Partagez | 
 

 Junko Dunbar ♠ dirty old town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 26

Gnome au poivre
MessageSujet: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Sam 7 Fév - 20:37


Junko Dunbar

« i kissed my girl by the factory wall  »


 
Age 28 ans.
Race Sorcière.


Métier Tatoueuse spécialisée dans le tatouage magique, celui qui se déplace, qui évolue.
Habitation Elle habite au-dessus de sa boutique, à Camden.
Divers Elle parle couramment le gaélique irlandais, en plus de l'anglais, mais ne parle pas un mot de japonais.

Lev

Comment as-tu rejoint le forum? Même réponse que pour Reg !
Veux-tu un lien avec un p.v.? Pas pour le moment.
Est-ce un double compte? Ouiiii.
Avatar Kiko Mizuhara.
Un dernier mot? Je vous AIME.
Copyright C'est tout moi.

« Discussions autour d'un thé »

Peux-tu nous raconter quelques anecdotes sur toi?

I. LONDON CALLING

« Tu pars t'installer chez les anglais ? » avait articulé son frère, une pointe d'horreur déconcertée dans la voix. « Les anglais, Junko ? »

Elle avait haussé les épaules d'un air peu concerné, les sourcils froncés par le mécontentement alors qu'elle inspectait le fond humide du carton contre lequel elle était appuyée.

« Qu'est-ce que tu veux que ça change ? Londres ou Belfast...
- Il y a toujours Dublin. C'est une zone libre, tu sais. »


Elle avait ri et s'était relevée en époussetant son pantalon en tartan, faisant tinter les breloques qui pendaient de ses oreilles, faisant racler les chaînes qui encerclaient sa taille sur le bitume humide du trottoir où elle était assise. Elle avait regardé son frère, qui la fixait, debout derrière elle, une expression inquiète sur le visage. Elle avait regardé Belfast qui fumait encore de la poudre et du sang qui explosaient chaque jour.

« Ce n'est pas dans les zones libres que le combat se trouve, tu sais ça aussi bien que moi, Nori. Y aller c'est prendre la fuite et je ne prendrais pas la fuite. Je vais à Londres. Je vais chez les anglais. » Elle avait marqué un temps et son regard était glacé par la détermination : « Je vais tout faire péter. »

Elle avait la révolte au creux du ventre et son frère l'avait aidé à charger ses derniers cartons dans la voiture qu'elle avait loué en silence. Son frère n'avait pas proposé de l'accompagner et elle avait pris la route sans plus se soucier de lui.
C'était tant mieux, s'il était venu, elle aurait sans doute fini par le mordre.


II. BEAT ON THE BRAT

« C'est moi que tu cherches ? » avait-elle tonné d'une voix puissante sur le pas de sa porte, le corps frissonnant de rage et sa batte de baseball à la main.

Oh, on ne pénétrait pas au AnarchInk comme ça. On y pénétrait de toute façon pas par effraction et encore moins au milieu de la nuit. Déjà parce que la boutique était incroyablement gardé – certains des clodos du coin racontaient qu'ils avaient vu d'étranges lueurs à l'intérieur – ensuite parce que la propriétaire habitaient au-dessus et que si du haut de son mètre cinquante-quatre elle n'avait pas l'air particulièrement effrayante, elle savait redoutablement bien se servir du moindre truc qui lui passait sous la main – et généralement balançait en douce un sort ou deux à son assaillant.

Le mec avait tenté de la prendre de vitesse en se jetant dans l’entrebâillement de la porte mais elle lui avait envoyé un sort de paralysie dans les jambes, ce qui avait eu pour effet de lui faire rencontrer le sol avec un peu plus d'ardeur qu'il ne l'avait prévu. Le sol s'était teinté de sang et de dents cassées sans qu'elle n'ait à frapper et elle s'était accroupie près de lui avec un petit sourire en coin, poussant sa tête du bout de sa batte.

« Mallacht Dé » avait-elle ricané. « Tu es d'une telle maladresse. Tu vas retourner gentiment chez toi, d'accord ? »

Il l'avait fixé d'un air haineux et elle avait asséné un puissant coup dans son genou. Il avait hurlé, d'un cri strident, un sanglot dans la voix, et elle s'était raccroupie, les sourcils froncés.

« Tu vas retourner chez toi. » avait-elle répété d'un air menaçant. « C'est compris ? Si je te revois traîner près de chez moi, je te jure que je te pète les deux genoux et que rien ni personne ne pourra les réparer. »

Elle avait fait sauter le sort d'un mouvement discret et avait souri de toutes ses dents lorsqu'elle l'avait vu s'éloigner, moitié rampant, moitié courant, le plus loin possible de sa boutique. Une bonne chose de faite, teh.

III. ANARCHY IN THE UK

La Saint Martin's School of Art était un bâtiment lugubre, du point de vue de Junko. C'était dans les briques, dans les fenêtres industrielles, dans les métaux rouillés, c'était lugubre, urbain, décadent. Quelque part, c'est ce qui lui plaisait le plus. Après sept ans coincées à Poudlard, elle était enfin de retour dans le monde normal.
Enfin normal...

« On est là pour voir quoi ? » avait demandé Junko tout en pénétrant d'un pas un peu titubant dans la salle de concert qui avait été aménagé pour l'occasion. Son colocataire, John, avait ricané avant d'enfoncer les mains dans ses poches :

« Ces abrutis de Bazooka Joe ! Je te l'ai dit douze fois !
- Et comment tu as eu les invit' ?
- Par ce grand con de McLaren ! »

Ils avaient éclaté de rire, épaules contre épaules et elle avait trinqué avec lui avec un « Sláinte ! » amusé. Il avait eu l'air interloqué, elle avait haussé un sourcil :

« C'était du japonais ? » Elle s'était retenue de rire et il avait secoué la tête, les sourcils froncés : « Te moque pas de moi !
- Ouais. » avait-elle répondu alors que la première partie commençait. « Ouais, c'est carrément du japonais ! »

La musique était franchement dégueulasse mais l'énergie était terrible et ils avaient sauté en hurlant en cœur sur les reprises de The Who et de The Small Faces qu'ils lançaient. Quand la musique s'était arrêtée brutalement, il y avait eu un mouvement de protestation sur la salle avant que les membres des groupes ne se tapent dessus sauvagement. Hilares, ils s'étaient retrouvés dehors, en sueur et ivres, de la bière, du vomis et du sang plein les vêtements. Encore sautillante, les oreilles bourdonnantes, Junko avait hurlé :

« Tu les connaissais ?
- Ouais, ils se font appeler les Sex Pistols, c'est McLaren qui les a fait connaître. Y a un mec dedans, il a un surnom qui tue, Rotten qu'il se fait appeler. 'Parait que c'est parce qu'il a un caractère pourri. »

Elle s'était marré, lui avait répliqué, dans les dents :

« J'en connais un autre qui a un caractère pourri, ce serait quoi ton surnom, à toi ? »

Il était resté pensif un instant avant de lâcher :

« Vicious. Sid Vicious. »

Avec un éclat de rire, ils avaient repris le chemin de leur appartement. Elle avait habité un an avec lui avant de rentrer à Belfast.

Elle ne l'avait plus jamais vu depuis.

Que penses-tu des guildes? En as-tu rejoint une?

Junko pense que les guides sont de la poudre aux yeux. Elle n'en a vue aucune agir réellement et ça la fait doucement rire que ce soit même quelque chose qui existe alors que visiblement, elles ne servent à rien. Du coup, non, elle n'en a rejoint aucune mais si le mouvement se radicalise, elle se dirigerait, de toute façon, vers les Nutcombia.  

Que penses-tu de l'intégration des autres races dans le monde magique? Et des cracmols et des moldus?

Junko pense que toutes les races devraient avoir droit à une intégration totale ou, tout du moins, à une égalité parfaite. Il n'y a pas de raisons que les autres races soient traitées comme une « sous-humanité » alors que, en premier lieu, certains ne sont pas même humains. Cette espèce de normativité à l'image du peuple dirigeant lui colle la gerbe et pour elle, ce n'est même pas une question : tout le monde devrait avoir les mêmes droits et tout le monde devrait être représenté et défendu par la loi. 

Que ferais-tu si tu rencontrais un troll des montagnes sur ton chemin?

Elle transplanerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 26

Gnome au poivre
MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Sam 7 Fév - 20:38


Histoire

« I'd like to think of me returning when I can »
Lettres choisies.


Première année.
« Maman,
Je déteste Poudlard, je ne comprends pas pourquoi je dois y aller.
Les gens sont bêtes, le train est nul, on m'a posé un chapeau sur la tête et maintenant je suis un blaireau et ça n'a aucun sens, je me suis toujours senti l'âme d'un chat. Je veux rentrer. Ici, c'est l'enfer.
Si ça continue je vais taper quelqu'un.
Dis à Papa que c'est un traître, je sais qu'il est parti à la pêche sans moi.
Je vous aime. »

« Papa,
Je suis désolée si je vous ai inquiété mais c'est un fait : c'est nul. Vous vous n'en savez rien, personne de la famille n'est jamais venu ici. Mais ce château est dangereux, le directeur est barge, les escaliers tournent et y a un espèce de putain de fantôme qui joue des farces.
Des farces pas drôles, évidemment. Lui si je l'attrape je lui balance du sel à la tête.
Ma maison ? C'est Poufsouffle. Les blaireaux, comme je te disais.
Et oui, j'ai eu cours. Et c'était nul. Sauf les potions. Ça c'est cool. J'aime ça.
Par contre si jamais on exige que je remonte sur un balai je hurle. »

« Papa,
Non je ne me suis pas fait d'amis.
Je les aime pas. »

« Papa,
Oui j'y penserais. Maintenant va dormir, Maman vient de m'envoyer une lettre pour me dire que tu la dérangeais et qu'elle allait demander le divorce. »

« Papa,
C'était une blague, vous n'avez qu'une chouette, comme veux-tu qu'elle me contacte VUE QUE TU LA MONOPOLISES ? Mais va dormir quand même il est tard et je peux pas me coucher à cause de toi. »

Quatrième année.

« Papa,
J'ai entendu parler de ce qui s'était passé dans le Bogside. Maman m'a dit que tu devais y aller.
Papa, réponds-moi, s'il te plaît. »

« Papa ?
Ça fait deux jours. Tu dois me répondre. Je n'arrive pas à me procurer le journal.
Réponds-moi. »

« Papa,
Je vais fuguer, si tu continues.
Je veux rentrer à la maison. »

« Papa,
Dis-moi que tout va bien. »

« Maman,
Aujourd'hui j'ai cassé le nez à quelqu'un qui a parlé de papa et de Daiki. Il a dit qu'ils l'avaient bien mérité.
Est-ce que tu penses que la douleur va partir ?
Je sais que tu ne veux pas que je rentre à la maison pour les vacances, mais j'ai besoin de vous voir. Je n'ai plus de père, un de mes frère a disparu, je ne veux pas rester seule ici. »

« Maman,
J'ai lu que Daiki était soupçonné d'être membre de l'IRA, qu'il était soupçonné d'avoir sauté sur sa propre bombe.
Est-ce que c'est vrai ? »

« Maman,
Je déteste tous les gens ici. »

Cinquième année.
« Mao,
Dis à Noboru et Rei d'arrêter de maltraiter cette pauvre chouette, elle n'arrête pas de me mordre. C'est de leur faute, j'en suis certaine.
Des copines ont vu une photo de toi, elles ont dit que tu étais très mignonne et c'est vrai que tu ressembles à une poupée sur la photo que tu m'as envoyé.

Tout va bien à la maison ?
Ici, ça peut aller. J'ai eu de bonnes notes à mes devoirs de potions dernièrement et mes notes dans les autres matières augmentent. Je dessine beaucoup, depuis l'année dernière, j'aimerais bien réussir à animer les dessins, ça pourrait être drôle. Je t'en enverrais.

Tu me manques, Mao, j'espère rentrer pour ces vacances, j'ai plein de trucs à te montrer, je suis sûre que tu vas adorer.

Fais attention à toi, Belfast est une place dangereuse.
Dis à Nori de ne rien faire que je ne ferais pas.

Je vous aime. »

« Nori,
Je n'ai que quatorze ans et je sais déjà que c'est une connerie.
À vingt-et-un, tu devrais savoir que c'en est une. »

« Nori,
Ne fais pas ça. Tu as vu comment ça a réussi à Daiki et Papa ? Tu ne peux pas faire ça. »

« Nori,
Je te jure que je vais te maudire.
Tu les as rejoint ? Vraiment ?
Au moins prends soin de toi. Ce n'est pas l'IRA qui le fera. »

Sixième année.
« Mao,
Maman m'a dit que tu voulais reprendre la pâtisserie familiale. Tu veux vraiment rester à Belfast ? Je sais que c'est la ville où nous avons grandi mais ça me semble tellement dangereux, pour toi. Je sais que tu n'es pas faible, je sais que tu es capable de te défendre mais... Je ne sais pas. Je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose.
Je suppose que Nori fait encore des bêtises et je ne te demande même pas pour Noboru et Rei, quels abrutis ces deux-là.

Prends soin de toi. »

« Maman,
Je ne rentrerais pas pour les vacances d'été, un ami propose de m'héberger sur Londres. Je sais ce que je compte faire plus tard et je pense que ça ne va pas te plaire mais je me lance quand même... J'aimerais être tatoueuse.

J'ai déjà commencé à tatouer en douce à Poudlard et je me débrouille pas mal. J'aimerais vraiment me lancer là-dedans.
Je t'aime. »

« Maman,
La beuglante n'était peut-être pas nécessaire.
Non, je ne ferais pas de pièces montées.
Non, je ne compte pas me marier. »

Septième année.
« Maman,
J'ai passé tous mes examens et je crois que ça s'est bien passé.
J'ai trouvé un apprentissage sur Londres pour l'année à venir et une colocation.
Tout va bien pour moi. Ne t'inquiète pas.

Ne sortez pas trop de la maison.
Je sais que je suis loin mais je sais aussi que ce serait dangereux. »

Post-Poudlard.
« Rei,
J'ai un jour de repos pour l'anniversaire de Maman.
Je rentrerais. Ne lui dites rien pour lui faire la surprise.
L'apprentissage se passe bien, mon colocataire est un peu zarbi mais on écoute la même chose, on s'amuse bien. Je te chanterais une chanson du concert auquel on a été, c'était dément. »

« Maman,
Oui, j'ai les bras tatoués.
Non, ça ne part pas à l'eau. »

« Maman,
Le tatoueur chez qui je fais mon apprentissage m'a dit qu'il acceptait de me reprendre pour l'année à suivre. Je suis aux anges. Je progresse à une vitesse folle, j'ai l'impression de rêver ! 
Je vais devoir déménager définitivement à Londres et trouver un nouvel appartement.
Mon colocataire a intégré les Sex Pistols, je te l'avais dit ?
Ne dis rien aux autres, je veux leur apprendre moi-même.
Je vous aime. »

« Mao,
Je savais que tu prendrais mal la nouvelle. Moins bien que Nori, encore, et pourtant c'était difficile. Je ne m'en vais pas parce que je déteste l'Irlande ou parce que j'ai pardonné aux anglais, je m'en vais parce que Londres est le seul endroit où je pourrais développer mes capacités, parce que, aussi, on frappe plus fort du cœur même du bastion ennemi.

Je ne vais pas justifier longuement mes choix parce que je ne veux pas me disputer avec toi, grande sœur, je te demande juste d'accepter, de m'encourager, de faire avec. Nous avons eu une vie difficile depuis la mort de Papa et de Daiki et je veux juste trouver un peu de satisfaction maintenant.

Pardonne-moi, si cela fait de moi une égoïste à tes yeux.
Je t'aime. »

« Noboru,
Demain j'ouvre mon propre salon. Comme tu m'as aidé à trouver le nom, je t'offre le premier tatouage que j'y ferais.
Attrape une pincée de poudre de cheminette et dit « AnarchInk » je te récupèrerais.

Je sais que Mao m'en veut toujours mais ça va faire quatre ans maintenant, j'espère toujours qu'elle viendra me voir.

Hâte de te voir, petit frère. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 402
Age : 26

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Sam 7 Fév - 21:02

Adzjegnfzetz The Pogues.
Je t'aime.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 3293
Age : 24

MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Sam 7 Fév - 21:23

Mikadoooo ♥️ Rebienvenue parmi nous ! Bon pas besoin de te faire le blabla habituel tu connais Tu as jusqu'au 17 février pour faire ta fiche, dis le nous s'il te faut un délais ♥️ Bon courage o/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Sam 7 Fév - 22:27

Houuuu *.*
Rebienvenuuuuuuue avec ce perso haut en couleurs ♥♥♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Sam 7 Fév - 22:39

Rebienvenuue j'ai hâte de voir la suite ! **


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Mar 10 Fév - 5:42

Rebienvenue à toi aussi ! Décidément, y a du dédoublement de personnalité dans le coin
Bon courage pour ta fiche ♥️ (et j'suis fan de l'avatar, que je connaissais pas )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Mar 17 Fév - 7:16

Bon cocotte, j'te file un délai d'une semaine pour ta fichette ♥️

Donc, jusqu'au 24 février!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 26

Gnome au poivre
MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Mar 17 Fév - 15:30

C'est super gentil, James, mais voilà j'ai fini ♥
Et merci pour vos bienvenus ♥♥
(ET LES POGUES)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 3293
Age : 24

MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   Mar 17 Fév - 20:00

J'aime beaucoup ta fiche ! Découvrir ton personnage à travers les diverses lettres c'est fascinant C'est avec grand plaisir que tu es validée, je te laisse faire ton pti tour dans les listings !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Junko Dunbar ♠ dirty old town   

Revenir en haut Aller en bas
 

Junko Dunbar ♠ dirty old town

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dirty old town. {Elorin}
» 2.07 : Dirty Money
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Gestion du personnage
 :: Fiche de présentation :: Fiches Validées
-
Sauter vers: