Partagez | 
 

 Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 56

Dragée surprise
MessageSujet: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Jeu 12 Fév - 19:55


Epona Ollivander

« L'aube de ma vie a débuté par ma mort. »



♦️ Age 21 ans
♦️ Race Vampire


♦️ Métier Marraine la bonne fée
♦️ Habitation Une petite maison à Avalon
♦️ Divers

- Elle a peur des hommes.
- Elle n'a jamais eut de relations amoureuses et n'y voit aucun intérêt.
- Elle a toujours voulu avoir un animal de compagnie sans avoir l'occasion.
- Elle a une peluche licorne qui s'appelle Dragon, elle l'a toujours sur elle.

Damoiselle Gaea

♦️ Comment as-tu rejoint le forum? I'm the fuking queen of this place
♦️ Veux-tu un lien avec un p.v.? Yep.
♦️ Est-ce un double compte? No comment.
♦️ Avatar ABF
♦️ Un dernier mot? James. Je t'aime
♦️ Copyright Tik Tok

« Discussions autour d'un thé »

Peux-tu nous raconter quelques anecdotes sur toi?


La voix. ▬ Il y a cette voix dans ma voix. Ce n'est pas ma conscience, c'est une voix divine ou démoniaque, c'est selon les jours. Elle est apparut lors de ma seconde naissance. Celui où d'affreux petit monstre qui mériterai d'être brûlé vif je suis devenue l'ange de mon père. Je ne sais pas si je l'aime ou si je la déteste. Elle est... là. Juste là.

Ma seconde naissance ▬ Avant j'étais un monstre. Une enfant normale selon ma mère qui renifle dédaigneusement en évoquant cette période bénit selon elle. Je crois qu'avant elle m'aimait, ce n'est plus le cas. Elle me hait, elle dit que je ne suis pas sa fille, que je ne suis plus qu'un monstre transformé par mon père. Je la dégoûte. Elle me l'a dit, mais je ne lui en veux pas. J'en suis incapable.

L'armée des poufs ▬ On était une bande à Poudlard. L'armée des Pouf, j'étais pas la cheffe, j'étais juste la fille qui suit les autres. Ils étaient mes amis, je m'amusais bien avec eux. Ils faisaient des choses tout à fait odieuse et immonde. Une fois ils ont même osé aller dans les cuisines pour faire un gâteaux eux-même ! Une honte. Je ne me suis pas joins à eux, mais je les ais observés. Je ne pouvais pas me rabaisser à faire ce qu'ils faisaient. Je les aimais bien et eux aussi. A la vie, à la mort, l'armée des Poufs perdura pour toujours et bien au-delà.

Ma sœur m'a tuée. ▬ A moins que j'étais déjà morte ? En tout cas, elle m'a attachée et m'a enterrée vivante. Elle n'a même pas cherché à me mettre dans un cercueil, ni même un sac. Juste dans le trou et elle à jeter la terre sur moi. Je suis en train de mourir. J'ai peur. Je ne comprend pas. Il y a cette... créature qui a sauté sur moi, à fait de moi sienne, du moins c'est ce qu'elle a dit. Puis elle m'a abandonnée et c'est à ce moment là que j'ai rencontré ma sœur. Mon oncle et ma tante devaient se doutaient de quelque chose, car ils sont venus me déterrer. Savaient-ils quelque chose ? Je crois. Car cette fille était là, pour moi. Ils savaient que j'allais mourir et revivre. Tout était prévu. Je devais être ce que je suis. Je crois que ce sont eux qui m'ont sacrifié.

Sacrifice ▬ Es-tu prête pour à te sacrifier pour la cause ? La cause, c'était la religion. J'ai dis oui. Je suis vouée à la cause. La cause est tout pour moi. J'ai dis oui. Mais je ne comprenais pas ce qu'ils entendaient pas sacrifice. Je n'ai toujours pas compris. Mon oncle ne cesse de dire que cela ne devait pas se passer ainsi. Ma tante lui en veut. Elle lui reproche d'avoir céder à la tentation. Il ne cesse de s'excuser auprès de moi, il pensait que c'était la solution pour me sauver. Mais me sauver de quoi ? Je ne comprend pas. Je ne saisis rien...

Crise d'angoisse ▬ Parfois ça me prend, quand je panique, quand je ne sais pas réagir. L'angoisse agit en moi, sinueuse, fourbe, elle se glisse en moi, elle me prend. L'armée des poufs m'aidaient à me contrôler, à être normal. Ils me chantaient des chansons, mais maintenant qui le fera ? Personne. Personne ne veut consoler une vampire.

Que penses-tu des guildes? En as-tu rejoint une?

Rejoindre une guilde n'est pas de mon fait. Je me suis soumise au choix de ma tante, elle me trouvait seule et jugeait que j'avais besoin d'une occupation saine et sociale. Désœuvrée, je ne compris pas qu'elle cherchait à me soustraire de l'influence de père et je pris place au sein des Immutabiles. Je ne compris pas pourquoi elle tenait à ce que j'aille là-bas. La guilde Nutcombia ne correspondait-elle pas à nos idéaux ? Elle affirma que si, mais elle affirma aussi que je devais convertir les impies au sein de cette guilde. Elle ne voulait pas que j'agisse ainsi avec la guilde de Walburies, car j'étais trop « faible » et j'allais me faire « dévorer » . Ce sont ses mots. On ne me confie pas de missions, rien du tout. Je me demande si Regulus fait partie d'une guilde. Regulus ? C'est mon fiancé. Je l'aime, grâce aux filtre d'amours que je m'efforce d'ingérer, mais je l'aime plus que tout. Je ne l'ai pas choisis, il m'a été imposé. Je crois que c'est un cousin éloigné qui s'est soucié de cette mésalliance comme dirait ma mère quand elle a bu un verre de trop. Je cherche à tout faire pour lui plaire, mais je ne sais pas comment le faire. Alors je m'inspire de ses amis ou encore je cherche à rejoindre sa guilde. Un avis sur les autre ? Non... Je ne crois pas non. Je n'ai pas vraiment d'avis sur le monde je dois dire...

Que penses-tu de l'intégration des autres races dans le monde magique? Et des cracmols et des moldus?

J'avais un avis. Avant ce jour. Avant que je sois celle que je dois être. J'avais peur des vampires, des gobelins, des harpies et même des elfes de maisons. J'ai fais la rencontre d'une harpie un jour, je devais avoir huit ans, c'était avant la séance. Un vampire m'a sauvée. Il l'a tuée, j'étais couverte de sang, j'ai hurlé, hurlé encore et encore. Je ne me souviens pas de son visage, mais je crois l'avoir revu. Il m'a souris. Il m'a dit de ne pas m'inquiéter, qu'il allait me sauver de nouveau. J'ai hurlé de nouveau tendit que je mourrais lentement entre ses doigts treize ans après notre première rencontre. Il voulait me sauver une seconde fois, j'étais son sacrifice, je suis morte entre ses mains et je suis née une troisième fois. Je suis désormais de ces êtres qui me terrifiaient. Je n'ai pas d'avis plus profond sur la chose, je suis incapable d'avoir un avis sur quoi que ce soit, c'est comme si mon cerveau se... bloquait.

Que ferais-tu si tu rencontrais un troll des montagnes sur ton chemin?

Un... Non. Je ne crois pas, je... Okay. Zen. Reste zen. Panique pas Epona. Ne panique pas. Il pourrait te tuer d'un coup de massue et ensuite salir ton corps. Je ne veux pas. On se souviendrait que de ça. De cette fille qui a été touchée par un troll, je suis souillée, sale, je serais. Il pourrais t'éclater la tête et on ne te donnera même pas un enterrement détend, de toute manière qui en veut un. Esprits bien aimés sauvés moi je vous prie, peuple de la terre, de l'air, de l'eau et du feu, protégez, soyez prêt de moi, je vous en supplie aux seigneurs de la vie, je ne peux, je ne peux. Ils en ont rien à foutre d'une raclure comme toi. T'es encore plus laide quand tu chouine. Je ne veux pas mourir. Je vous en supplie, pardonnez moi de ne pas être forte, de ne pas agir comme il le faut, je fais de mon mieux, je le jure, je fais de mon mieux, je... Je ne veux pas mourir. Pardonnez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 56

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Jeu 12 Fév - 19:55


Récit de vie

« Je suis morte pour renaître. »

Je suis morte à l'aube de ma vie. Je n'ai que vingt ans, à peine et je suis morte. Je pensais que j'étais éternelle, je pensais que rien ne pourrais m'arrêter et je suis morte. Le temps de souffler une bougie et me voilà morte. Ridicule n'est-ce pas ? Non. Je vous en prie. Ne me dites pas que je suis ridicule. Ce n'est pas ma faute. J'ai toujours été une bonne fille, toujours à genoux à faire mes prières et mes rites. J'ai toujours respecté la religion de mes parents, toujours respecter leur pensée, pas de garçons, pas de sexe, pas de baiser, j'étais l'enfant bénie. Yeux brillants, joues roses et naïvetés d'une fille qui vient d'avoir la permission de quitter la prison du couvent. J'étais fiancée, fidèle, amoureuse comme il se le devait. Je m'attendais à me marier, avoir des enfants et vivre toute ma vie à jouer les vitrines. En attendant j'avais osé m'encanailler et j'ai trouvé un travail, marraine la bonne fée. Oui. Travailler c'est m'encanailler. Cependant ce n'était rien à cette soirée. Je disais bonne nuit à père et mère. Ils pensaient que je rejoindrai ma couche après mes prières. Que je ne ferais que des délicieux rêves de licornes et surtout dénués de tout érotisme tendit que mes mains auraient eut le malheur de s'égarer. Ce n'est pas de mon genre. Mais cette nuit j'ai décidé de faire autrement, j'ai décidé de sortir, de m'en aller. Je ne sais pas trop pourquoi j'ai agis ainsi. Ce n'est pas mon genre. J'avais envie de prendre l'air, juste me promener et rentrer. C'était l'aventure de ma vie. Et je suis morte. Elle a duré une heure, cinq minutes et trois secondes. Je suis morte. Fin de l'histoire. A moins que ce soit le début ?

« Etre née de famille de sang-pur suppose des obligations. Il ne suffit pas d'être riche, de se montrer supérieur, mais il s'agit de suivre les traditions. Que chaque chose soit à sa place et que le monde ne change pas. Tu es née femme, ce n'est pas une tare, ni même une faiblesse, mais retiens bien ceci, tu es née pour servir l'homme. Tu appartiens à ton père, puis plus tard à ton mari qui devrait être satisfait de ta présence. Ce n'est qu'alors que tu auras atteint le but de ta vie. » Au fond de mon cercueil, j'entends des voix. Enfin, suis-je dans un cercueil. Non, juste un sac de toile. J'ai été enfermée et on m'a enterrée. Vivante. J'ai cru que j'allais mourir et puis, non finalement, non je suis toujours en vie. « Pourquoi es-tu ainsi ? » La voix perfide de mon aînée résonne dans ma tombe. « Pourquoi tu es toujours effacée, soumise, toujours... toujours... ainsi ! » Elle crache les derniers mots avec dégoût. Je la dégoûte. C'est pour ça qu'elle m'a entraînée dehors et m'a enterrée vivante. Est-ce que je lui en veux ? Oui. Mais je ne devrai pas, avoir de telles humeurs pour une lady, cela ne se fait pas. « Pourquoi c'est toi qu'il a choisit ? Hein ? Pourquoi ? » Elle est jalouse. Idiote.

Est-ce que mère va pleurer ? Probablement. Je ne pense pas que ses larmes seront sincères, les bleus qui recouvrent mes bras prouvent l'amour qu'elle me portait. Elle était jalouse de moi, tout comme ma sœur. Elles avaient échoué aux tests de mon père, moi non. La première n'avait pas su donner de fils tant attendu. La seconde est bien... Elle ne correspond pas à ses attentes. Père m'aime moi. Père fait de moi sa préférée. Je lui appartiens et je fais tout ce qu'il désire, même si cela ne m'enchante guère. Il paraît que l'on entretient une relation anormale. C'est du moins ce que dit ma mère quand elle me pince et me traite de catin. Elle ne m'aime pas. Je suis son portrait craché, en plus jeune, en plus parfaite. Je crois qu'elle pense que père et moi avons fait la chose. Il est vrai que je vais me consoler dans ses bras, mais mon cœur a été vendu à mon fiancé. Nous n'avons rien fait. De toute manière je n'aime pas les hommes. Ils sont fourbes, sales et veulent votre corps. Je les évite comme je peux, même mon fiancé je ne l'aimerai pas sans filtre d'amour. Père, ce n'est pas pareil, ce n'est pas ma faute si j'agis comme une catin avec lui, je ne sais juste pas comment une femme doit se comporter avec un homme.

Mais lui non plus ne fera pas d'éloge funèbre. Je n'ai pas toujours été l'enfant parfaite. A huit ans, il m'a vendue, à un homme, un scientifique. Il m'a dit de ne pas m'inquiéter, j'ai désobéit, j'étais effrayée. Alors on m'a attachée, sur une chaise. Quand était-ce ? Il y a treize ans je crois. C'était... Je ne sais plus. Lobotomiser. Vous connaissez ce mot ? Je le trouve amusant lobotomiser. Les moldus insèrent une aiguilles et pouf, vous changez le cerveau d'un être. Les sorciers c'est plus discret, plus simple. Un simple sort et voilà, une affreuse petite fille qui hurle et en fait qu'à sa tête devient la plus docile et adorable des créatures. Je suis devenue sa préférée ainsi, mais je ne l'étais pas naturellement. Je suis une vilaine fille en réalité. Voilà pourquoi il ne me fera pas d'éloge funèbre. « Qu'est-ce que tu as fait à cette enfant ? Comment as-tu pu ? » La voix colérique de mon oncle résonne maintenant sous terre. Il était furieux. Ma tante pleurait à chaude larme, elle me serrait contre sa poitrine et ne cessait de répéter. « Pauvre enfant, pauvre enfant. » Mon oncle était furieux. Il m'a prise à part. J'ai vécut quelques temps avec lui.

Il répétait que la magie pouvait me sauver, qu'il fallait que j'y croie, que je la prie. C'est lui qui m'a appris à être pieuse. J'ai agis comme il le souhaitait, il était satisfait et me répéter qu'un jour le verrou sautera, que je serais moi-même. Je ne pense pas que cela arrivera maintenant que je suis morte. Quelqu'un gratte la terre. Cela grouille autours de moi. « Elle est là, esprits biens aimés faite qu'elle est... » Le visage de ma tante apparaît. J'ai faim. Je veux son sang. Je le veux. Je veux la dévorer. Je ne sais ce qui se passe, je bondis sur elle dans l'idée de lui arracher la gorge et mon oncle me repousse avec brutalité. « On est arrivé trop tard. » Ma tante pleure silencieusement. Il fait sombre, mais je vois le monde comme en plein jour. Entre deux sanglots je crains capter les mots vendus et meurtre. « Epona... » « Mon oncle. » Je fais une révérence comme on me l'a apprit, mais la faim m'entaille le ventre. Je suis retenue que par... je ne sais quoi, à lui sauter à la gorge. « Ton père n'est qu'un enfoiré qui mériterai de mourir. » Cela a un effet de coup de poing dans l'estomac. Il se radoucit probablement à la vue de mon visage horrifiée. « Tu dois être affamée non ? Je t'ai trouvé quelqu'un. » Pas quelque chose. Non, quelqu'un.

Ma tante pleure un peu plus. Elle sèche ses larmes. Elle dit que c'est un impie, que je n'ai pas de soucie à me faire, il doit mourir de toute manière. Je ne comprend pas, je les suis car c'est la seule chose qui importe. J'ai de la terre dans les cheveux et mes vêtements sont dans un piteux états. Ils n'y font pas attention. Je les aime. Sincèrement. Grâce à eux j'ai pu aller à Poudlard, père ne voulait, une femme ne doit pas être instruite disait-il. Il ne voyait pas l'utilité que j'ai une baguette. Il fut ravit néanmoins que je trouve un travaille à la fin de mes études et moi je suis ravie de l'aider dans ses recherches en lui donnant mon salaire. Ils me font pénétrer discrètement chez eux. Ils ne disent mot, je les effraie, je ne sais pourquoi. Ils sont surtout triste. Il y a une autre sorcière. Elle est attachée. Effrayée. J'ai faim.

Vous savez. Je me suis toujours posée une question. Pourquoi ? Pourquoi ma mère me hait ? Pourquoi mon père me voue une adoration depuis que je suis sa chose ? Pourquoi ma sœur a-t-elle essayé de me tuer ? Pourquoi ne puis-je agir normalement ? Pourquoi m'a-t-on vendu, deux fois, soit disant pour mon bien ? Pourquoi mon père torture donc ma mère au moyen de ma personne en lui faisant croire des atrocités ? Et puis j'ai trouvé une réponse à tout mes pourquoi. Quand le dernier souffle de cette fille a disparu entre mes lèvres lèvres. Quand j'ai sentit son sang coulait en abondance le long de mon menton. J'ai tout compris. La réponse à tout cela c'est parce que nous sommes de la pire espèce qui soit, nous sommes des êtres humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 237

Chocogrenouille
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Jeu 12 Fév - 21:36

Oh c'est la surprise ! *_* J'adore !


Vous trouverez en moi de ces immenses abîmes, de ces vastes sentiments concentrés que les niais appellent des vices, mais vous ne me trouverez jamais ni lâche, ni ingrat. Enfin, je ne suis ni un pion, ni un fou, mais une tour, mon petit.
(c) Wild Heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 79

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Jeu 12 Fév - 22:51

C'était donc elle, la vampirette ! Fabuleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Jeu 12 Fév - 23:51

Pas besoin de te donner les détails... comme d'hab!

et huhu la dédicace ♥


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/
avatar
Ecrits : 29

Gnome au poivre
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Ven 13 Fév - 0:20

VAMPIRE, viens à moi! *.*

Tu es trop belle

Bienvenuuuuuuuuuuuuuue !
Je t'aime déjà!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Ven 13 Fév - 2:36

Rebienvenue, de ce que je comprends !
Et... ASTRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIID ♥
Bon courage pour la suite de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ecrits : 56

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Ven 13 Fév - 19:05

Merciii à vous tous ♥️

Je vais détroner Solveig au titre de Miss Dt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 56

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Dim 15 Fév - 22:29

Fiche terminée ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 2918

MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    Mar 17 Fév - 7:24

Tu as donc l'honneur d'être validée. Enjoy! Et passe partout, comme d'hab xD


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragonteapot.harrypotterrpg.fr/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Epona O. ▬ C'est à genoux que l'on aspire le mieux la foi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 04. Happy Birthday, Cat.
» À travers la Ligue nationale
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» The Miz Vs Big Show
» Mets moi un flingue sur la tempe, et décore les murs avec ma cervelle... (Destinée et Rich)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Gestion du personnage
 :: Fiche de présentation :: Fiches Validées
-
Sauter vers: