Partagez | 
 

 Promenons nous dans les bois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Ecrits : 40
Age : 23

Gnome au poivre
MessageSujet: Promenons nous dans les bois.    Dim 29 Mar - 17:45

Il arrivait à Victoria de pouvoir s'échapper de sa prison dorée. Elle se glissait en douce dans les couloirs, la tête baissée, le pas vif et traversait le château, puis le parc ainsi, jusqu'à ce qu'elle arrive dans la rue et soupire alors de soulagement. On ne lui prêtait pas attention, en dehors des événements officielles son titre de princesse n'était rien. Elle n'était qu'un jolie objet que l'on présentait au peuple pour les rassurait que tous étaient acceptés, mais on s'empressait de détourner le regard de sa personne dès que possible. Enfermée dans ce carcans des règles et de convenances, elle ne pouvait vivre pleinement qu'une fois seule. Elle savait très bien qu'à son retour le couperet tomberai de nouveau. Elle aurait droit aux sempiternelles questions : où étais-tu ? Qu'as-tu donc fait ? Pourquoi es-tu sortit du château dans le faire savoir à qui que ce soit ? Qui as-tu rencontré ? Pour l'instant elle ne tenait pas à y penser.

Elle sortit une vielle montre moldu où les aiguilles avaient la forme de cuillère. Elle l'affectionnait particulièrement, même si elle n'avait aucune signification particulière. Le portoloin dans sa poche allait bientôt partir. L'avantage d'être issue de la famille royal était que les sorciers étaient à votre disposition. Elle exigeait, ils s'exécutaient pour son plus grand plaisir. Si sa famille aimait la rabaisser, ils prenaient comme une offense personnelle qu'on s'attaque à elle. Les secondes se mirent à s'écouler, bien trop lentement à son goût, mais elle avait l'habitude d'avoir sa patience mise à épreuve. Adossée au mur, elle attendait donc, les yeux rivés sur le petit cadran. La cuillère se déplaça silencieusement et le portoloin l'emportait.

La terre humide remplaça l'asphalte. Les hauts arbres de Brocéliande l’accueillirent avec joie, du moins autant qu'un arbre peut le faire. Ce qui signifiait rien du tout. Les arbres éprouvent bien entendu des sentiments, mais rares étaient ceux qui le faisait savoir tout simplement parce qu'ils vivaient dans une autre temporalité. Un simple salut entre deux arbres pouvaient durer plusieurs décennies, c'était pour dire. Tout cela, Victoria ne le savait pas. Elle n'était pas le genre de personne qui faisait des retraite dans la nature pour faire une communion secrète avec eux. Elle aimait ces lieux pour sa tranquillité apparente et pour ce besoin de se saouler sans que personne ne lui jette un regard narquois. Elle aurait pu le faire dans sa chambre, mais elle craignait toujours qu'un serviteur y rentre. Quand on était une princesse, tout était un lieu publique, même votre cabinet d'aisance.

Elle sortit sa flasque et but une longue rasade. Elle aurait aimé que ce soit du whisky pur feu, mais elle n'arrivait pas à le boire sans se retrouver à genoux et cherchant désespérément de l'air tant sa gorge était en feu. Elle se contentait de bierraubeurre donc. Ce n'était pas suffisant pour lui faire tourner la tête, mais elle y croyait et l'espérait. Elle voulait boire jusqu'à oublier comme certains le faisait. Quand elle avait fuit in-extremis le convois qui l'emmenait vers une prison pour faire d'elle elle ne savait quoi. Un frisson de dégoût lui parcourut à cette pensée. Elle avait espéré avoir un peu de réconfort, mais on préféré sa contenter de lui reprocher d'avoir été absente lors du goûter royal. Boire pour oublier, c'était l'idée la plus fantastiquement stupide qu'il puisse exister pour elle.

Nerveusement elle referma la flasque et fit quelques pas dans la forêt. Elle avait l'impression d'avoir été suivit. Ce qui était ridicule, personne n'était sensé savoir qu'elle était là. Pourtant depuis sa fuite, elle avait l'impression qu'un spectateur invisible la suivait. Ce qui était vraiment le cas la plupart du temps. La Reine s'assurait qu'elle lui soit fidèle. Le moindre pas de travers et c'était la potence. L'observateur était différent cette fois-ci et c'était cela qui la dérangeait. Elle aimerait mettre cela sur le compte de la paranoïa, après ce qui lui était arrivé, n’importe quel humain sensé avait la légitimité d'être paranoïaque. Mais non, cela était la vérité, mais n'est-ce pas là la pensée de quelqu'un de paranoïaque ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Promenons nous dans les bois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Teapot  :: 
Au-delà
 :: Reste du monde :: Reste de l'Europe :: Forêt de Brocéliande, France
-
Sauter vers: