'eau. » Je fis claquer une seconde fois mon gouet, les éloignant un peu plus. « Mon fouet magique m'empêche d'user d'autres sorts. Cette partie du plan repose sur vous. » Avons-nous un plan ? Jusqu'à cet instant j'ai surtout le sentiment d'improviser. De faire ce que je peux pour survivre et faire en sorte qu'il n'arrive rien à Gellert. De sa petite voix hésitante il chante à voix basse, collé contre mes jambes, les yeux fermés, il chante la seule chanson que je connaisse vraiment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Attaque de bonbons et guimauves.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Attaque de bonbons et guimauves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Au royaume des guimauves, les bonbons sont rois.
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» L'attaque orque
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Au-delà
 :: Reste du monde :: Continent américain :: Le bayou, Louisiane, USA
-
Sauter vers: