Partagez | 
 

 Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 67

Dragée surprise
MessageSujet: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Dim 1 Fév - 20:54

« Argent. » Bonjour ils ne connaissent, mais argent ça oui, ils connaissent. Je jette ma lourde bourse dans la main d'un gamin maigrichon qui s'empresse de compter les pièces présentent devant moi. Je me retiens de m'offusquer, même si je le suis, je ne trompe jamais mon prochain concernant les affaires, je suis honnête. Osent-ils penser que je suis pauvre ou je ne sais quoi ? Le garçon finit par lâcher quelques mots en japonais que je ne comprend pas avant de s'en aller. Enfin, cela aurait pu être du japonais, comme cela aurait pu être du chinois, du mandarin ou du coréen, je n'ai aucun intérêt pour les langues que l'on parle. Par contre celle que l'on a dans la bouche... La vieille folle me fait signe de m'asseoir d'un coup sec dans ma jambe en bois pour me faire trébucher. Sans ménagement, elle m'enlève le pantalon et le jette à l'autre bout de le pièce sous le regard attentif de son apprentie. Ils ne connaissent pas le mot humiliation de toute évidence. D'un geste sec elle tire sur ma jambe et la retire de mon moignon, je sens des larmes de douleurs piquaient mes yeux, mais je ne dis rien. J'étais bien trop fier pour cela. Même si de fierté il ne me restait plus grand.

Elle examina ma jambe, jetât quelques sorts, marmonna un truc, je crois même qu'elle cracha dessus. Elle la revissa et s'en alla. Me laissant seule avec son apprentie qui gloussa avant de s'en aller. Fantastique. Si elle n'était pas la meilleure dans son domaine je l'écorcherai vive. Je remet mon pantalon, chercher à retrouver ma dignité qui est partit se planqué avec tout son courage dans un coin sombre et sort en claudiquant de la petite demeure obscure. C'est la première fois que je reviens ici pour ma jambe. Cela fait déjà un an, le temps passe vite, bien trop vite. Un an que j'ai perdu ma jambe. Je devrais y retourner encore l'année prochaine, puis ensuite, cela sera selon, de moins en moins souvent, jusqu'à plus jamais j'espère. Ce n'est pas tant l'argent, c'est l'humiliation qui m'agace.

Perdue dans mes réflexions je ne fais pas attention où je marche. De toute manière j'ai tellement l'habitude que les gens m'évitent d'eux-même que je suis surpris quand je bouscule quelqu'un. « Lily-Rose ?! » Je lui adresse un grand sourire ravie en la voyant. « Que viens-tu faire ici ? » Et puis je me souviens que j'ai disparu un beau jour sans un mot. Que je ne cessais de lui promettre qu'on allait emmenager ensemble sans jamais tenir la-dite promesse. Bref que je me suis comporté en toute logique comme le dernier des connards avec elle. De toute manière je ne l'aime pas. Elle était une maîtresse de passage fort agréable, mais juste une maîtresse, rien d'autres. Je cligne des yeux, cherchant une excuse pour la quitter sans qu'elle fasse une scène. Je ne pourrais pas suppporter une humiliation de plus. Je ne me départie pas pour autant de mon sourire ravageur, espérant au plus profond de moi qu'elle le trouve tellement beau et sexy, bref un sourire à mon image, qu'elle oublie de me faire une scène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Ven 6 Fév - 23:49

    Pourquoi se trouvait-elle au Japon ? Curiosité, envie d'évasion, boulot ? Sans doute un peu des trois. Elle était rarement allée dans ce pays qu'elle trouvait fascinant (au point qu'elle avait appris un ou deux mots qu'elle prononçait avec un accent exécrable) et comme elle avait eu l'occasion, elle y était allée. Et quoi de mieux qu'un pays à l'autre bout du monde pour voir d'autres visages ? Ça lui ferait sans aucun doute du bien de découvrir d'autres personnes, de ne rien comprendre à leur langue, de ne pas tomber sur quelqu'un qu'elle connaissait. Et le boulot parce qu'elle avait du mal à décrocher en ce moment, et qu'être loin de chez elle l'aiderait peut-être à penser à autre chose. Elle avait laissé son chien chez elle : hors de question de l'emmener là-bas, et de toutes les manières, elle ne s'absenterait pas bien longtemps, c'était ce qu'elle avait prévu, et Frusciante était bien habituée à ses longues journées de travail donc tout irait bien de ce côté là.

    Comme à chaque fois qu'elle était venue, Lily-Rose ne pu s'empêcher d'observer tout ce qui l'entourait avec une certaine fascination. Le Japon ne regroupait que des sorciers, et ils semblaient vivre dans une autre époque. Ici, on était comme coupé du reste du monde, c'était impressionnant. La jeune femme déambulait donc dans les rues, prêtant une grande attention à tout ce qui l'entourait, un vague sourire aux lèvres, elle prenait plaisir à se sentir totalement ailleurs. Elle était loin, loin du ministère, de toutes les familles sangs-pur, du Chemin de Traverse, sa famille, de ses connaissances de... Elle bouscula quelqu'un sans s'en rendre compte. Lily-Rose reconnu sa voix avant que son regard ne percute celui de son interlocuteur. Godric Fawley, puisque c'était son nom, se trouvait devant elle, un sourire aux lèvres, lui demandant ce qu'elle faisait là. Là, à l'autre bout du monde, il fallait qu'elle tombe sur quelqu'un qu'elle connaissait. Et sur toutes les personnes qu'elle connaissait, il avait fallu que ce soit lui... Quelle ironie.

    Non, elle n'avait pas aimé Godric. Disons, qu'il était la personne pour laquelle elle avait cru ressentir quelque chose, au moins un infime soupçon de sentiments. Mais n'empêche, qu'elle s'était sentit désespérément stupide quand il était parti. Son ego en avait pris un coup, elle ne pouvait pas le nier, et lui, il était là, son sourire crétin flottant sur ses lèvres. Lily-Rose ne laissa pas le silence planer bien longtemps, ça aurait été gênant. Mais qu'il se rassure, elle ne comptait pas lui faire de scène, du moins, pas à la base, après tout, elle n'avait que très peu envie de se donner en spectacle et cette histoire était derrière eux : son ego avait eu le temps de s'en remettre. «Godric, ça faisait longtemps. » lâcha-t-elle, l'ombre d'un sourire aux lèvres. «Je suis là pour voir autre chose que Londres ! Et toi ? » Elle lui répondait calmement, sans trop d'enthousiasme, désireuse de ne pas s'attarder trop longtemps auprès de l'énergumène et en même temps curieuse d'en savoir un peu plus sur ce qu'il devenait. Elle était partagée mais décida finalement de rester là, rien qu'un peu, ne serait-ce que pour voir ce qu'il pouvait bien lui dire. Mais au fond, elle ferait peut-être mieux de partir, après tout, elle parlait au fiancé de Solveig, et rien que ça lui donnait envie de tourner les talons.
    Pourtant, elle resta là, en face de lui.


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 67

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Dim 8 Fév - 17:36

Elle ne hurle pas. Elle va même jusqu'à sourire. J'en suis surpris, d'habitude les femmes ont plutôt tendances à agir comme des hystériques. Même si elle posait la question comment j'allais, je compris très bien qu'elle ne voulait pas de ma présence. Je la dérangeais. Cependant loin de m'en défaire, je me saisis de son bras et m'en appuie dessus. Je l'empêche de me quitter ainsi. Ma présence la dérangeais, mais elle ne hurlait pas ? Parfait, j'allais donc m'imposer à elle dans un jeu cruel où j'y tirais un réel plaisir. « Quel bonheur que tu me poses cette question, j'ai mille et une chose à te raconter très chère, viens donc avec moi. » Je pointe du doigt une petite mansarde qui ne paye pas de mine. « Je crois que c'est un excellent salon de thé. » J'incline la tête. « Savais-tu que le Japon était le pays du thé ? Même notre Serependity ne peut y faire face à ce que l'on raconte. » Ce n'est pas une invitation, mais une obligation. Je l'entraîne à ma suite dans le petit salon. Elle n'a pas le choix, je renferma ma prise avec fermeté, hors de question qu'elle m'échappe. Et pendant ce temps je passe dans un monologue tout à fait agaçante. « Si je suis ici c'est pour ma jambe. Je pense que tu en as entendu parlé ? C'était dans tous les journaux à l'époque. » Je lui adresse un sourire entendu. Cela avait eut lieu juste après notre courte histoire. « Et bien désormais je porte une prothèse et je dois venir ici pour me la changer. » Je hausse des épaules avec une certaine lassitude et je reprend d'une voix plus vif. « Et vois-tu ? Je vais me marier. J'ai enfin demandé en mariage ma très chère fiancée. Elle seule est digne de moi. Ah c'est là ! » Je la pousse vers le salon de thé.

Si l'extérieur ne payait pas vraiment de mine, l'intérieur tout au contraire était tout ce qu'il y a de plus exquis. Une charmante demoiselle aux traits fins nous invita à pénétrer plus en intérieur de ce salon. On nous fit asseoir sur des tapis, devant une table basse. Satisfait, je claqua la langue. « Quel lieu charmant, n'est-ce pas ? N'es-tu pas ravie d'être à mes côtés pour boire une tasse de thé ? » Je farfouilla dans ma poche et sortit une photo de Solveig. « Tient, je ne crois pas te l'avoir montré encore. » Je lui tendis. Dessus, elle est resplendissante, merveilleuse, comme à son habitude. Ses cheveux dorés lâchés, elle fait des sourires amusés qui disent tout à celui qui observe la photo, parfois elle daigne même de faire un petit signe. « N'est-elle pas magnifique? » La serveuse revint, prenant leur commande. Ne savant pas parler japonais, je me contentais de pointer du doigt ce qui me semblait être goûteux. Elle hocha doucement de la tête, satisfaite. Elle se tourna interrogative vers Lily-Rose et d'un geste de la main je lui fis comprendre qu'elle prendrait la même chose. De toute manière elle n'avait pas son avis à donner sur la chose. Je suis mieux placée qu'elle pour savoir ce qu'il lui convient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Ven 13 Fév - 23:09

    En fait, elle n'aurait pas du lancer la conversation. Silencieusement, elle maudit sa stupide curiosité. C'était bien beau de jouer à la plus maligne, mais elle se sentit désespérément idiote à ce moment là. N'avait-elle pas commis la même erreur avec Solveig ? À y réfléchir, c'était différent. Avec Solveig, c'était une question d'apparence, elle devait rester aimable pour préserver son image au sein de la Guilde. Là, avec Godric, c'était juste être stupide, et elle détestait ça, elle détestait agir bêtement et ainsi perdre le contrôle. Elle ne se départit pas pour autant de son sourire et, sans pour autant feindre l’enthousiasme, elle l'écouta. Mille choses à lui raconter, mais bien sûr. Et il en rajouta une couche en la prenant pour une ignorante. Oui, elle savait que le Japon était l'un des pays qui consommait le plus de thé au monde, et qu'ils devançaient l'Angleterre dans ce domaine, après tout, elle se tenait au courant. Elle demeura cependant silencieuse, le suivant dans le Salon de Thé qu'il lui indiquait. Enfin, ça n'était pas comme si elle avait le choix, n'est-ce pas ? Auparavant, ça ne l'aurait pas dérangé, elle aurait même sans doute subi ce tête à tête avec plaisir, du temps de leur relation. Mais c'était loin désormais, elle n'avait plus aucune envie d'être là, avec lui.

    Acquiesçant de temps à autre, Lily-Rose l'écouta distraitement, tout en se réfugiant dans ses pensées. Et dire qu'elle était venue là pour penser à autre chose que Londres, quel gâchis. Elle s'assit, docilement, le laissa commander pour eux deux et posa son regard sur la photo de Solveig qu'il lui tendait. Elle ne pouvait pas le nier, malgré les sentiments que Solveig éveillait en elle, elle n'en demeurait pas moins magnifique. Une femme d'une grand beauté, c'était certain, et bien assortie avec Godric. Un beau couple, du moins en apparence, ils présentaient bien disons. Lorsqu'enfin il daigna se taire, Lily-Rose pris la parole. «Oui, en effet, j'ai entendu parler de ton accident, quel dommage. » Lâcha-t-elle avec un sourire faussement désolé, et elle n'essaya pas de le faire paraître plus vrai qu'il ne l'était. Elle s'en fichait éperdument, et sans doute que lui aussi. Et maintenant, elle devait enchaîner sur Solveig... Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre la parole, la serveuse revint avec leur commande, lui accordant quelques secondes de répit. Lorsqu'elle s'éloigna, Lily-Rose reprit. «Oui, j'ai déjà eu le plaisir de rencontrer ta future femme, Godric, et en effet, elle est resplendissante. » Elle n'allait pas mentir là-dessus, c'était vrai, et sa fierté ne l'empêchait absolument pas de reconnaître la beauté d'autres femmes. «Alors, qu'est-il arrivé de si passionnant dans ta vie ? » Demanda-t-elle avec une pointe de sarcasme. Elle n'avait aucune envie d'être ici, et il le savait alors... à quoi bon le cacher ? Lily savait comment ça allait se passer, il lui suffisait de faire comme si elle écoutait, ça suffirait à Godric et elle pourrait rentrer plus vite chez elle. Après tout, elle savait être patiente, son éducation et les longues réunions qui en découlait n'y était pas pour rien. Ce qui l'ennuyait plus en revanche, c'était de savoir qu'elle ne tirait aucun intérêt de cette conversation, ou plutôt de ce monologue.


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 67

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Sam 21 Fév - 14:29

Dommage ? C'est tout ce qu'elle trouvait à dire ? Dommage ? Je lève les yeux au ciel. Bien entendu elle a toujours été d'une nature assez réservée concernant ses sentiments, elle n'a jamais été flamboyante comme l'est SolDoMi. Pour cette raison cela n'aurait jamais pu marcher vraiment entre nous deux. Fort heureusement que je ne l'avait gardé que quand maîtresse. La photo de Solveig dans les mains, elle lui jetât à peine un coup d’œil préférant parler d'elle encore et encore. Patient, je me contentais de l'écouter, un sourire sur les lèvres, hochant de la tête. Enfin elle se tut ! Me demandant enfin ce que je devais, ce n'était pas trop tôt ! Je lui tapota le bout du nez amusé. « Ah tu n'as pas changé toi ! Encore une fois tu ne me laisses pas parler.  » Je lâche un petit rire, toutes bavardes ces femmes. La serveuse revient avec nos commandes, déposant tout sur la table avec précaution dans un silence que l'on pourrait qualifier de religieux. Satisfaisante, discrète, presque effacée, voilà ce qui est parfait ! « Et bien m'être remis de ma jambe, j'ai pu reprendre les matchs, bien entendus nous les avons tous gagnés.  » Enfin presque tous, mais ceci je préfère le passer sous silence. « J'ai ensuite pu demander ma très chère fiancée en mariage lors d'une soirée tout à fait splendide et magnifique.  » Encore une fois je passa sous silence le fais que nous étions capturés par une secte qui avait décidé de nous sacrifier, mais ce genre de détails elle n'est pas du genre à le savoir.

Je me saisis de ma tasse et souffle pour refroidir le thé. J'avais oublié à quel point il était agréable de parler avec Lily-Rose ! Oh elle n'est pas faite pour moi, mais ce n'est pas un soucis. « Et toi ? As-tu trouvé l'amour ? Le temps file, encore plus pour les femmes, j'espère que ta famille s'est décidé de te trouver un fiancé si tu en es incapable toi-même.  » Je lui adresse un sourire rassurant. « Mais après notre histoire, c'est tout à fait normal que tu ais du mal à trouver quelqu'un d'autre. Qui serait à ma hauteur ?  » Personne. La réponse est tout simplement personne. Si ce n'est Regounet peut-être, mais il est déjà fiancé. De toute manière elle n'est pas une femme pour lui. « Je crois voir déjà des rides apparaître sur ton visage.  » Je hoche de la tête. « Oui, tu me sembles plus vieille que la dernière fois.  » J'étais bien éduqué, mes sœurs m'avaient toujours dit que les femmes aimaient l’honnête. Cela faisait soit disant mon charme. « Néanmoins tu reste une beauté tout à fait conventionnelle.  » Je pose mon thé, sans y avoir toucher finalement
.
Je sens comme une étrange tension qui s'élève autours de nous. Cela viendrait-il des propos que je viens de lui dire ? Je me souviens qu'elle n’acceptait pas vraiment la vérité, elle est ce genre de femme à vouloir se cacher dans des illusions, des mots doux et toutes ces inepties. Heureusement que Solveig n'est pas ainsi, je ne serais en souffrir !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Lun 23 Fév - 18:42

    Plus le temps passait, plus elle se demandait comment elle avait pu tomber sous le charme de Godric. Elle se savait plus intelligente que la moyenne, et pourtant, elle avait succombé à la beauté de cet homme qui, au final, n'avait rien de particulier, rien d'admirable. Elle revint à la réalité quand il lui... tapota le nez ? Vraiment, il venait de lui tapoter le nez. Pour qui ou quoi la prenait-elle exactement ? N'étant pas du genre à se laisser emporter par ses sentiments, Lily-Rose se contraignit au calme et essaya donc de se concentrer sur ce qu'il racontait. Ah, avaient-ils vraiment gagnés tous les matchs ? Elle en doutait. Si il y avait bien un sport qu'elle suivait avec assiduité, c'était bien le Quidditch, cependant, elle garda ses doutes pour elle, peu désireuse de se lancer sur ce sujet avec Godric. Et le voilà maintenant qui se remettait à parler de Solveig, il avait l'air sincèrement heureux avec elle et c'était tant mieux. Mais par pitié, il ne pouvait pas soudainement se souvenir d'un rendez-vous important ? Lily-Rose retint un soupir. Elle détestait cette sentiment d'être coincée, acculée. Qu'est-ce qui pouvait bien l'empêcher de lui dire de se la fermer et de ficher le camp ? Les apparences, sans doute, la guilde, probablement. Si elle faisait ça, si elle mettait ses relations avec Godric à mal... Elle pouvait clairement imaginer la suite : tout ceux qui la soupçonnait de ne pas être totalement impliquée dans la cause des Walburies la montrerait du doigt et au final, ça serait très mauvais pour elle.
    Alors elle était contrainte d'écouter le monologue interminable de Godric.

    D'ailleurs, il commençait à parler d'elle, du fait qu'elle soit seule et de... ses rides. Décidément, Godric était un homme charmant et qui savait parler aux femmes. Oh mais attendez, il admettait qu'elle était une beauté conventionnelle, n'était-ce pas adorable ? Lily-Rose ne pu retenir le sourire moqueur qui s'étirait doucement sur ses lèvres. Il parlait de sa jeunesse qui bientôt ne serait plus alors que sa propre démarche boiteuse lui donnait facilement dix ans de plus. Quelle ironie. Avant de répondre, Lily-Rose prit le temps de saisir sa tasse et de plonger ses lèvres dedans. Au moins, il n'avait pas choisi un parfum imbuvable, c'était déjà ça. Reposant le récipient, elle décida finalement de briser le silence qui devenait pesant. «Quel parcours, tu peux être fier de toi. » lâcha-t-elle afin de le complimenter sur sa vie si exceptionnelle. «Oui, tu as raison, c'est sans doute parce que je recherche une personne qui pourrait t'égaler, et c'est loin d'être facile. » répondit-elle avec ironie. Mais était-il assez attentif à ce qu'elle racontait pour s'en rendre compte ? Elle en doutait franchement. C'était là que ça devenait amusant, il allait sans doute le prendre pour vérité. Oui, elle essayait de se divertir comme elle le pouvait, après tout, mieux valait ça plutôt que de se lever, lui mettre une claque et partir en courant. «Vraiment, tu trouves que j'ai pris des rides ? Ce n'est pas ta vue qui a diminuée ? » Oh allez, elle pouvait bien jouer à la fille surfaite et un peu susceptible. Lui adressant un nouveau sourire, elle guetta sa réponse. Il la connaissait si peu qu'il n'y verrait que du feu. Même sa fiancée était moins aveugle que lui. Mais une chose était sûre, vu le caractère de l'un et de l'autre, ils allaient parfaitement bien ensemble.


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 67

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    Dim 22 Mar - 11:31

Un étrange silence pèse sur notre conversation. Du genre le silence gêné qui est toujours fort désagréable. Je baisser les yeux sur ma tasse de thé et en boit quelques gorgés pour faire mine de ne pas remarquer la tension qui était en train de s'instaurer entre nous. Finalement elle lâche quelques mots, d'un ton badin, mais derrière lesquels je sens comme de l'ironie je dirais. Oui, c'était bien cela. Je l'avais vexée. Au moins elle le montrait avec une certaine décence ce qui faisait que je n'avais pas à subir l'humiliation des regards bien trop curieux. Je crois que dans ces moments là il faut s'excuser, je ne sais pas trop. Je ne suis pas sûr, je n'ai pas l'habitude des femmes. On m'a imposé Solveig alors que je n'avais que 14 ans, avant cet âge je n'avais jamais prêté attention au genre féminin. Si ce n'est mes sœurs qui m'imposait à me comporter avec un gentleman avec elle et les traitait comme mes égales. Ce que je faisais avec grand plaisir et c'est ce que je venais de faire. Mais voilà, elle était vexée. « Je te rassure ma vue va très bien. » Je ne prend pas la peine de relever son ironie. Elle en serait encore plus vexée je pense. Il est plus facile de faire mine de n'avoir rien vu. Ne suis-je pas un délicieux gentleman ? « Je ne pense pas que tu trouveras quelqu'un à ma hauteur. » Et je le pensais sincèrement. Mes parents ne m'avaient pas glorifiés pour rien et ce n'était pas n'importe qui qui pouvait jouer dans une équipe de quidditch de classe professionnelle. « Je dis cela pour toi. Tu es une jeune femme charmante et il serait fort dommage que l'âge ait raison de ta situation social. »

Je terminais ma tasse de thé toujours avec tranquillité. Conversait avec une ancienne maîtresse était une situation fort étrange. Je ne pensais pas que cela m'arriverait un jour. Après tout si j'avais quelques maîtresses, c'était uniquement grâce à ma situation de joueurs de quidditch. Les quelques femmes qui avaient cette chance découvrait bien vite que je n'étais là que pour une nuit et je ne recherchais que faire mourir de jalousie ma fiancée. Lily-Rose devait bien être la seule exception. La seule avec qui j'avais entretenu une véritable relation si ce n'est ma douce et tendre Soldomi. « Tu apprécies le thé ? Je le trouve particulièrement bon. » Je hausse des épaules. « Après tout ce n'est pas pour rien que c'est leur spécialité par ici. Je crois qu'ils font aussi des gâteaux. » Je fixais ma tasse vide, hésitant. Commandait un gâteau signifiait que nous allions devoir passer plus de temps ensemble. Est-ce que je le désirais vraiment ? La simple évocation de ce rendez-vous à Solveig suffira à la rendre furieuse. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire d'aller plus loin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Nous nous sommes quittés en si bon... Okay je me tais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» Nous ne sommes qu'un [LIBRE]
» [UC] "Nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'à la fin, nous nous déguisons à nous même" F. de la Rochefoucauld
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Nous nous sommes déjà croisé ! [ft. Danel]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Au-delà
 :: Reste du monde :: Asie :: Temple d'Hokkaido, Japon
-
Sauter vers: