Partagez | 
 

 Attaque de singes maléfiques [Jily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Dim 8 Fév - 19:56

Après avoir récupéré Lily de justesse en Pologne, j'étais rentré très vite chez nous. Les enfants et la nounou devait être au parc. Ça ne poserait donc aucun problème. Arrivé à la maison, il n'y a en effet personne. C'est un énorme soulagement, je n'aurais pas eu le temps de m'occuper d'une crise de panique venant de Cassiopée ou Harry. Je dépose un instant ma femme sur le canapé et j'embrasse son front à nouveau. Je vais chercher deux ou trois choses et je t'emmène à l'hôpital. Je t'aime. Ces mots? Je ne les dis pas souvent. Avant, quand on s'entendait bien et qu'on partageait tout, on avait okay. Ça voulait dire je t'aime, ça voulait dire je te comprends ou je suis avec toi. C'était notre mot secret pour nous avouer notre amour ou qu'on soit et quoi qu'on fasse. Et puis on l'a dit de moins en moins souvent pour finir par ne plus le dire. Mais là, ce n'est pas pareil. Je me rends compte que j'ai failli la perdre. Pas seulement à cause de cette maudite mission, mais parce qu'on s'est éloigné sans comprendre vraiment pourquoi, parce que je ne lui ai pas avoué ce que je faisais comme travail, parce qu'elle m'a trompé en ayant une aventure avec Florent... Par Merlin, on s'était tellement éloigné l'un de l'autre. Et pourtant... pourtant je l'aimais. Oh certes, je lui en voulais de m'avoir trahie avec un autre homme. Je file dans notre chambre et prends des vêtements pour les mettre dans un sac avant de redescendre. Le sac en bandouillère, je reprends ma femme dans mes bras et puis me dirige vers la cheminée. Ça va aller mieux très vite. Une poignée de poudre verte jetée dans la cheminées, les flammes vertes qui s'élèvent. Je rentre dans les flammes en prononçant clairement : Sainte-Mangouste.

J'ai le sang de ma femme sur les mains. Elle est toujours entourée de ma cape. Dés que je suis à Ste-Mangouste, je me rends aux admissions des urgences magiques. Ma femme est grièvement blessée. Elle... La sorcière de l'accueil me regarde et me coupe la parole. Son nom s'il vous plaît et ce qui lui est arrivé. Je serre les dents. Lily Potter, née Evans. Elle a été sequestrée par des simiots pendant au minimum 24h et torturées. Elle perd du sang est en état de choc et est frigorifiée, alors bougez vous les fesses pour me dire où je dois me rendre. Maintenant. La femme lève enfin les yeux sur moi et réprime un mouvement de recul en voyant la lueur dans mes yeux. Elle regarde enfin ma femme qui gît dans mes bras aussi et m'indique enfin où je dois aller. Je m'y rends en courant presque et puis alpague un médicomage qui passe par là. Ma femme est inconsciente. Torturée 24h minimum. En Pologne, par des simiots. Elle doit être prise en charge immédiatement. Je suis une infirmière qui me demande de l'allonger sur le lit. Je le fais avec réticence. Je prends sa main et reste près d'elle tout en essayant de ne pas déranger l'infirmière. Ses vêtements sont découpés afin de voir l'étendue des dégâts. Je serre les dents à chaque nouvelle blessure qui apparaît. Je vais retourner en Pologne avec une équipe et tous les simiots seront exterminés. C'est une promesse que je me fais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 3293
Age : 23

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Mar 10 Fév - 22:33

Savoir former des phrases avec des mots ne fait pas de vous un écrivain. L'amour était à l'image de cette métaphore littéraire. Avoir un mari ne voulait pas dire que vous étiez digne de l'amour et j'étais très bien placée pour savoir ce genre de chose. J'avais la bague, belle, brillante, me désignant comme lui appartenant. J'avais même les enfants preuves que notre mariage était une réussite et que nos copulations régulières avaient amené à la préservation de la race humaine. Je venais d'avoir vingt-six ans et tout ce que je tirais de ma vie, c'était une mauvaise histoire raconté sur le ton acerbe de l'humour aussi noir qu'une pleine journée d'été. Si j'ai bien un regret dans ma vie, c'est de ne pas avoir eut de sous-titre pour comprendre les propos de James. Mais même avec cela j'aurais réussit à échoué dans ma vie amoureuse. Parce que...

Autours de moi, ils s'agitent. Encore et toujours, ils essaient de me sauver, mais moi je ne sais pas si je veux être vraiment sauvés. J'entends parfois la voix de James. Elle est chaude et dure comme de la roche. Je m'accroche à sa voix. Elle est mon guide dans l'obscurité. Ce n'est pas leurs soins qui me sauvent, c'est sa voix. Dire que je l'ai trompé. Je ne sais même pas pourquoi. Enfin si. Je le sais. Je sens que l'on me soulève. Une voix soupire et dis que je suis hors danger. Les soins se font moins intensif. La douleur va même jusqu'à s'atténuer. Enfin la douleur physique. Pour la honte, il n'y a pas vraiment de remède, si ce n'est la drogue, l'alcool, tout ces choses. Avant je n'avais pas vraiment honte, j'étais trop idiote pour avoir honte. Maintenant si. J'ai honte et je réfléchis trop. Enfin plus maintenant. Là je plonge.

Il fait sombre. Que mes paupières soient closes ou non il fait sombre. L'esprit vaseux, je mets quelques instants à saisir que de longues heures ont dû s'écouler avant que je m'éveille dans un lit froid et inconfortable. Les draps m'irritent et sentent le propre. Cela m'irrite encore plus. Je veux les repousser d'un geste vif, mais tout mon corps me rappel à l'ordre, alors je les garde. Pas le choix. James est là. Il dort. Je lui fais confiance pour avoir confier les enfants. Malgré tout ce que je lui ais dit, malgré ses mensonges, je lui fais confiance. J'ai envie de le décoiffer. De glisser ma main dans ses cheveux, mais je me retiens, je ne sais pas si j'ai le droit encore de faire ce geste.

Je lui donne un petit coup. Éveillée, je m'ennuie. Je pourrais dormir, mais je ne suis pas fatiguée. J'ai déjà bien trop dormi. Je lui en donne un second et finit par lui pincer le nez. « James. Réveille toi. » Je chuchote, je ne crois pas que ce soit le meilleur moyen pour l'éveiller, mais je ne veux pas que tout St Mangouste sache ce qui se passe dans notre chambre. Enfin, c'est pas comme s'il allait avoir du cul. Même si j'avais la force physique pour, on le ferait pas. Dommage. Pour une fois qu'on est seuls sans avoir l'inquiétude que les gosses débarquent. « Jaaaaames ! » Je prend ma voix geignarde agaçante pour l'agacer et le faire craquer. « J'peux pas te remercier si tu te réveils pas. » Ni je t'aime. Ni Okay. Ni rien du tout.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Sam 21 Fév - 19:23

La peur m'a étreint violemment et refuse de me quitter. Ma femme est allongée sur un lit d'hôpital et je suis mort de trouille. Pour le moment, j'oublie le fait qu'elle m'ait trompé et qu'elle vient de me l'avouer. Je suis restée près d'elle le temps des soins, lui parlant ou parlant au corps médicomagiale présent. Ça a été long... mais quand ils ont enfant fit : Elle est hors de danger. Un soupir de soulagement énorme me prned et la pression retombe brutalement. Oh, je serais définitivement rassuré uniquement quand elle refera surface mais... c'est déjà mieux que rien. Je me rends à la salle d'attente un moment en attendant qu'il la transfère dans la chambre où elle va rester quelques temps et je fais les cent pas. Les enfants sont seuls à la maison avec la gamine... et je ne peux pas les laisser là-bas toute la nuit juste avec elle, ça ne fait pas partie de ses attributions et puis je l'aime bien, mais c'est encore une gamine. Je ferme les yeux et frotte mon visage avec mes mains. Daenerys n'est pas à la maison d'après mes souvenirs. Zelena devrait l'être. Et puis Lena prendra mieux le fait qu'elle doit s'en occuper parce que je veille Lily à l'hôpital. Dae serait capable de me renvoyer un hibou ou une beuglante pour me dire que j'ai pas besoin de rester à son chevet. Je me rends à la volière de l'hôpital et j'écris un message rapide à ma cousine. Je suis à l'hôpital avec Lily, elle est hors de danger. Je vais passer la nuit là-bas, est-ce que tu pourrais passer à la maison pour y rester ou alors les prendre chez toi pour la nuit? Je serais de retour demain dans la journée et je prendrais mes dispositions à partir de là. Renvoie-moi ce hibou s'il te plaît. Je t'embrasse. James. J'accroche mon message à la patte du hibou. Dépêche toi s'il te plaît. Un petit coup de bec encourageant sur la main et l'animal décolle. Je l'observe s'éloigner à tire d'aile avant de retourner dans la salle d'attente.

Le médecin vient me voir à peine j'y suis de retour. Il m'explique l'état de ma femme et me rassure en me disant qu'elle va s'en remettre parfaitement. Un soulagement sans nom m'inonde tout comme un début de colère. La mémoire me revient. Elle m'a trompé. Je rentre finalement dans la chambre et tire une chaise près de son lit. Je prends sa main et dégage son visage doucement. En la voyant si fragile dans ce lit, ma colère reflue légèrement. Pourquoi? Hein Lily, pourquoi...? Une question simple et qui pourtant restera certainement à jamais sans réponse. Je reste éveillé longtemps à essayer de deviner un signe qui me montrera qu'elle va se réveiller. Mais l'épuisement finit par avoir raison de moi et je m'endors dans une position inconfortable, les fesses sur la chaise, le visage appuyé sur le bord de son lit.

Je vogue dans un monde étrange, un rêve. Je bouge légèrement, quelque chose d'extérieur m'agresse. Et puis une voix. Je suis trop loin dans mes rêves. On me pince le nez et j'ouvre la bouche par automatisme. Je sors lentement du sommeil et j'ai mal partout... Et puis une voix que je reconnais parfaitement me vient à l'oreille. Lily est réveillée et elle joue la geignarde... elle doit aller mieux. Un sourire vient sur mes lèvres avant de disparaître. Je me redresse et passe une main sur sa joue. Tu es réveillée... Un petit sourire m'échappe et puis je récupère ma main. Je n'ai pas envie qu'elle me rejette, je pense que je péterais un plomb si elle le fait. Et bien, tu m'as fait une sacrée frayeur... Je me frotte le visage à deux mains pour me réveiller un peu mieux et puis les pose sur le lit près d'elle. Le soulagement qu'elle soit vivante et bien portante est bel et bien là. Mais maintenant que je suis certain que tout va bien, je sens la colère et la tristesse remonter lentement et m'envahir. Elle m'a trahi. Vraiment trahi. Elle a couché avec un autre homme que moi. Et je n'ai aucune idée de ce que je dois faire, ressentir ou dire... Elle m'annonce qu'elle m'a trompé avec son meilleur ami et quelques heures après je dois tout lâcher pour aller sauver ses fesses puis je veille à l'hôpital pendant des heures et des heures en priant tous les grands sorciers qu'elle se réveille... et maintenant qu'elle l'est... je sais plus ce que je dois ressentir. Comment tu te sens? Il faut sûrement que j'appelle le médicomage... Je prends soudainement sa main et la serre dans la mienne. Par Merlin, tu m'as fichu la frayeur de ma vie! En fait, je crois que j'aurais assez envie de me laisser aller et de complètement craquer. Peut-être pleurer, ou l'engueuler... je sais pas trop.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 3293
Age : 23

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Dim 22 Fév - 18:14

Il finit par s'éveiller. Enfin. Déjà. Je me rappel douloureusement ce que j'ai fais il y a quelques nuits maintenant. Je n'ai pas mis bien longtemps à tout lui avouer. Il sait tout. Ce n'était pas comme si je pouvais avoir de secrets pour lui. Sa main glisse avec légertée sur ma joue, je frissone, mais à cela s'ajoute la question de est-ce que cela sera la dernière fois ? Le fait qu'il est venu me sauver ne dit pas qu'il m'a pardonnée, ni même qu'il continue à m'aimer. S'il m'a sauvée, c'est parce que c'est juste lui. Le super héros qui ne peut pas s'empêcher de sauver tout le monde. J'incline la tête. « Tu es réveillée... » On est proche physiquement, mais pourtant j'ai l'impression qu'il est bien loin de moi à cet instant. «  Et bien, tu m'as fait une sacrée frayeur... » Il est là, prêt de moi, mais ne me touche pas. Si ce n'est ce geste tout à l'heure. Je fixe ses mains, je pourrais m'en saisir, mais le voudra-t-il ? Le voudra-t-il vraiment ? « Comment tu te sens? Il faut sûrement que j'appelle le médicomage... » Il se décide à la saisir, il va jusqu'à la serrer. « Par Merlin, tu m'as fichu la frayeur de ma vie ! » « James... » Je relève la tête pour lui faire face, je fronce les sourcils malgré moi. Je cherche de quelle manière je pourrais l'interroger sur le sujet sans réussir. « C'est tout que tu as à dire ? » Mes mots sont d'une violence inouïe et pourtant ce n'était pas mon intention. Je retire mes mains, si cela doit être finit entre nous, autant commencer dès maintenant, je ne veux pas que l'on joue aux faux semblants.

Mes cheveux sont sales, je le sens quand je les regroupe d'une main, cherchant machinalement de l'autre un élastique. Baguette, verre de jus de citrouille, objet non identifiée, potions, ma main se renferme que sur des objets inutiles. Je les laisse retomber librement sur mon dos. Ils me semblent tout à coup bien lourd, ils me dérangent même, c'est ridicule, être dérangé par ses cheveux. Du regard j'interroge James, attendant une réponse à ma question qui ne vient pas. Je finis par lâcher un soupire. « Ne les dérange pas. Demain matin ils viendront bien assez tôt et puis... » Et puis nous devons parler, du moins, si lui le veut. Je n'ai pas entendu la possibilité pour les sorciers de divorcer. Une aberration pour ma part, mais cela ne peut pas nous empêcher de nous éloigner l'un de l'autre. Le mariage, le divorce, ce sont des mots qui définissent les relations que l'on entretient aux yeux de la société, ce n'est que des mots, rien d'autre. Mon ventre gargouille, je me rend compte que j'ai terriblement faim. Je cherche du regard quelque chose qui pourrait me sustenter, mais je ne vois rien. Après tout ce n'est pas l'heure, je le sais bien. Pourtant je ne peux pas lui empêcher de lui demander. « Tu n'as rien à manger ? » La réponse est évidemment non. Sinon la nourriture serait sur le chevet, m'attendant. Cette question n'est qu'un moyen d'échapper à cette discussion.

Je joue au même jeu que lui, mais cela ne sert à rien. Je me renfrogne, je ne sais pas comment reposer la question. Je veux savoir ce qu'il pense. Je veux savoir s'il m'aime encore. Je veux savoir si j'ai fait l'erreur de trop. Et puis je veux m'excuser, je veux m'expliquer, même s'il n'y a pas d'explication. Je veux lui dire que je ne sais pas ce qui m'a pris. Que c'était l'alcool, que je n'avais aucune pensée en tête, que je l'aime toujours. Oui, je voudrait lui dire que je l'aime toujours, mais je ne sais pas comment prononcer ces mots. J'ai l'impression que ce n'est pas à moi, j'ai fauté, je dois me soumettre à ses désirs, c'est la moindre des choses. Pourtant j'ai tant à lui dire, j'aimerai m'expliquer, j'aimerai... Je n'ai pas à vouloir des choses. Je tire la couverture sur moi et fixe mes mains d'un air absent.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Ven 27 Fév - 9:40

Je suis épuisé physiquement et émotionnellement. Je sais pas ce qui va se passer si je me laisse aller. Peut-être que je me mettrais à hurler. Ou alors à pleurer. Je suis conscient qu'on va devoir parler, mais le moment me paraît mal choisi. Elle est enfin réveillée et je veux juste profiter un peu du fait qu'elle soit encore en vie. Peut-être qu'elle va vouloir me quitter et aller vivre avec ce débile profond de Florent. Ne pas y penser, ne pas y penser. Enfin pas à lui du moins. Ou je risque de tout briser dans cette chambre d'hôpital. Je lui fais part de mon soulagement et elle, tout ce qu'elle trouve à faire c'est froncer les sourcils puis déjà me parler avec agressivité. Je serre les dents et m'efforce de respirer longuement pour me calmer légèrement. Elle m'agresse alors qu'elle m'a trompé. Non, mais c'est un monde! Si c'est tout ce que j'ai à dire? Non, clairement pas! Vraiment pas même! J'aurais des centaines de choses à lui dire et une question à un milliard... pourquoi est-ce qu'elle m'a trompé? Trahi de la pire des manières? Offert son corps à un autre homme. Mais je me tais pour le moment, il faut que je me canalise. Je suis dans un hôpital et si je me mets à hurler, les médicomages vont me sortir de là de force s'il le faut. Et je ne veux pas sortir d'ici, même si ça fait mal. Je l'observe sans rien dire. Elle finit par soupirer et dire que les médicomages peuvent attendre demain et puis... et puis quoi? Elle ne finit même pas ses phrases. Se sentirait-elle coupable de cette nuit partagée avec un autre? Peut-être bien. Je l'espère au fond de moi, ça voudrait dire qu'elle ressent encore quelque chose pour moi.

Et puis je baisse les yeux sur son ventre qui vient de faire un bruit d'enfer. Bon, si Lily a faim, c'est qu'elle va vraiment mieux. Elle demande d'ailleurs à manger. Et puis elle ne dit plus rien, se renfrogne et regarde ses mains sans plus rien dire. Je ferme les yeux un instant et soupire. Je me redresse légèrement pour chercher une barre chocolatée que j'ai achetée en allant envoyer le hibou et que je n'ai pas eu envie de manger. J'ai du chocolat. Mange, ça te fera du bien et si tu veux autre chose, je suis obligé d'avertir l'infirmière et tu verras du coup le médicomage c'est certain. Je frotte mon visage encore une fois à deux mains et puis me lève. Je me mets à faire les cent pas dans la chambre, tournant comme un lion en cage. La douleur transpire par chaque pore de ma peau, la peur aussi et un brin de colère pour mettre un peu de couleur évidemment. Et puis soudain je m'arrête en me tournant vers elle. Je laisse retomber mes bras le long de mon corps et je la regarde. Pourquoi? Pourquoi tu as fait ça? Tu ne m'aimes plus? Tu en as le droit, mais dis-le bon sang! Je fais deux pas et m'arrête de nouveau. Je sais que je t'ai menti. Je sais aussi que j'aurais pas dû! C'est pour me punir? Je passe nerveusement une main dans mes cheveux et me laisse retomber sur la chaise à côté de son lit. Merde Lily! Je t'aime moi! Et je pose mon front sur le bord du lit. Il faut que je me calme... je crois. En fait... je sais plus trop. tu m'annonces ça puis tu disparais et pour finir je dois venir te chercher alors que t'es dans un sale état... J'ai cru que j'allais devenir dingue! Et bien voilà, les mots sortent. Je ne peux pas les en empêcher. Ni de lui dire que je l'aime. J'ai failli la perdre. Prendre des pincettes y'a plus besoin. Ça change... j'ai vraiment cru que j'allais la perdre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 3293
Age : 23

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Ven 27 Fév - 19:55

« J'ai du chocolat. Mange, ça te fera du bien et si tu veux autre chose, je suis obligé d'avertir l'infirmière et tu verras du coup le médicomage c'est certain. » « Ça ira. » Je me saisie avec brusquerie de la barre de chocolat qu'il me tend. L'aigreur de mon temps me surprend, moi j'ai le regard baissé, honteuse, j'ai trahit notre couple et lui, il est là, il m'a sauvée la vie. Jouant encore une fois les personnages parfaits, idéals, comme à son habitude, m'enfonçant un peu plus dans ma médiocréditude. C'est bien plus facile de s'agacer contre lui que de s'agacer contre moi. Je ne me supporte plus, cette nuit, c'était le geste de trop, celui qui aurait jamais dû avoir lieu. Mes doigts nerveux n'arrivaient pas à ouvrir la barre, je m'énerve, je serre les dents, fais comme si rien n'était. Il finit par s'ouvrir en deux et tomber sur ma couverture. Lui se lève, il fait les cent pas, il va parler, enfin, qu'il fasse ses reproches ! Je n'en peux plus de ce silence de toute manière. J’attends la sentence avec un faux détachement, cassant la barre en deux, on partageait toujours avant. Et puis un jour ça s'est arrêté. Je ne sais même plus pourquoi. Je ne sais même plus quand. Je m'en suis rendue compte un beau jour. Comme cette histoire qui est la notre qui s'effilochait, j'en ais pris conscience trop tard. De ce sentiment amer qui empoisonnait ma vie. « Pourquoi ? Pourquoi tu as fait ça ? Tu ne m'aimes plus ? Tu en as le droit, mais dis-le bon sang ! » S'attendre aux mots ne les rend pas moins violents. Je garde le regard baissé sur les deux bouts de chocolat. « Je sais que je t'ai menti. Je sais aussi que j'aurais pas dû ! C'est pour me punir ? » Je glisse un des deux bouts dans ma bouche. Son goût sucré envahit ma bouche. Je l'entend se laisser tomber sur le chaise. « Merde Lily ! Je t'aime moi ! » Parce que moi je t'aime pas c'est ça ? Tu es le seul qui a le droit de prononcer ces mots ? « Tu m'annonces ça puis tu disparais et pour finir je dois venir te chercher alors que t'es dans un sale état... J'ai cru que j'allais devenir dingue ! » « Tient. » Je lui tend l'autre moitié de la barre de chocolat. « T'as l'air d'en avoir besoin. »

Dans ma tête je n'avais pas de grands discours, mais j'espérais que les mots couleraient d'eux-même à flot le moment venus. Pleure, défense, supplication, ils seraient tous sortis, mais au final tout ce que je fais c'est de lui tendre un bout de chocolat qu'il m'a donné il y a quelques secondes. « Tu n'as pas le monopole de l'amour dans notre couple tu sais... » Je hausse des épaules. « Mais c'est vrai qu'il y a toujours chez toi ce côté un peu égoïste. Bien entendu tu es très généreux, mais avant tout cela te fait toujours plaisir à toi. C'est jamais vraiment complètement désintéresser. » Finalement le flot de parole est arrivé. Un peu en retard, mais il est arrivé. « Je ne dis pas que je suis parfaite, je ne dis pas non plus que je ne le savais pas. T'es le premier à faire des conneries, ma vie entière ne suffirait pas pour les lister. Dis toi juste que moi aussi j'en fais. » Je lève les yeux vers James, il n'a pas mangé son bout de chocolat. Je fais une moue désappointée et lui donner un coup de poing affectueux dans l’épaule. Tous mes muscles me font regretter ce geste et voilà que je vis mille et une souffrances et demis dans tout mon bras. « Mange. » Il me manque. James, pas le bout de chocolat.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Sam 7 Mar - 19:53

Elle ne veut pas le médicomage, mais ça ne m'étonne pas. Et puis ça m'arrange. On va peut-être enfin régler nos comptes. Je ne sais pas si je pourrais continuer à vivre avec elle si elle m'annonce qu'elle ne m'aime plus. Mais tant pis, il faut crever l'abcès. Et je le fais. Je parle. Trop. Ce n'est pas ce que je voulais dire, enfin pas tout à fait. Mais je suis à vif. Je laisse les mots sortir comme ils viennent. On verra bien pour le reste. Elle ne dit rien. Elle écoute. Et puis elle me tend la moitié de la barre de chocolat. Je la regarde, un peu perturbé et je prends le chocolat que je garde dans ma main. Ça m'a complètement déstabilisé. J'ai l'air d'en avoir besoin? C'est étrange comme un changement de sujet brutal peut vous mettre dans le plus grand désarroi. Et puis le couperet tombe. Elle parle. Elle parle du sujet qui fâche. Elle répond à ce que je lui ai dis. Je n'ai pas le monopole de l'amour. Je suis égoïste, généreux mais toujours intéressé. Je ne dis rien. Elle pense vraiment ça de moi? Que je suis juste un égoïste qui ne fait que ce qui lui plaît? Elle n'est pas parfaite et elle savait comment j'étais. Elle me dit aussi que mes conneries ne sont même pas listables vu le nombre que j'en fais et que, et bien ma fois, elle aussi fait des conneries. Je. Je crois que mon esprit cesse juste de fonctionner pendant un instant. Elle considère cela juste comme une bêtise, équivalente à celle que je fais régulièrement? Je la regarde. Cette conversation vire au surréalisme. Et puis elle lève les yeux, fait une moue, me donne un coup amical sur l'épaule et me dit de manger.

Je la regarde longuement. Je veux imprimer son visage dans mon esprit. Et n'a-t-elle pas dit que je n'avais pas l'exclusivité de l'amour? Donc, elle m'aime encore? Machinalement je porte le chocolat à ma bouche et le mange. J'essaie de mettre un peu d'ordre dans mes pensées. Mais c'est le chaos là-haut. C'est vraiment ce que tu penses de moi? Que je suis un petit con égoïste? Et bien... je suis désolé que tu penses ça. C'est vrai parfois mais pas toujours... Des gestes généreux et gratuit? J'en fais. Elle exagère. Surtout pour les enfants. Pour elle aussi. Quand je raconte à nos enfants que leur maman est passée les voir quand il dormait pour les embrasser mais qu'elle a du repartir et que ce n'est pas vrai... je le fais pour qui? Sûrement pas pour moi. Pour mes enfants, pour les protéger. Et pour Lily, pour elle, pour que les enfants ne lui en veuille pas. Mais... je dois avouer que ça fait un moment que je n'ai plus rien prouver à Lily. Je ne sais pas trop quand on a commencé à plus faire attention l'un à l'autre, mais c'est arrivé. Et puis on a laissé les choses aller trop loin. On n'a plus su comment les améliorer. Je me demande encore pourquoi tout a été aussi loin. Tu m'aimes encore alors? Je dois pas avoir l'air très sûr de moi, en tout cas intérieurement je ne le suis pas.

Et puis merde! J'en ai marre. Je me relève et puis me baisse et la prend dans mes bras. Si elle me rejette, je risque de tout péter dans la chambre, mais là tout de suite je m'en fous, j'en ai besoin. Je ne sais pas quand les choses ont dégénéré... je ne sais pas quand on a cessé de communiquer exactement... mais il faut qu'on recommence. Qu'on recommence à parler.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 3293
Age : 23

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Lun 9 Mar - 21:32

Il y a des questions qui font mal, parce qu'elles révèlent les pires terreurs qui nous habitent. «  Tu m'aimes encore alors ? » La réponse a toujours était une évidence pour moi, pourtant je ne répond pas. Restant prostrée sur moi-même, les lèvres serrées, m'interrogeant comment j'ai pu provoquer une telle rupture dans notre couple. Même loin l'un de l'autre, je n'avais jamais doué de nos sentiments. L'amour passionnel n'était plus là, ce n'était plus qu'une profonde amitié, une certaine langueur qui s'était installée dans notre vie. La méfiance, les doutes et les mensonges n'avaient jamais effacé cet amour qui avait naquis entre nous. Jamais. Malgré tous mes actes, jamais je n'avais pensé que je cesser de l'aimer un jour. Probablement que cela me rendait d'autant plus criminel de mes actions. Je ne dis rien. Je n'arrive pas à lui répondre.

Ses bras s'enroulent autours de moi, je me retourne plaquée contre son torse. Je ferme les yeux. Son parfum m'enveloppent. « Je ne sais pas quand les choses ont dégénéré... je ne sais pas quand on a cessé de communiquer exactement... mais il faut qu'on recommence. Qu'on recommence à parler. » Je me laisse aller un peu plus contre lui, mes doigts agrippent sa robe de sorcier. J'inspire doucement, quelque chose en moi s'apaise, une terreur que je cherchais à étouffer s'éteint enfin. Je lève le regard et croise son regard remplit d'amour. Je caresse avec tendresse sa joue, je souris malgré la douleur qui se rappelle brusquement à moi. « Okay. » Il faudrait tout recommencer, essayer de ne pas faire les même erreurs, apprendre à se faire de nouveaux confiance, ne pas oublier de dire okay, une fois par jour, au moins, le faire savoir encore et encore, réinventer, ré inspirer, il y a tellement de choses à faire, tellement de choses à réapprendre.

Je l'attrape avec un geste un peu brusque par le col, la douleur régit mes gestes, mais j'en fais fit. J'attire ses lèvres contre les miennes, me relevant comme je peux pour combler la distance entre nous. Elles sont douces, je n'ai jamais apprécié la sensualité d'un baiser, préférant me laisser aller dans ses bras, mais pour lui, pour tout recommencer, comme à notre premier rendez-vous parmi les boursoufles colorés qui nous regardaient avec de grands yeux étonnés. Pas de cris choqués cette fois-ci, nous n'étions plus ces gamins bien trop insolents aux yeux de la bonne moral. L'âge nous a pas rendu plus adulte, juste plus vieux, plus seuls, plus lointain. Je m'en détache, non sans une pointe de regret, me demandant où est partit ma jeunesse. Ce baiser est amer, je prend conscience que je l'ai toujours tenu responsable de cette vie adulte arrivé bien trop rapidement à mon goût. Je n'aurais pas dû. Il est encore trop tôt pour croire que tout s'effacera. La route est bien plus longue que je ne le pensais, mais pour l'instant je pose ma tête de nouveau contre lui, essayant de me persuader que tout pourrait être comme avant. Comme quand nous avions la vie devant nous. « Okay. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   Sam 4 Avr - 19:29

La panique est toujours présente, sous-jacente. Je crois que je paniquerais toujours un peu à l'idée de la perdre. Au début, je pensais qu'on s'accordait sur presque tout, mais en fait, je crois qu'on est vraiment différent. Elle ne voit pas le monde de la même manière. D'après moi, elle analyse bien trop chaque détail, mais je ne sais pas... je ne suis pas dans sa tête. Je dis enfin une partie des choses que j'ai sur le coeur. Et puis elle répond le fameux "okay". Le mot qui ne veut rien dire mais qui veut tout dire pour nous. C'est notre "je t'aime", notre manière secrète de nous le dire. Cela faisait longtemps. Que je l'entendais de sa bouche. Elle me l'avait écrit quand elle était à sa mission, mais là... Ce n'est pas pareil. Je l'entendais de vive voix tandis qu'elle était dans mes bras. Elle caresse ma joue et me sourit. Je vois une ombre dans son regard, mais je n'y fais pas attention. Ce n'est pas le moment. On discutera en profondeur une fois rentré à la maison. Il faudra qu'on trouve des solutions à chacun des problèmes que nous avons. Elle m'attrappe soudain par le col et me colle à elle. Un baiser qui réveille mes sens. Je le lui rends et puis soupire quand elle se sépare de moi. Elle pose sa tête sur mon torse en répétant ce fameux "okay". Je souris doucement et caresse ses cheveux. Okay.

Je me redresse un peu et vient m'asseoir sur le bord de son lit. Je l'attire contre moi pour qu'elle puisse se recoucher en restant un peu dans mes bras. Je pose un baiser sur son front. J'aime juste la tenir comme ça contre moi. Je repense un peu à tout ce qui s'est passé ces derniers jours tout en restant calme. Je peux rester calme devant elle. J'irais peut-être passer mes nerfs sur son amant par contre. Oui, c'est une bonne idée. Son meilleur ami en plus... Je caresse doucement son dos. J'espère que tu pourras sortir demain. Sinon, j'emmènerais les enfants te voir. Harry essayera de te voler ton jello et n'arrêtera jamais de babiller. Et puis Cass' te regardera avec ses grands yeux inquiets tout en te racontant ce qui s'est passé chez tata Zelena. Je souris doucement. J'aime nos enfants plus que tout. Mais Cassie... Cassie a hérité du côté hype réfléchi de sa maman. Des fois, elle me fait peur à avoir l'air de tout comprendre. Bon, je le lui montre pas. Mais elle est bien trop jeune pour comprendre tout ça, et pourtant... Quand on pense que les enfants ne voient rien, c'est un mensonge fait pour rassurer les parents. Je la serre un instant un brin plus fort. On pourrait partir en vacances, juste tous les deux. Tes parents et mes parents seraient ravis d'avoir les enfants quelques jours je pense. Et ça pourrait nous faire du bien de nous retrouver rien que toi et moi... Mes doigts courent doucement sur son bras. Elle a l'air fatiguée.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Attaque de singes maléfiques [Jily]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attaque de singes maléfiques [Jily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Déesse maléfique
» Clowns maléfiques
» Les machines
» La fiche de Frodon
» Samir l'exécuteur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Londres
 :: Bâtiments officiels :: Ste-Mangouste
-
Sauter vers: