Partagez | 
 

 Piège de papiers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 108
Age : 24

MessageSujet: Piège de papiers.    Ven 13 Mar - 22:57

« Daenerys. » La sorcière s'étira langoureusement dans le lit, la couverture qui protégeait sa nudité révéla son corps tel qu'il était vraiment : sans charme, sans artifice. Un sourire étira les lèvres de son amant d'un temps. Il l'aimait comme ça, simple telle une fleure sauvage. Du bout des doigts il suivit sa colonne vertébrale. Elle frissonna, mais ne dit rien, restant languissante sous les draps. «  Vous avez rendez-vous, n'oubliez pas. » Malgré ce qu'il venait d'avoir lieu, il gardait toujours ce vouvoiement qui les empêchaient d'être intime. Il avait peur de la femme qui se cachait derrière le masque qu'elle portait à chaque instant. De nymphes endormies, elle devint une tornade dévastant tout sur son passage. Repoussant d'un geste brusque les draps, elle court d'un coin à l'autre dans la pièce. Lâchant ses ordres d'un ton sec tout en s'habillant et récupérant une apparence digne de son rang. Face à son miroir, elle fronça le bout de son nez tendit que sa chevelure s’éclaircissait et se bouclait dans de grosses anglaises. Rien n'échappait à son regard désormais émeraude, le nez plus écrasé, la bouche plus charnue, la taille plus fine, les jambes plus courtes. Elle devenait quelqu'un d'autre sous le regard fascinait de son compagnon. «  Vous êtes parfaite Mademoiselle. » Elle n'est plus Daenerys, elle n'est plus que Mademoiselle. Il s'approche doucement d'elle, s'apprêtant à lui caresser les cheveux, mais se retient au dernier instant. Elle baisse le regard pour qu'il ne voit pas la lueur de regret qui venait d'apparaître. «  Je compte sur votre rapport ce soir. » Un sourire amusé apparaît sur les lèvres du sorcier. «  Bien Mademoiselle. »

Avant de fermer la porte de l’entrepôt, elle ne put s'empêcher de se retourner en lui adressant un sourire énigmatique. Elle était venue ici pour faire l'inventaire et avait finit par essayer ce lit qu'on disait appartenir à Morgane la Fée en personne. Elle se mit à fredonner un petit air en se dirigeant d'un pas vif vers l'opéra qui était non loin. Arrivé à l'heure n'était pas de son genre, elle aimait faire patienter ceux qui l'avait demandée. Daenerys glissa entre ses lèvres une plume en sucre, songeuse, se demandant bien ce que cette Verdun lui voudrait cette fois-ci. Elle avait pourtant parfaitement remplit les conditions de son contrat, permettant à la française d'être l'actrice adulée qu'elle désirait être. Elle avait eut un enfant, comme elle l'avait prévu, les liant à tout jamais. Si elle tenait à garder son enfant, la française n'aurait d'autre choix que de faire ce qu'elle désirait. Elle grimpa les marches de l'opéra de son pas toujours tranquille pourquoi elle avait tant désiré faire de nouveaux sa rencontre. Ses informateurs n'avaient pu la renseigner, ce qui l'agaçait profondément.

La salle en apparence vide au premier coup d’œil devenait grouillante de vie dès que l'on prêtait un peu attention. Les chanteurs faisaient résonner leur voix dans la salle, les techniciens en tout genre s'assuraient que tout serait en place et puis il y avait quelques spectateurs, décimaient ici et là dans la salle. Ils étaient nombreux aujourd'hui, mais elle ne trouva pas Marion Verdun. Les lèvres pinçaient, elle recula d'un pas. Était-elle en retard, ou bien était-ce un piège comme elle avait déjà dû faire face. Les autorités avaient eut vent de ses petits contrats. Certains en avaient même signés, ce qui les motivaient d'autant plus à l'arrêter. Elle prit une autre plume en sucre, se glissant entre les rangées de sièges au fin fond de la salle. Non, rien ne prouvait qu'elle était ce qu'elle était. Ce fut alors qu'elle la vit, dans l'ombre, quelques rangées plus loin.

L’adolescente qu'elle avait soumise à son contrat était devenue une femme, c'était une évidence. Elle l'observa de loin, songeuse. Personne ne semblait la surveillait, elle avait l'air seule, mais ses lèvres se mouvaient, comme si elle était en train de parler avec quelqu'un. Ou bien réciter un texte de théâtre. Cela devait être ça. D'un pas feutré, Daenerys la rejoignit, se glissant dans la rangé juste derrière elle. « Que voulez-vous ? »



TOUS LES HOMMES MEURENT UN JOUR
Par chance moi je suis une femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Piège de papiers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un virus internet piège un pédophile allemand...
» Un Maître Façonneur, une Sorcière, un tas de papiers et plein d'abrutis! [Tahly]
» Pour Hortefeux, les sans-papiers ne sont pas propres
» [UPTOBOX] Piège de feu [DVDRiP]Action
» Le piège se referma... [PV: Lysa Manara]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Londres
 :: Côté Moldu
-
Sauter vers: