Partagez | 
 

 Larmes de sangs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 56

Dragée surprise
MessageSujet: Larmes de sangs.    Sam 28 Fév - 19:30

« Je t'assure ! Je ne voulais pas ! » Par les esprits, il avait osé. O mère nature, pourquoi les hommes ne peuvent pas avoir pitié de sa chaire. Ce n'est qu'un geste maladroit, mue par la sympathie qu'il avait pour elle, mais elle l'avait vu comme une trahison. Cette manière dont il l'avait effleuré, capturer à lui, quelques secondes à peine, quelques secondes de trop. Elle s'était enfuit, il n'avait pas cherché à la rattraper ou peut-être si. Elle ne sait trop. Elle avait ouvert à volé la porte de l'hôtel particulier du clan et s'était enfuis sur le chemin de traverse. La nymphette avait erré entre les boutiques fermées sans âme à qui parler. Elle ne s'était pas aventurée jusque dans l'allée des embrumes, bien trop terrifiée par les vapeurs ocres et argentées qui s'y échappaient. Une vieille femme édentée avait bien tenter de l'emmener, faisant preuve d'une force étonnante pour l'âge qu'elle avait l'air, mais quand elle vit ses crocs elle la rejeta avec dégoût. Les harpies n'aimaient pas les vampires.

Epona était seule sur le chemin de traverse, la neige tombait à gros flocon, mais elle ne ressentait pas le froid. Sa colère et sa peur se muèrent en tristesse et regret, pourquoi avait-elle donc quitter sa chambre cette nuit-là ? Pourquoi avait-elle brisé le sacro-saint rituel ? Se mettre à genoux, prier, puis s'endormir jusqu'au lendemain. « Esprit biens aimés, protégez moi je vous prie. Donnez moi la force de faire face à cette épreuve. » Son murmure se répercuta dans le vent. Son errance solitaire fut brisée par la rencontre de bonhomme de neiges, être silencieux, l'un d'eux la fit danser pourtant. De ses doigts fins elle s'était saisit avec délicatesse de la branche de bois qui lui servait de bras et elle avait valser sous les flocons avant qu'il ne s'en aille pour de plus grands projets. La solitude revint au galop.

Elle voulait rentrer, elle savait qu'elle serait vouée à mourir si elle restait dehors. Ce fut alors qu'elle prit conscience qu'elle ne savait pas où était l’hôtel. Elle ne s'y était rendu qu'une fois ou deux, coincés entre deux boutiques banals comme on en trouve tous les dix mètres, il n'y avait rien de marquant. Les vampires cherchaient tant à se montrer discret, que pour les retrouver, il n'y avait aucune indication précise si ce n'est que la façade était tout ce dont on avait de plus banal.

La vampire se retrouva donc à faire la seule chose qu'elle faisait dans ce genre de situation : se recroquevillait dans un coin et pleurer. Elle croit se souvenir d'une époque où elle n'était pas comme ça, où elle était comme les autres. La période sombre de sa vie, avant sa seconde naissance. Doucement elle se mit à fredonner une mélodie, ses doigts jouant sur un piano invisible. Des larmes de sangs dégoulinait sur sa peau blanche, se mélangeant à la neige éclatante. Elle poussa un cri à la vue du sang. Ce n'était pas la première fois qu'elle pleurait depuis sa troisième naissance, pourtant à chaque fois elle revivait le même dégoût envers elle-même. Mourir, définitivement, peut-être est-ce au final la meilleure chose qui puisse lui arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 31

Gnome au poivre
MessageSujet: Re: Larmes de sangs.    Dim 8 Mar - 5:59

La vie était belle. Un jour de congé, enfin une soirée, et ce soir, il y avait un concert absolument génial du côté moldu dans une sale totalement underground. J'aurais préféré un peu avoir congé durant la journée pour aller jouer du violon en pleine nature. Pour le naturisme, il faisait un peu trop froid, mais ça faisait un moment déjà que je n'avais pas fait d'offrandes au petit peuple et aux esprits de la forêt. Il allait falloir que je remédie à cela. Peut-être demain. Oui, demain c'était une bonne idée. Enfin sauf si autre chose se présentait. La vie était pleine de surprise. Enfin pour en revenir au concert, j'adore les toutes petites salles. La musique était cool. Les gens détendus. Je m'étais déhanchée comme une folle, enfin autant qu'on pouvait le faire sur du jazz. J'avais du parler à toutes les personnes présentes dans la salle. La soirée avait été exceptionnelle, comme souvent. Je suis pas vraiment du genre difficile. Mais une envie de jouer de la musique m'avait tiraillée et je m'étais donc décidée à rentrer à mon appartement. Une balade jusqu'au chemin de Traverse en dansant et chantonnant avait été ma manière de me réchauffer. J'évite les bonhommes de neige depuis qu'ils ont tenté d'investir le chemin de Traverse... certains sont sympas, mais j'ai pas de baguette pour me défendre, du coup, pour une fois, je reste prudente. Même si je dois dire qu'ils sont plutôt pacifique avec moi, sûrement parce que je n'ai pas de pouvoirs et peut-être aussi parce que je respecte la magie... Qui sait? Eux le savent, mais ils ne parlent pas. Et puis bon, pas besoin de s'inquiéter tant qu'on est pas proche d'un lieu magique, enfin presque pas. Il faut dire que s'il y a un sorcier dans les parages, un bonhomme de neige peut être présent... Ce que je trouve drôle, c'est que les moldus ne les voient pas. C'est quand même étrange comment le monde est fait.

Un grand sourire aux lèvres, je pénètre sur le chemin de Traverse. Le pub était presque fermé, mais ça ne dérange jamais le barman de venir m'ouvrir s'il n'y a personne pour me faire passer. Il sait ce que je suis. Mais je crois qu'il m'aime bien quand même. Il m'a même dragué une fois. C'était drôle. Je l'aime bien, mais pas pour ce qu'il voulait. Je hausse les épaules à cette pensée. Un jour, je viendrais lui jouer ma musique. Peut-être qu'il serait d'accord pour que je joue un soir au pub. Ça serait chouette. J'aime bien avoir un public. Oh oui, il allait falloir que je retourne en forêt. Je suis sûre que je manquais aussi aux fées des bois. Je les aime bien aussi, même si parfois elles font de mauvaises blagues. Je dois avouer que je suis tranquille la plupart du temps, mais c'est grâce aux offrandes et à la musique! Ne dit-on pas que la musique adoucit les moeurs? Et puis en approchant de mon bébé, de mon salon de thé. Je fronce les sourcils. Enfin, il est pas encore complètement à moi. Pour le moment, je le gère. Ma sorcière de propriétaire y tient comme à la prunelle de ses yeux. Elle est partie en vacances. Elle m'a dit : "Luna, ma petite. Je m'en vais. Quelques mois au soleil. Je vais me trouver des amants et me faire dorer la pillule. Le Serendipity, tu vas le gérer et fais le bien." Et puis elle était partie. Je souris à ce souvenir. C'est un peu une mère, une grand-mère et une amie. Elle est parfois dure, elle m'a appris plein de chose et surtout elle ne m'a presque jamais jugé sur mon appartenance. Sang-mêlée de naissance, cracmolle d'état... un pied dans chaque monde et nulle part un foyer. J'ai longtemps ressenti ça et puis parfois ça m'arrive encore. La vie n'est pas rose, mais la vie est belle.

Et puis soudain, un petit cri de souris... enfin pas une souris, sûrement une femme, mais un de ces petits cris aigus quand même... me tira de mes pensées. Je m'arrêtais net et cherchai d'où il pouvait bien venir. En m'avançant un peu, j'entendis des sanglots. Une femme doit pleurer, ça fait toujours du bien et ça vide les trop pleins d'émotions. Je pleure régulièrement, de tristesse, de joie, d'amour... Je m'approche doucement d'elle. Elle est belle. Elle a l'air perdue. Oh tiens, je remarque même qu'elle pleure des larmes de sang. Une vampire? Oui, sûrement. Enfin je crois qu'il n'y a qu'eux qui pleure du sang. J'en avais jamais vu pleurer avant. Je vais des fois boire un verre dans le bar de vampire, mais il n'est pas du genre à pleurer le patron. Vous avez l'air perdue, est-ce que je peux vous aider? Je n'ai pas peur des gens, ni des vampires. Les gobelins me regardent toujours de travers mais je leur trouve un air grognon presque sympathique. Les harpies m'effraient un peu, mais je ne suis plus assez jeune pour faire partie de leur terrain de chasse, enfin je crois pas. Je sors un mouchoir de ma poche et le lui tend. Tenez. Je peux m'asseoir avec vous? Sans attendre, je m'assied en tailleur près d'elle. Vous savez les larmes, c'est sain. Il faut parfois s'en vider. Mais le sourire, c'est mieux, ça rend la vie plus douce. Est-ce que vous voulez me dire ce qui ne vas pas? Est-ce que j'ai raison de faire cela? Je sais pas. Peu importe. Elle est belle, elle a un visage doux et tendre. Et si elle voulait me croquer que je m'asseye près d'elle ou pas, elle le ferait de toute manière. Je lui souris doucement en tendant le mouchoir pour essuyer l'une de ces joues.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 56

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Larmes de sangs.    Dim 15 Mar - 16:23

Elle fixait d'un air absent ses mains couvertes de sang. Les larmes rouges continuent à couler sur son visage, tâchant ses cheveux, son cou, ses vêtements. Le dégoût lui donnait envie de vomir, mais le pouvait-elle seulement ? Depuis plusieurs semaines, date de sa transformation, elle ne s'était nourris que de sang. Elle ne se souvient même plus de son dernier repas. Celui avant sa mort, elle n'y avait pas prêter attention, picorant la nourriture comme elle avait l'habitude de faire. Elle pensait trouver un réconfort dans l'idée que bientôt elle serait définitivement morte, que le soleil aurait raison d'elle. Pourtant cette nouvelle pensée ne faisait que déclencher de nouveaux sanglots. « Vous avez l'air perdue, est-ce que je peux vous aider ? » Elle avait sentit sa présence, pourtant elle sursauta de surprise. Elle voulut reculer, mais derrière elle le mur l'empêchait de fuir la nouvelle venue. Elle n'avait pas l'air méchante pourtant. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas entendu des mots prononcés avec tant de douceurs et de sincérité. Même de son vivant, personne n'avait jugé bon de la considérer ainsi. L'inconnue s'enhardit, allant jusqu'à lui tendre un mouchoir. « Je peux m'asseoir avec vous ? » Elle n'attendit pas sa réponse, s'asseyant d'elle-même. Epona finit par prendre le mouchoir et épongea ses larmes qui coulaient sur son visage, tâchant de son sang le bout de tissu. Sa mère lui répétait mesquinement qu'elle pleurait uniquement pour attirer l'attention sur elle, finalement il semblait qu'elle avait raison. Elle baissa la tête, se refermant un peu plus sur elle-même. « Vous savez les larmes, c'est sain. Il faut parfois s'en vider. Mais le sourire, c'est mieux, ça rend la vie plus douce. Est-ce que vous voulez me dire ce qui ne vas pas ? » Sa mère avait raison. Les larmes n'avaient fait qu'attirer l'attention de la jeune femme sur elle et désormais, elle se sentait dans l'obligation de se montrer sympathique avec elle.

Elle cherchait la réponse la plus convenable à dire. Celle qui ferait comprendre de manière polie qu'elle était heureuse que la jeune femme fasse preuve de pitié avec elle, mais qu'elle n'avait pas besoin de se déranger pour elle. « Rien, rien du tout... Je me suis perdue. Voilà tout. » Voilà tout. Ces deux mots étaient presque comiques dans sa bouche. Elle était perdue depuis le jour de sa mort. Ne savant pas ce qu'elle était vraiment, ne savant pas non plus ce qu'elle devait faire, ni même comment vivre. Elle rendit le mouchoir à l'inconnue. « Je suis vraiment, dés... désolée. » Il avait perdu sa couleur d'origine, n'étant plus que des nuances de rouges. Elle se releva, elle l'avait déjà bien trop dérangé par ses larmes. « Je ne vais pas vous déranger plus que cela, il est tard, enfin tôt, le soleil va bientôt se lever et. » Elle se tut. Un frisson la parcourut. Le soleil levant signifie sa mort. Elle n'a jamais vu un vampire subir les assauts des rayons de l'astre dorée, mais il paraît que c'est terrible. Dans un murmure terrifiée elle ne put s'empêcher d'ajouter. « Une femme de bonnes mœurs n'est pas présente dans les rues à cette heure-ci. » Elle jetât un regard de coin craintif à la sorcière assise en tailleur dans la neige. Ne venait-elle pas d'aller trop loin ? Avec une sorcière qui plus est ! Elle savait ce dont ils étaient capables avec leur baguette magique, pendant des années elle-même en avait possédé une. « Je suis désolée. » Ajoutât-elle avec précipitation dans l'espoir de ne pas subir son courroux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Larmes de sangs.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Larmes de sangs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les cries aveugles et les larmes sourdes d'une enfant [Cassie]
» Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang [PV]
» Le Voleur de Larmes
» Quand Coulent les Larmes du Rossignol [Rang C][Pv: Natsume Homura]
» Bien que le temps puisse sécher les larmes de mes yeux, le temps ne t'effacera pas de mon cœur || LIAM ♥
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Habitations
-
Sauter vers: