Partagez | 
 

 Jour de congé; jour emmerdant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 30
Localisation : Mascouche, Québec

Gnome au poivre
MessageSujet: Jour de congé; jour emmerdant   Lun 16 Mar - 17:53

Enfin, les critères météorologiques sont revenus à la normale. Enfin, un jour de congé s'annonce devant moi. Mais, est-ce que je désire vraiment un jour de congé ? Non. Je déteste ça. Comment, vous vous dites ? Oui, je déteste ça. Parce que cela libère mon cerveau de tout aspects logiques. Le travail, il faut l'avouer, tiens l'esprit occupé. Et, lorsque nous sommes oisifs, cela laisse toute la place aux pensées plus ou moins réjouissantes. Des pensées auxquelles je préfère faire abstraction. Des pensées comme : Mince, est-ce que j'ai vraiment pincé la fillette aux lulus ? Est-ce que j'ai poussé la petite vieille dans les marches, moi ? Pourquoi elle m'a pointé du doigt en hurlant, la femme au gros bonnet ... et qu'est-ce que je foutais avec une fiole de mandragore moulu dans les mains ?
Oui, toutes ces interrogations, ces mystères, côtoyaient les Et si j'étais folle ? Pourquoi Maman est plongé dans cet état là ... et pourquoi Papa se contente de hausser les épaules et ... il est sérieux ou merde ?!!! Là, je parle de Severus. Depuis notre petite rencontre au milieu des livres, il ne cessent de m'envoyer des hibous. On s'est vu quelques fois pour prendre un verre, il est agréable tant à regarder qu'à parler, mais ... pourquoi ? Pourquoi il fait ça ? Pourquoi il s'intéresse à moi ainsi ? Il est sérieux ou il est en train de me jouer un tour du genre ''regardez les gars, j'ai fait courir l'idiote de Vance !'' J'en avais aucune idée. J'aime l'attention qu'il me porte, je commence à me dire de me laisser charmer, mais ... pourquoi je sent cette envie de ... de le griffer ? C'est comme si, comme si j'avais envie de l'accrocher sur un pilori pour le griffer.

Okay, je change d'orientation. Vite fait, je serre la tasse de thé qui se trouve devant moi, simplement posé sur la petite table basse. Il me faut penser à autre chose ! Pourquoi ces excès de fureur, ces pensées violentes ? Pourquoi est-ce que l'idée d'un homme s'intéressant à moi me donne envie de plonger, de fuir et de torturer tout à la fois ? Mince, je ne suis pas normale ! Ou alors, si. Je ne sais plus. Ne plus y penser. Simplement. Lentement, je porte ma tasse à mes lèvres et je bois un peu du chaud liquide. Cela me fait du bien. Cela me ramène sur terre. Tout aussi lentement, je plonge la main dans la poche de mon léger manteau et j'en sort une missive du ministère de la magie. Une invitation pour une fête foraine. Une fête pour célébrer le retour de ce printemps qui c'était fait cruellement et magiquement attendre. Entrée gratuite, spectacles, jeux, activités et manèges. Irais-je ? Une partie de moi n'en avait résolument pas envie. Toutefois, une partie de moi -- qui me semblait plus forte -- désire absolument y être. Pour ... s'amuser. Je réprime une frisson. Le mot amusé, ici, ne me dit rien qui vaille. Et je suis certaine que Severus va m'envoyer un hibou pour m'inviter. Ce n'est pas son genre non plus, mais avec ce qui semblait vouloir faire ... bref, je crois bien qu'il me drague et bon, quoi de mieux qu'une fête foraine ? Encore une fois, un frisson. J'espère vraiment qu'il n'y a pas de pilori là-bas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 51
Age : 24

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Jour de congé; jour emmerdant   Mar 17 Mar - 21:21

Okay Marly, ce n'est pas la première fois que cette impression de déjà vu te viens à l'esprit, tu n'es pas folle. Retient le bien. Okay ? J'aimerai me répondre okay, sauf que je n'arrive pas. Je suis comme figée devant ce salon de thé. Il y a comme une force étrange qui m'y attire, j'ai comme l'impression qu'il y a quelques années que mon destin s'est joué dans ce lieu banal au premier coup d’œil. «  J'peux avoir un gâteau ? » Je baisse les yeux sur Gellert, ses grands yeux brillants d'innocence ne doute pas que notre bourse est encore une fois vide. En même temps les morts, ce n'est pas ce qui paie le mieux. Quant aux personnages qui s'échappent des œuvres et bien... Ils ont préféré rester bien à leur place avec ses attaques de bonhommes de neiges. Pourtant je ne peux pas résister à sa petite moue et je le pousse en direction du salon de thé. A moins que ce soit pour moi que nous pénétrons dans ce lieu ? Parce que je dois savoir. Je dois comprendre.

«  Tient, mais qui voilà donc ! Cela fait bien des années que l'on t'a pas vu dans le coin ! » L'esprit nous accueille avec chaleur, pourtant je n'arrive pas à me souvenir de son existence. Je fronce les sourcils et fait mine de ne pas l'avoir entendu. Ils n'apprécient guère d'être ignorés, mais je ne peux me permettre de répondre à voix haute dans le vide dans une salle bondée. Par ici ce genre de chose est plutôt assimilée à de la folie... L'esprit tourne autours de moi, je l'évite, encore et encore. Je fais mine de ne pas faire attention à lui, mais rapidement un ballet étrange à lieux entre nous deux et je tombe, assise, sur une chaise. Gellert ravit que je me sois installé revient en affirmant qu'il avait choisit son gâteau et que par ici, on pouvait rêver rien qu'en buvant du thé.

Il y a déjà une femme à la table, elle est belle, elle me fait penser à quelqu'un que j'ai déjà vu, mais ce n'est pas elle. Ce n'est pas celle que je cherche. Je me sens rougir violemment et balbutie quelques mots maladroits. «  Je... je suis désolée. Je ne voulais pas vous importuner. » Gellert déjà attablé me regarde d'une manière étrange, pour lui s'installer à des tables d'inconnus c'est normal. Je l'ai habitué à ce genre de chose, pas à fuir. Cette femme me trouble, plus que je ne voudrais. Ce n'est pas elle pourtant. «  Méfie toi d'elle. » Je sursaute. L'esprit est revenu pour lâcher un dernier murmure menaçant avant de s'en aller. Stupide esprit, il doit être jaloux. Je ne voix pas comment une personne à l'air si douce peut faire du mal...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 30
Localisation : Mascouche, Québec

Gnome au poivre
MessageSujet: Re: Jour de congé; jour emmerdant   Mer 18 Mar - 2:02

L'esprit visiblement ailleurs, je regardais machinalement par la fenêtre. Ces journées d'oisiveté ne sont décidément pas faite pour moi. Je me demande même pourquoi je les acceptes, tiens ! Et, je me demande aussi pourquoi diable j'ai décidé de venir prendre un thé. J'aurais très bien put demeurer chez moi, dans mon tout petit appartement digne d'une nonne, à prendre le thé comme une âme perdue. Au lieu de ça, je suis venue ici, comme si partager les joies publiques allait faire en sorte que cette espèce de menace sourde me quitte. C'est vrai, quoi ? Mettez-vous à ma place ! Sans savoir pourquoi, vous vous trouvez avec une lame ensanglantée, avec un patient qui vous regarde d'un air terrorisé et qui vous dit que vous l'avez légèrement coupé. Et vous regarder et vous remarquer qu'effectivement, un filet de sang s'échappe d'une coupure à peine visible. Et que vous n'avez aucun souvenir hormis celui vague d'avoir posé la main sur un objet métallique. J'aimerais bien vous y voir ! Oui, une menace sourde que je ne parviens pas à identifier et qui, par la barbe de Merlin et les mouches qui s'y trouvent, me donne satisfaction. Oui, j'ai honte de le dire, mais je sort souvent des chambres avec un sourire en coin, au fond de mon être, un soupçon de satisfaction. Je ne comprends pas. Je ne me comprends pas.

Tenant toujours à la main la missive du Ministère, je ne remarque pas l'arrivée d'une jeune femme et d'un garçonnet. Pourtant, je devrais, ce dernier est assez volubile. Mais non, non je me contente de regarder à l'extérieur, comme une automate. Ce fut à ce moment même que ma table se mit à bouger. Un tremblement de terre ? Surprise, je sursaute et je renverse, par le fait même, ma tasse de thé. Le liquide, devenue frisquet suite à mes rêveries sans fin, coule lentement sur le tissu de ma tenue alors que je regarde la jeune femme devant moi. Hein ? Que ... Okay, là j'ai l'air d'une idiote. Je fait donc un petit sourire avant de tendre la main vers une serviette de table. Ma main rencontre alors celle du garçon, qui s'est tout bonnement assied aussi. Brusquement, je retire ma main comme si je venais de me brûler. Mince, alors ! Un p'tit gars ! Je cligne un peu des yeux, comme si je voyais un enfant pour la toute première fois de ma vie, avant de lui faire un petit sourire charm ... un peu froid. '' Bonjour toi '' Il s'agit bien de ma voix. Je la reconnais. Mais, pourquoi me semble t'elle appartenir à quelqu'un d'autre ? Pourquoi est-ce que j'ai la soudaine envie de donner un coup de pied par en dessous de la table, question d'atteindre la rotule enfantine ? Je secoue la tête, ferme les yeux. Un soupir et je porte ensuite mon regard sur la femme. Ne plus y penser, c'est certainement la mauvaise surprise. Puis, je n'ai plus de thé. '' Ce n'est rien, voyons ! Un petit incident sans gravité '' Cette fois, c'est bien ma voix. En tout les cas, je me sent plus à l'aise. Un petit peu. Je fini par prendre la fameuse serviette de table et nettoie le dégât, en faisant bien attention pour ne pas toucher à l'enfant. Il ne faudrait pas faire revenir ce sentiment incertain. Non. Tout en nettoyant, je dit comme une âne : '' Belle journée, non ? '' J'aurais dut rester chez moi ! Me voilà qui engage la conversation comme une naine de jardin timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 51
Age : 24

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Jour de congé; jour emmerdant   Sam 21 Mar - 13:17

Loin de s'offusquer de notre attitude pour le moins cavalière, elle se montre charmante et même agréable, comme si elle cherchait notre compagnie. Elle semble faire partie des rares personnes qui acceptent que des inconnus se joignent à sa table. Prudemment je me mis à bredouiller une raison pour nous en aller. L'avertissement de l'esprit était marqué au fer rouge dans mon esprit, je ne sais pas pourquoi. Il est rare que leurs paroles aient une telle influence sur moi. « Nous ne devrions pas vous déranger, je suis vraiment désolée... » Mais elle semblait faire fi de cela et entama une conversation tout ce qu'il y a de plus sensé. « Belle journée, non ? » Je finis par capituler et m'assois à la table. La serveuse venait avec un gâteau, un charmant sourire sur les lèvres. Un frisson me parcourut quand je la vis. Je lui rendis son sourire tendit qu'elle demandait d'une voix enchanteresse si on désirait une tasse de thé pour accompagner le gâteau.

Je baisse les yeux sur ma bourse bien vide. Ce fut avec une certaine résignation que je secoua la tête. « Non, le gâteau suffira, merci. » Mal à l'aise sur ma chaise, ce n'est pas le genre de sentiments auquel j'ai l'habitude. Comment font les gens pour pouvoir supporter ce sentiment ? Gellert délaissa la fourchette pour prendre à pleine main son gâteau et y goûter avec ravissement. J'attrape un serviette et lui essuie nerveusement la bouche. « C'est la première fois que je viens dans ce salon de thé. Je voulais y aller plus tôt, mais vous voyez avec les bonhommes de neiges, on a pas vraiment eut le temps. » Ni de travail. Je me saisie de la fourchette de Gellert et plonge dans le gâteau. Il a le goût de framboise.

C'est bon, je souris doucement, c'est délicieux. « Vous avez eut des difficultés avec les bonhommes de neiges vous ? » J'essaie de faire la conversation, le temps que Gellert mange son gâteau du moins. Il trépigne sur sa chaise. Il a l'air mal à l'aise à son tour. Je fronce les sourcils. « Il est bon ton gâteau ? » Il hoche de la tête, mais ne répond pas, ce qui n'est pas habituel chez lui. Je repose la fourchette et adresse un sourire à l'inconnue. Je ne peux m'empêcher de la dévisager, cherchant dans le moindre détail dans son faciès qui pourrait me dire ce qu'il y a d'étrange chez elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 30
Localisation : Mascouche, Québec

Gnome au poivre
MessageSujet: Re: Jour de congé; jour emmerdant   Jeu 26 Mar - 19:41

Ça y est. La femme et le gamin se sont assied à ma table. Moi et ma manie de vouloir être agréable avec tout le monde ! Mais, c'est ainsi que l'on m'a élevée, non ? Soit gentille, polie, souriante et ne dit rien. Oui, ne dit surtout rien. C'est pour ton bien, vois-tu ? Sois gentille et personne n'aura mal. Un bref frisson parcours mon échine. Ces pensées me sont insupportables. Personne n'aura mal ... sois gentille. Je ferme brièvement les yeux, comme pour me ramener à la réalité et, lorsque je les ouvre, je vois la femme assise devant moi. Elle me regarde. Elle semble attendre une réponse. Heu. '' Oui, heu ... '' J'ai l'air idiote. Le gamin à mes côtés me regarde aussi, la bouche pleine de gâteau. Soudain, j'ai envie de lui écraser la figure dedans. Sprout ! Dans le gâteau, le joli petit nez retroussé ! J'imagine la crème se répandre sur la table, les miettes de gâteau survoler la nappe en dentelle, le cri de surprise du gamin, son petit visage courroucé lorsqu'il allait relever la tête et ... ses larmes. Ho, ce que j'ai envie de lui écraser le nez dans la crème ! Rien de bien méchant. Ça ne le blesserait pas. Enfin, peut-être. Parce que j'avais vraiment envie de lui écraser très fort dans l'assiette. Sprout. Je sourit. Un sourire lent et malicieux. Le genre de sourire dont seule Rosemonde est capable. Mais, je ne puis écraser le visage de ce gentil garçon dans son gâteau, non ? Ou bien ... oui ?'' Il est bon ton gâteau, hein ? '' Tu veux mieux le goûter, aurais-je envie d'ajouter. Je sent presque ma main se lever ... mais, je referme à nouveau les yeux. Pourquoi ferais-je une chose semblable. Je suis sur un fil tendu au maximum. Un fil qui se rompra. Je n'aurais pas dut sortir.

J'ouvre à nouveau les yeux et je regarde la femme devant moi. Elle me regarde toujours. Que m'a t-elle demandé ? Il me semble que ça parle de neige ... ha, les bonhommes ? ''Ho oui, les bonhommes de neige, oui. Pardon, je suis un peu fatiguée ... oui, bien, un peu comme tout le monde. Ils ont fait assez de dégâts dans mon immeuble et j'ai eu pas mal de blessés mais ... c'est terminé, n'est-ce pas ?'' Je tente un sourire soulagé. Toutefois, l'idée de plonger le nez de l'enfant dans son gâteau ne me quitte pas. Et si ... si ça avait l'air d'un incident ? Genre, je me penche pour ramasser le ... papier de la fête foraine qui ... Machinalement, je tend la main en direction de la missive. Je fait mine de la regarder et ... je repart. Rosemonde repose la feuille sur la table. Près du bord. Trop près du bord. La feuille tombe au sol. '' Ho ! '' murmure une voix qui ne me semble plus la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ecrits : 51
Age : 24

Dragée surprise
MessageSujet: Re: Jour de congé; jour emmerdant   Mer 1 Avr - 21:28

Le charme des premières secondes disparaît bien vite pour que je me retrouve à la qualifier d'étrange... Je suis le genre de personne que l'on qualifie d'étrange, c'est absurde de me voir dans cette situation. Je serais bien tentée de mettre cela sur le malaise, mais parfois il y avait comme une lueur dans les yeux de cette femme. «  Je te l'avais bien dis, elle est étrange. » L'esprit revient à la charge. Ravit d'avoir raison. Ils aiment avoir raison, la vérité est la seule chose qu'ils peuvent posséder une fois mort, ils ont tendance à la chérir tendrement. « Il est bon ton gâteau, hein ? » Gellert méfiant ne répond pas. Il tire une tête comme si elle allait lui voler son gâteau ! Je lui caresse les cheveux. «  Répond à la dame mon chérie. » J'adresse un sourire d'excuse convenable à l'inconnue et tente de trouver une explication. «  Il est un peu timide voyez-vous. » Comme une bonne mère ennuyante au possible. Je me vois mal lui dire qu'un esprit ne cesse de nous mettre en garde contre elle et que seul mon neveu et moi-même sont aptes à le voir ! Les mediums ne sont pas très bien... vus chez les sorciers. Pour eux il y a les fantômes et les non fantômes chez les morts et cela s'arrête là. Ils n'ont pas consciences que leur vision est tellement.... étriquées ! Gellert finit par hocher timidement de la tête, n'osant pas pour autant prononcer de mot.

Je me retiens de soupirer. Avec le temps il apprendra à agir comme il le faut, correspondre à ce qu'ils nomment normalité. Il est bien trop jeune pour l'instant. « Ho oui, les bonhommes de neige, oui. Pardon, je suis un peu fatiguée ... oui, bien, un peu comme tout le monde. Ils ont fait assez de dégâts dans mon immeuble et j'ai eu pas mal de blessés mais ... c'est terminé, n'est-ce pas ? » Je fais mine d'être compatissante. Il faut l'être quand on entend ce genre de chose, même si on s'en fout complètement. Elle au moins à un appartement, moi je n'en ais pas les moyens. Les inquiétudes des uns et des autres ne sont pas les mêmes. «  Oui, oui, il y a d'ailleurs cette grande fête. » Elle se saisit du flyer. «  Je ne suis jamais allée à la Tour de Londres, mais il paraît que c'est drôlement sympathique. » «  Ho ! » Elle a fait tomber la feuille. Sa voix est comme différente. Je me penche vivement pour m'en saisir. Vieux réflexe de mon métier de dompteuse. Je la lui tends. «  Vous comptez y aller ? » C'est étrange de discuter ainsi avec une inconnue. Je ne connais même pas son prénom. Je ne lui ais pas demandé, ni elle le miens. Je me suis pourtant installée à sa table. « Je crois qu'elle est gratuite. » Je jette un bref coup d’œil au papier. « En l'honneur de la fin des bonhommes de neige. » Je souris. «  Comme quoi qu'ils ont apporté une part de bonheur. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jour de congé; jour emmerdant   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour de congé; jour emmerdant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jour de repos [PV Jordan]
» Chaque jour une question - Jour 11
» » Jour de congé « |PV Roy Mustang|
» [PDM Rouge] Partie 8 : Jour 13 (Fin) - Jour 16
» Jour 1 Un jour de deuil
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Serendipity, salon de thé
-
Sauter vers: